Archives de Catégorie: Aventure

Barry Seal : American Traffic

La vérité dépasse la fiction

Bien sûr, si un scénariste s’était fendu d’un tel scénario, on aurait crié à l’invraisemblable et au grand n’importe quoi. Et pourtant le film de Doug Liman est bien basé sur des faits réels. Avec ces 115 minutes, on parle même de biopic. C’est vous dire. L’histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l’une des plus grosses opérations secrètes de l’histoire des Etats-Unis. Après Mr and Mrs Smith, La mémoire dans la peau, Edge of Tomorrow, Doug Liman touche encore juste avec cette histoire aussi édifiante que distrayante. Lire la suite

Publicités

La Tour sombre

Une forte odeur de poudre… et c’est tout

On ne compte plus les adaptations cinématographiques de romans du génial et prolifique Stephen King. De La ligne Verte à Misery en passant par Dreamcatcher, Cujo, Christine, et bien sûr l’incontournable Shining. Nicolaj Arcel s’est attaqué ici à la saga en 8 romans inspirés d’un poème de Robert Browning,  Le chevalier Roland s’en vint à la Tour noire, une franchise littéraire qui s’est vendue à des dizaines de millions d’exemplaires. Le dernier Pistolero, Roland Deschain, est condamné à livrer une éternelle bataille contre Walter O’Dim, alias l’Homme en noir, qu’il doit à tout prix empêcher de détruire la Tour sombre, clé de voûte de la cohésion de l’univers. Le destin de tous les mondes est en jeu, le bien et le mal vont s’affronter dans l’ultime combat, car Roland est le seul à pouvoir défendre la Tour contre l’Homme en noir… Résumer une telle somme tenait évidemment de la gageure. Si visuellement, ces 95 minutes sont plutôt réussies, scénaristiquement on reste sur sa faim, et quand on connaît la richesse et la profondeur de l’écriture de King, on est en droit d’être très déçu par cette « pastille » qui fait figure de bande annonce de la géniale série du maître de l’épouvante. Lire la suite

La Planète des Singes – Suprématie

Otage de sa haine

En attendant sa version de Batman pour 2018, Matt Reeves nous propose le dernier volet de la trilogie de La Planète des Singes. A noter ses très convaincants Cloverfield et Laisse moi entrer de 2008 et 2010. Ce type là sait faire et il le prouve encore une fois. Dans ce volet final de la trilogie, César, à la tête des Singes, doit défendre les siens contre une armée humaine prônant leur destruction. L’issue du combat déterminera non seulement le destin de chaque espèce, mais aussi l’avenir de la planète.140 minutes de grand spectacle, pas si bête que ça, même sil e propos est souvent d’une naïveté confondante. Pour tous publics. Lire la suite

Valérian et la cité des mille planètes

Somptueux bazar

Bon ! Luc Besson ne sait pas faire dans la finesse. Ce postulat posé, on peut prendre un certain plaisir durant les 138 minutes – parfois longues – de son nouveau blockbuster de science-fiction. Au 28ème siècle, Valérian et Laureline forment une équipe d’agents spatio-temporels chargés de maintenir l’ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha – une métropole en constante expansion où des espèces venues de l’univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d’Alpha, une force obscure qui menace l’existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l’avenir de l’univers. 50 ans après sa première parution chez Dargaud, on a donc décidé d’adapter au cinéma la BD culte de Mézières et Christin. C’était évidemment un pari plus que risqué, mais en grande partie gagné.   Lire la suite

La Momie

Même pas peur

Universal Monsters, la nouvelle filiale des Studios Universal présente : roulement de tambour, trompettes éclatantes… son premier remake signé Alex Kurtzman, scénariste réputé, auquel on confie pour la première fois la réalisation d’un blockbuster. Dans l’original de 1932, on retrouvait, dans le premier rôle, Boris Karloff. Les studios Universal étaient alors réputés pour leurs films d’horreur. Ces 100 minutes ne sont pas déshonorantes mais n’apportent rien de bien nouveau au mythe de La Momie. Soupir !!! Bien qu’elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d’un insondable désert, une princesse de l’ancienne Égypte, dont le destin lui a été injustement ravi, revient à la vie et va déverser sur notre monde des siècles de rancœurs accumulées et de terreur dépassant l’entendement humain. Des sables du Moyen Orient aux pavés de Londres en passant par les ténébreux labyrinthes d’antiques tombeaux dérobés, La Momie nous transporte dans un monde à la fois terrifiant et merveilleux, peuplé de monstres et de divinités, dépoussiérant au passage un mythe vieux comme le monde. On ne peut que constater qu’avec un budget colossal et  des moyens techniques au top, on n’arrive pas vraiment à renouveler quoi que ce soit. Un peu navrant non ? Lire la suite

Pirates des Caraïbes 5 : la Vengeance de Salazar

Délicieux n’importe quoi

Ce 5ème volet de la saga de Jack Sparrow, ses amis… et ses ennemis, a été annoncé par Disney en janvier 2011, avant même que Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence ne débarque dans les salles obscures au mois de mai de la même année, et ne termine sa carrière avec les recettes astronomiques de 1,043 milliard de dollars au box office mondial. Joachim Rønning et Espen Sandberg remplacent Rob Marshall à la mise en scène. Jack Sparrow et ses compagnons se lancent dans la quête du Trident de Poséidon, sur lequel le Capitaine Teague détient des informations précieuses. Cet artefact légendaire, qui donne tous les pouvoirs sur les océans, est leur seul moyen d’échapper aux fantômes du redoutable Capitaine Salazar, échappés du Triangle des Bermudes pour éliminer tous les pirates des océans. 129 minutes truculentes et trépidantes réussies techniquement au-delà des espérances qui permettent à la franchise de relever la tête, car après des débuts fracassants dans ses 2 premiers volets, s’était assoupie en se contentant de se reposer sur ses lauriers. La 6ème partie est déjà annoncée à la toute fin du film… pour en savoir plus, il faut savoir supporter les 8 ou 9 minutes de générique, et là, surprise… ! Lire la suite

Le Roi Arthur –La légende d’Excalibur

Les chevaliers de la table grondent

Il est des cinéastes qui devraient être exécutés en place publique ; il est des scénaristes qui devraient subir les pires supplices ; il est des musiciens qu’on devrait empaler séance tenante… Alors, quand on réunit les trois dans un même film, c’est de l’acharnement pur et simple. Le grand coupable est ici Guy Ritchie, déjà responsable des deux insupportables adaptations des aventures de Sherlock Holmes de 2009 et 2011. Ce type est bourré de manies visuelles, et là, on y a droit sans discontinuer durant 126 minutes… Ereintant ! Jeune homme futé, Arthur tient les faubourgs de Londonium avec sa bande, sans soupçonner le destin qui l’attend – jusqu’au jour où il s’empare de l’épée Excalibur et se saisit, dans le même temps, de son avenir. Mis au défi par le pouvoir du glaive, Arthur est aussitôt contraint de faire des choix difficiles. Rejoignant la Résistance et une mystérieuse jeune femme du nom de Guenièvre, il doit apprendre à maîtriser l’épée, à surmonter ses démons intérieurs et à unir le peuple pour vaincre le tyran Vortigern, qui a dérobé sa couronne et assassiné ses parents – et, enfin, accéder au trône… Je crois m’être bien fait comprendre, j’ai détesté ce nanar à 175 millions de dollars. Beurk ! Lire la suite