Archives de Catégorie: Humeurs

Dégoûts…

… et des douleurs

Je boirai du lait le jour où les vaches mangeront du raisin. (Jean Gabin)

Lire la suite

Publicités

Macron l’Africain…

… et Cie

Toutenmacron a le simoun en poupe. Décidément, qu’on aime ou pas le style Macron, on doit lui reconnaître une sacrée efficacité sur le continent africain. Après son passage mouvementé au Burkina,

… ou ses prises de position sur le nouvel esclavagisme en Lybie

… il semblerait que la démission de Faure Gnassingbé de la présidence du Togo, ait été provoquée par un simple coup de fil du locataire de l’Elysée, alors que voilà des semaines que ce personnage était devenu persona non grata dans son propre pays… si ce n’est pas de l’efficacité, je ne sais pas ce que c’est. Lire la suite

Johnny

Johnny alité ???

Non, Johnny toujours debout dans le coeur de ses fans.

Tout est permis

Tous les désespoirs sont permis

Permis de voler. Au Zimbabwe, on sait prendre soin de ses vieux… dictateurs. L’ignoble Mugabe part en retraite forcée… et dorée. Jugez plutôt. L’équivalent de 8 millions d’euros d’indemnités de départ, un salaire annuel de 125 000 euros, et… cerise sur le gâteux, une immunité totale. L’Etat devra en outre, prendre en charge ses déplacements à l’étranger, les frais liés à sa sécurité et sa couverture médicale. A savoir que le « brave » homme a une santé chancelante – à 93 ans, vous me direz ! – et qu’il se rend fréquemment à Singapour pour se faire soigner. Voilà le honteux et dispendieux cadeau d’adieu que « Bobby l’autocrate » aurait négocié pour accepter de démissionner. Il y a donc encore plus pourri que dans notre beau pays.

Ajoutons qu’à son décès, son épouse percevra la moitié de son salaire et pourra continuer de résider dans son immense manoir, « le Toit Bleu », qui dispose de 25 chambres et d’un dispositif de sécurité qui a coûté à lui seul plusieurs millions d’euros. Elle pourrait peut-être y accueillir quelques migrants ! Mais il m’étonnerait fort que Grace « Gucci » Mugabe s’intéressât à autre chose qu’à sa petite personne et à sa garde-robe. Dieu que le monde est laid parfois !

Lire la suite

Quelques monstres…

… et petits arrangements en famille

Galerie de portraits de personnages peu recommandables comme notre monde sait en engendrer à intervalles – trop – réguliers. Au Zimbabwe d’abord ou un dictateur en remplace un autre, car ne nous leurrons pas, le sieur Mnangagwa ne vaut pas tripette et le pays n’a pas fini de s’enfoncer.

Lire la suite

Règlements de comptes

Tous azimuts

A la demande de Bruno Le Maire, l’Inspection Générale des Finances a rendu son rapport sur le raté de la taxe sur les dividendes, retoquée par le Conseil Constitutionnel, qui a fait perdre 10 milliards à l’Etat. Exonérant Emmanuel Macron, il pointe plutôt Michel, le ravi de la crèche, pour qui ça commence à sentir le… Sapin.   

Lire la suite

Macron à la Une

Au pas de course

A l’occasion des six mois de son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron a accordé un long entretien au magazine américain, Times, dont il fait la couverture… rien que ça. Notre Macroncéphale fascine littéralement l’Amérique…pas forcément pour sa politique, mais parce qu’il est jeune et qu’il parle un anglais impeccable. C’est déjà ça.

Même si je trouve personnellement que ce soit fort prématuré, le temps d’un premier bilan de 6 mois de « macronisme » semble venu. Fort des erreurs des Chirac, Sarkozy et Hollande, Toutenmacron a décidé de mener son quinquennat tambour battant. L’histoire récente nous prouve que les premiers mois sont cruciaux. Réformes rythmées, et surtout rupture volontaire avec les quinquennats précédents : réforme de la fiscalité, du Code du travail, moralisation de la vie publique, sortie de l’état d’urgence : décisions parfois clivantes qui montrent que l’Emmanuel ne cède ni a la rue ni à l’opposition, – en attendant les réformes de l’apprentissage, de la formation ou encore de l’assurance chômage -. En lançant ces chantiers économiques, il espère des résultats rapides dont il pourra bénéficier pour la suite de son quinquennat. Car pour l’instant, si la situation semble s’améliorer, c’est sans doute à porter au crédit de François II le Corrézien, lequel ne se gêne pas pour le rappeler à chacune de ses prises de paroles.

Ce qui change, en vérité, c’est que pour la première fois depuis très longtemps, on a un Président qui applique le programme pour lequel il a été élu. La cohérence des mesures adoptées par le gouvernement n’est pas toujours facile à percevoir. Certaines semblent socialement injustes, bien que le but ultime soit de réduire le chômage, ce qui est très difficile dans un pays intoxiqué au point de s’en presque satisfaire, pourvu qu’il soit éternellement indemnisé. A la gauche de la Gauche on mise sur la France en colère. On ferait mieux d’admettre, avec une certaine amertume qu’en vérité c’est la France résignée.

Pour l’instant, malgré une cote de popularité un tantinet en berne, Toutenmacron et son équipe ont une furieuse tendance à l’autosatisfaction. Si on peut lui donner quitus de sa gestion au niveau international, on est loin de l’excellence. Si chacun peut trouver motif à redire sur les décisions prises depuis 6 mois, il peut aussi constater avec consternation, que le temps des oppositions et des couacs gouvernementaux est toujours d’actualité. Un remaniement semble dans les tuyaux de Matignon. Va-t-on juste remplacer Castaner – futur patron de la République en Marche – au poste de porte-parole du gouvernement ? Ou bien va-t-on voir tomber des têtes ? Les spéculations vont bon train. Même s’ils sont jugés « fatigués » et « inexistants » par un proche du chef de l’Etat, Collomb et Le Drian seront sans doute épargnés. Mais qu’en est-il de la guéguerre permanente entre Hulot et Travert ? On peut prévoir un nouvel épisode de chaises musicales du côté de nos ministères. Et il n’y a pas de musique plus agréable que les variations des airs connus. (J. Joubert)