Archives de Catégorie: Animation

Tous en scène

The Voice… à poils

tous_en_scene_bandeau

Tout à été dit ou presque sur ce genre de films ; c’est bien fait, techniquement parfait, drôle, inventif et, depuis quelques années, basés sur d’excellents scénarii. Ces 108 minutes réalisées par Garth Jennings sont donc le droit fil du film d’animation du XXIème siècle.  Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions: une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, un jeune éléphant timide dévoré par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 marcassins, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc-épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’ego surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais. Comme vous le savez, je ne suis pas un dingue de ce type de film, mais, petite fille oblige, je ne peux que reconnaître que j’ai passé un très bon moment en compagnie de Buster, Rosita, Ash, Johnny, Gunter et les autres. Lire la suite

Ma vie de courgette

Délicieux

courgette

Le film d’animation français se porte bien et même très bien. Il résiste avec toute son originalité au rouleau-compresseur américain des Disney, Pixar et Cie. Ces 66 minutes réalisées par Claude Barras – dont c’est le premier film – et son équipe en sont un témoignage vivant. Et les prix du Public et Cristal du long métrage au festival du film d’animation d’Annecy, du  Public au Festival de San Sebastian, ainsi que le 1er Prix du festival d’Angoulême sont amplement mérités. Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux. Pour être honnête cette petite perle est franco-suisse. Merveilleux hymne à la joie de vivre et à l’espoir filmé avec tendresse à la hauteur des enfants. De quoi faire aimer les légumes verts aux petits… et aux grands.   Lire la suite

Le Petit Prince

Deux films pour le prix d’un ?

LE-PETIT-PRINCE-facebook

Un film d’animation français dans le grand circuit de distribution, c’est presque devenu une curiosité. Une adaptation du roman culte de Saint-Exupéry, ça aussi, c’est une curiosité. Alors, j’ai osé aller contre mes préjugés. J’aurais mieux fait de les écouter. C’est l’histoire d’une histoire. C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes. C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi. C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire. Le pitch en dit long sur les intentions de Mark Osborne, un spécialiste du film d’animation (on lui doit déjà Kung-Fu Panda ou Bob l’Eponge), et de son équipe. Il y a deux films en un seul, deux styles de dessin et d’animation totalement différents… et surtout une partie parfaitement inutile dont on se serait volontiers passé. Bref, beaucoup de travail pour un loupé. Quel dommage ! Lire la suite

Le Livre de la jungle

Eblouissant

le-livre-de-la-jungle-film-002

Après Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, Maléfique avec Angelina Jolie en sorcière de La Belle au bois dormant, puis Cendrillon revisité par Kenneth Branagh, Disney réalise une version live d’un autre classique. C’est Jon Favreau, (Iron Man) qui est à la baguette et c’est une vraie réussite. Les aventures de Mowgli, un petit homme élevé dans la jungle par une famille de loups. Mais Mowgli n’est plus le bienvenu dans la jungle depuis que le redoutable tigre Shere Khan, qui porte les cicatrices des hommes, promet d’éliminer celui qu’il considère comme une menace. Poussé à abandonner le seul foyer qu’il ait jamais connu, Mowgli se lance dans un voyage captivant, à la découverte de soi, guidé par son mentor la panthère Bagheera et l’ours Baloo. Sur le chemin, Mowgli rencontre des créatures comme Kaa, un python à la voix séduisante et au regard hypnotique et le Roi Louie, qui tente de contraindre Mowgli à lui révéler le secret de la fleur rouge et insaisissable : le feu. Décors somptueux, personnages attachants, péripéties à gogo…une bonne part de noirceur assumée, cette nouvelle adaptation du chef d’œuvre de Rudyard Kipling est une splendeur. J’en parle d’autant plus librement que, et vous le savez fidèles lecteurs, je ne suis pas un fan de ce type de productions. Mais, là, je dois l’avouer, j’ai été bluffé d’avoir pris tant de plaisir à suivre les aventures de Mowgli et de ses amis malgré l’avalanches d’effets spéciaux tous plus étonnants les uns que les autres. On pouvait s’attendre au pire et, à l’arrivée, c’est tout simplement magique ! Lire la suite

Zootopie

Nos amis les bêtes

maxresdefault (1)

Voilà les 108 minutes de cinéma les plus malignes que j’ai vues depuis longtemps. Byron Howard et Rich Moore, réalisent là pour les Studios Disney, un de leurs meilleurs films. C’est de l’animation pour adulte où les plus jeunes sauront y trouver leur compte. Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia ! Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque … Ce bijou d’animation raconte notre société avec ses stars, ses médias, ses politiciens, mais aussi ses craintes, ses dysfonctionnements et malgré tout son incroyable pouvoir de rassemblement et de diversité. Jubilatoire ! Lire la suite

Le voyage d’Arlo

Initiatique

arlo 2

Vacances de Noël et visite des petits enfants obligent, Papy Jipéhel s’est coltiné un film d’animation. Mes fidèles lecteurs apprécieront mon sens du sacrifice. Donc j’ai pu voir les 94 minutes des Studios Pixar et Disney réalisées par Peter Sohn, un passionné d’animation, mais dont c’est, notons le, la première réalisation. Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l’extinction des dinosaures n’avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s’étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ? Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot. Que dire de ce genre de productions ? Technique ébouriffante, musique superbe, morale simple et directe accessible à tous, et surtout quelques trouvailles scénaristiques très bien venues. Donc du grand cinéma d’animation… mais rien que du cinéma d’animation. Lire la suite

Vice Versa

En direct du cerveau

55362d75733b1

Ceux qui, parmi vous, me lisent fidèlement, savent que je ne suis pas un fan des films d’animation… et c’est une litote. Je suis sans doute trop amoureux des acteurs pour parvenir à m’extasier devant le dessin animé du 3ème millénaire, même si je lui reconnais de réelles qualités techniques et parfois scénaristiques. Mais cette fois, au vu des bandes annonces et surtout du thème traité, à savoir la construction de l’identité chez une préado, dans la nouvelle production des studios Pixar, je me suis décidé à aller voir le film de Pete Docter (Là-haut, et bientôt Toy 4) sorti cette semaine sur nos écrans. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’idée… je l’ai toujours dit. Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, Peur qui se charge de la sécurité,  Colère qui s’assure que la justice règne, et Dégoût qui empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition… Une leçon d’harmonie… et de cinéma d’animation ! Lire la suite