Archives de Catégorie: Guerre

Dunkerque

La débâcle

Christopher Nolan est un spécialiste du blockbuster comme le prouvent ses Inception, Man of Steel, Transcendance, Interstellar… C’est d’abord un excellent technicien, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne fait pas dans la finesse. Ces 107 minutes sur fond de grande Histoire restent donc dans le droit fil de cette filmographie. Le récit de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940 est ici vue par le petit bout de la lorgnette, à travers l’anecdote, l’humain et non par le prisme habituel du politico-militaire. Intéressant dans l’intention mais je dois avouer m’être pas mal ennuyé devant la répétition des scènes et des situations et suis sorti totalement abruti par la musique permanente de Hans Zimmer. Bref, impression mi-figue mi-raisin devant un des films les plus attendus de cet été.   Lire la suite

Churchill

Douteux

Jonathan Teplitzky dont je ne connaissais à ce jour que son poussif et agaçant Les Voies du Destin de 2013, revient sur le devant de l’affiche avec cet étrange biopic de 48 heures, certes cruciales, mais plutôt contestable. Juin 1944. Les 48 heures précédant le Débarquement qui scellèrent le destin de Winston Churchill et du monde. 106 minutes où réapparaît le vieux débat de la forme et du fond. Le film repose entièrement sur la performance du stupéfiant de son acteur principal, mais – et certes je ne suis pas historien – tous ces coups de canif dans l’image du grand homme sont ils fondés, vérifiés… et vérifiables. Car si toutes ces révélations sont inexactes, ce film est totalement inutile… et déjà qu’il est assommant ! Lire la suite

The Wall

De la stupidité de la guerre

Doug Liman est un spécialiste des ambiances guerrières et de l’action soutenue. En effet, c’est à lui que l’on doit notamment La mémoire dans la peau, Mr and Mrs Smith et Edge of Tomorrow. Cette fois on a droit à 90 minutes de suspense et de cinéma intimiste. Deux soldats américains sont la cible d’un tireur d’élite irakien. Seul un pan de mur en ruine les protège encore d’une mort certaine. Au-delà d’une lutte pour la survie, c’est une guerre de volontés qui se joue, faite de tactique, d’intelligence et d’aptitude à atteindre l’ennemi par tous les moyens… Tout est bon dans ce film, le thème, le scénario, la réalisation et l’interprétation. Une réussite du genre « film de guerre » intelligent. Lire la suite

Les Oubliés

Les horreurs de l’après-guerre

Voici le premier film du danois Martin Zandvliet. Un film de guerre pas comme les autres sur une période rarement traitée à l’écran, avec un scénario original qui nous raconte l’immédiate après-guerre au Danemark. 100 minutes d’extrême tension absolument bouleversantes. 1945. Danemark. Fin de la Seconde Guerre Mondiale. Plusieurs soldats allemands, à peine sortis de l’adolescence, sont faits prisonniers par l’armée danoise et envoyés en première ligne pour désamorcer les mines enfouies le long de la côte. Pour eux, la guerre est loin d’être terminée. Inspiré de faits réels, le film raconte cet épisode tragique de l’Histoire. Un beau plaidoyer humaniste sur l’inutilité de la vengeance. Très puissant. Lire la suite

Tu ne tueras point

Violence cathartique

tu-ne-tueras-point-277-30596

Mel Gibson, le réalisateur de Braveheart (charitablement j’oublierai La Passion du Christ) nous convie à 131 minutes du biopic épatant d’un jeune objecteur de conscience américain ; un sujet sacrément en décalage avec l’Amérique que Trump nous promet. Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, Desmond, un jeune américain, s’est retrouvé confronté à un dilemme : comme n’importe lequel de ses compatriotes, il voulait servir son pays, mais la violence était incompatible avec ses croyances et ses principes moraux. Il s’opposait ne serait-ce qu’à tenir une arme et refusait d’autant plus de tuer. Il s’engagea tout de même dans l’infanterie comme médecin. Son refus d’infléchir ses convictions lui valut d’être rudement mené par ses camarades et sa hiérarchie, mais c’est armé de sa seule foi qu’il est entré dans l’enfer de la guerre dans l’enfer d’Okinawa. Ce magnifique film de guerre déploie des thématiques qui semblent d’un autre temps, mais où, quoi qu’il en soit, on retrouve toutes les obsessions du réalisateur, la violence et la quête de Dieu. Bouleversant ! Lire la suite

Les Enfants de la chance

Où la petite histoire devient grande

les-enfants

La Rafle de Rose Bosch, en 2010, traitait de la tristement célèbre Rafle du Vél d’Hiv de juillet 1942. Malik Chibane le fait à son tour mais par le petit bout de la lorgnette, la grande Histoire ne servant ici que de toile de fond à un huis clos touchant et original. Juillet 1942. Emmené à l’hôpital de Garches pour une jambe cassée, Maurice Gutman, 12 ans, évite de justesse la rafle qui va emporter sa famille. À l’hôpital, le docteur Daviel lui diagnostique une tuberculose et lui impose un long traitement. Et si cela n’était qu’une ruse pour éviter à Maurice d’être déporté ? Maurice et huit autres jeunes pensionnaires vont vivre, avec le personnel hospitalier, une expérience inoubliable, faite de preuves d’amitié, de solidarité et de courage extraordinaire. Ce sont les enfants de la chance et leur histoire est vraie. 95 minutes pour nous raconter une histoire vraie, avec certes des maladresses, mais aussi de réelles qualités et surtout beaucoup d’émotion. Lire la suite

Seul dans Berlin

Le pot de terre contre le pot de fer

seul

Voilà dix ans que Vincent Perez n’était pas revenu à la réalisation. Pour son 3ème film il a choisi d’adapter le roman éponyme de Hans Fallada, lui-même inspiré d’une histoire vraie et paru en 1947. Il s’agit de l’un des tout premiers livres antinazis, devenu un best-seller international. L’auteur s’est basé sur des véritables documents de la Gestapo. Berlin, 1940. La ville est paralysée par la peur. Otto et Anna Quangel, un couple d’ouvriers, vivent dans un quartier modeste où, comme le reste de la population, ils tentent de faire profil bas face au parti nazi. Mais lorsqu’ils apprennent que leur fils unique est mort au front, ils décident d’entrer en résistance. Aux quatre coins de la ville, ils placent des messages anonymes critiquant Hitler et son régime. S’ils sont arrêtés, ils savent qu’ils seront exécutés… 103 minutes de tension extrême, non dénuées de défaut, mais qui nous emporte dans un monde que l’on ne connaît pas ou très mal, la vie quotidienne du peuple allemand sous la botte nazie. Lire la suite