Stupéfiant, non ?

Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Publicités

Gueule d’ange

Les âmes errantes

Le premier long métrage de Vanessa Filho, présenté à Cannes dans la catégorie « Un certain regard », se révèle un bon film au scénario minimaliste mais porté par un casting magnifique. Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même. 108 minutes parfois à la limite du supportable traitant de la dépendance, du manque d’amour et du sentiment d’insécurité au centre d’un film ambitieux dont on ne sort pas indemnes. Lire la suite

Je vais mieux

Sympatoche mais inabouti

Jean-Pierre Améris n’est pas un débutant et il l’a largement prouvé avec de bons films tels Une famille à louer, Marie Heurtin ou Les Emotifs anonymes. Revoilà une comédie très sympathique mais qui ne parvient pas à tenir ses promesses durant ses 86 minutes… et c’est bien dommage. Un quinquagénaire est victime d’un mal de dos fulgurant. Tous les médecins, les radiologues et les ostéopathes du monde ne peuvent rien pour lui : la racine de son mal est psychologique. Mais de son travail, de sa femme ou de sa famille, que doit-il changer pour aller mieux ? « Dis-moi où tu as mal, je te dirais qui tu es »… ce pourrait être la morale de ce petit film qui n’ennuie pas mais ne séduit pas complètement non plus. Lire la suite

Terre et mer

Ce monde est un vaste naufrage : sauve qui peut !

Voltaire encore et toujours. On dit souvent, ici ou là, que Desproges, Coluche et Cie nous manquent au plus haut point. Et Voltaire donc ! Que diraient-ils aujourd’hui devant notre vaste monde plus pollué encore par le cynisme et l’égoïsme des nations que par les gaz à effet de serre ? Je suis bien sûr que la cohorte de crétins qui sévissent sur les réseaux « sociaux » – ce vocable m’étonne toujours autant – ne parviendrait pas à les faire taire… Et Dieu sait qu’ils en auraient à dire. Comment peut-on admettre que la France, par la voix de Président, se rabaisse au niveau du tout populisme italien tout fraîchement arrivé au pouvoir ? Comment peut-on supporter que les pays « riches » ne se mettent pas d’accord pour résoudre le drame des migrants à la source, c’est-à-dire d’agir en sorte que lesdits migrants n’aient plus à quitter leurs pays misérables et généralement à la botte de dictature politique ou religieuse… ou les deux ?  Cet assaut de cynisme partagé qui devrait engendrer la honte, ne conduit qu’à quelques mises au point et une chaleureuse poignée de mains à l’Elysée. Pendant ce temps-là, le plus grand cimetière marin du monde voit flotter toujours plus de cadavres. Il est honteux d’être sans honte. (Saint-Augustin)

La grande prêtresse du piano à bretelles s’en est allée à l’âge de 95 ans. Tout, chez elle, était en forme d’accordéon, sa piscine, sa cheminée, ses appliques, ses miroirs, même son sourire… Qu’en sera-t-il de son cercueil et sa sépulture ?

L’extraordinaire voyage du Fakir

Le voyage à l’envers

Une coproduction entre la France, la Belgique et l’Inde confiée au Québécois Ken Scott ! La mondialisation est bien en marche. Ce réalisateur qui s’était fait remarquer avec son excellent Starbuck en 2012, nous revient avec ces 100 minutes originales et tous publics… ce n’est pas si fréquent pour ne pas être souligné. Aja, un jeune arnaqueur de Mumbai entame, à la mort de sa mère, un extraordinaire voyage sur les traces du père qu’il n’a jamais connu. Il rencontre l’amour à Paris dans un magasin de meubles suédois, le danger en compagnie de migrants somaliens en Angleterre, la célébrité sur une piste de danse à Rome, l’aventure dans une montgolfière au-dessus de la Méditerranée, et comprend finalement ce qu’est la vraie richesse et qui il souhaite devenir. Des qualités et pas mal de défauts aussi pour un film plein de charme, du feel good movie qui ne fait pas de vagues mais se laisse regarder avec plaisir. Lire la suite

Solo : A Star Wars Story

Western interstellaire

Pour la 1ère fois, Ron Howard se retrouve à la réalisation d’un épisode de la saga interstellaire la plus célèbre du monde. Après son calamiteux Inferno de 2016 – en bonne place dans mon dernier ouvrage, (cf la rubrique Les Bouquins de Jipéhel sur ce même blog) -, c’était une question de rachat. Techniquement ces 135 minutes sont à la hauteur… mais scénaristiquement, on se pose des questions. Embarquez à bord du Faucon Millenium et partez à l’aventure en compagnie du plus célèbre vaurien de la galaxie. Au cours de périlleuses aventures dans les bas-fonds d’un monde criminel, Han Solo va faire la connaissance de son imposant futur copilote Chewbacca et croiser la route du charmant escroc Lando Calrissian… Ce voyage initiatique révélera la personnalité d’un des héros les plus marquants de la saga Star Wars.  Episode de trop ou plaisant intermède avant du beaucoup plus lourd : l’épisode IX à sortir en décembre 2019 ? D’ici là, la franchise tente de tenir son public en haleine. Pur business ou simple gâterie intermédiaire… ? Un peu des deux à coup sûr. Lire la suite

Una Questione Privata

Clap de fin pour les Taviani

Paolo et Vittorio Taviani font partie des incontournables du cinéma italien voire mondial avec des titres depuis Padre Padrone, jusqu’à César doit mourir en passant par Kaos, La nuit de San Lorenzo, ou Good Morning Babylonia. Cette fois encore avec ces 85 minutes de drame romantique, il reviennent sur le devant de l’affiche – pour la dernière fois à deux, Vittorio vient de décéder à l’âge de 88 ans -. Eté 43, Piémont. Milton aime Fulvia qui joue avec son amour : elle aime surtout la profondeur de sa pensée et les lettres qu’il lui écrit. Un an plus tard, Milton est entré dans la Résistance et se bat aux côtés d’autres partisans. Au détour d’une conversation, il apprend que Fulvia aimait en secret son ami Giorgio, partisan lui aussi. Milton se lance alors à la recherche de Giorgio, dans les collines des Langhes enveloppées de brouillard… Mais Giorgio vient d’être arrêté par les Fascistes. Un film d’une grande beauté, certes réalisé à l’ancienne, mais qui au-delà du message politique, reste avant tout une romance bouleversante sur fond de guerre. Forcément un grand film. Lire la suite