Archives de Tag: octobre 16

Ma vie de courgette

Délicieux

courgette

Le film d’animation français se porte bien et même très bien. Il résiste avec toute son originalité au rouleau-compresseur américain des Disney, Pixar et Cie. Ces 66 minutes réalisées par Claude Barras – dont c’est le premier film – et son équipe en sont un témoignage vivant. Et les prix du Public et Cristal du long métrage au festival du film d’animation d’Annecy, du  Public au Festival de San Sebastian, ainsi que le 1er Prix du festival d’Angoulême sont amplement mérités. Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux. Pour être honnête cette petite perle est franco-suisse. Merveilleux hymne à la joie de vivre et à l’espoir filmé avec tendresse à la hauteur des enfants. De quoi faire aimer les légumes verts aux petits… et aux grands.   Lire la suite

Mal de pierres

Emporté jusqu’au fantasme

mal-de-pierres

Nicole Garcia réussit ici le meilleur – et de loin – de ses 8 films. 116 minutes aussi tendues que solaires. Une pure merveille ! Gabrielle a grandi dans la petite bourgeoisie agricole où son rêve d’une passion absolue fait scandale. A une époque où l’on destine d’abord les femmes au mariage, elle dérange, on la croit folle. Ses parents la donnent à José, un ouvrier saisonnier, chargé de faire d’elle une femme respectable. Gabrielle dit ne pas l’aimer, se voit enterrée vivante. Lorsqu’on l’envoie en cure thermale pour soigner ses calculs rénaux, son mal de pierres, un lieutenant blessé dans la guerre d’Indochine, André Sauvage, fait renaître en elle cette urgence d’aimer. Ils fuiront ensemble, elle se le jure, et il semble répondre à son désir. Cette fois on ne lui prendra pas ce qu’elle nomme « la chose principale ». Gabrielle veut aller au bout de son rêve. Un portrait de femme comme on en voit peu, l’autopsie d’une passion comme on aimerait en voir plus souvent. Lire la suite

Jack Reacher : Never go back

Misanthrope et indestructible

jack

Cela fait 34 ans que l’américain Edward Zwick réalise des films, et j’avoue, à ma grande honte, n’en n’avoir jamais vu que deux, Légendes d’automne et Shakespeare in love… et c’était il y a 20 ans. Ces deux romances ont été primées plusieurs fois, mais mes souvenirs restent très vagues. Bref, attiré par le premier opus des aventures de l’aventurier free-lance, j’ai décidé d’aller voir ces 120 minutes échevelées et musclées. Jack Reacher est de retour, prêt à tout pour obtenir justice. Susan Turner, qui dirige son ancienne unité, est arrêtée pour trahison : Jack Reacher ne reculera devant rien pour prouver l’innocence de la jeune femme. Ensemble, ils sont décidés à faire éclater la vérité sur ce complot d’État. Que dire de ce type de productions, sinon que c’est foutrement bien fait, haletant et très bien interprété. Alors on oublie très vite le tissu d’invraisemblances qui soutient le scénario et on se laisse emporter. Le cinéma pour le plaisir du cinéma. Lire la suite

Brice de Nice 3

Si vous n’aimez pas le jaune…

brice

… et si vous aimez le cinéma, ça vous fait deux bonnes raisons de ne pas aller voir un des plus beaux navets de l’année. Il est signé James Huth et c’est dramatique. Ce réalisateur est un grand spécialiste du nanar quand on sait qu’à son palmarès on compte déjà, Un bonheur n’arrive jamais seul, Lucky Luke, et le premier opus des aventures de Brice de Nice. C’est vous dire qu’on pouvait tout craindre de ces 95 minutes. Et sur ce point on n’est pas déçu… c’est navrant ! Brice est de retour. Le monde a changé, mais pas lui. Quand son meilleur ami, Marius, l’appelle à l’aide, il part dans une grande aventure à l’autre bout du monde… Les voyages forment la « jaunesse » mais restera-t-il le roi de la casse ? On nous dit : Ce film est l’histoire d’une imposture… c’est bien la seule chose qui sonne juste dans cette incroyable démonstration monomaniaque. Brice tu nous les brises ! Ah non, pardon, tu nous les casses ! Lire la suite

Apnée

Le sens de la vie

apnee2

Ce n’est pas un hasard si, dans mon sous-titre, je fais référence au film de 1983 des géniaux Monty Pythons. Cette pochade signé Jean-Christophe Meurisse est tout à fait dans la lignée absurde, subversive et iconoclaste du prestigieux quatuor britannique. Céline, Thomas et Maxence marchent toujours par trois. Comme la trilogie de la devise républicaine. Ils veulent se marier, une maison, un travail, des enfants sages et manger tous les jours des huîtres. Insoumis et inadaptés à une furieuse réalité économique et administrative, ils chevauchent leurs quads de feu et traversent une France accablée, en quête de nouveaux repères, de déserts jonchés de bipèdes et d’instants de bonheur éphémère. Oui, 90 minutes délicieusement subversives pour un cinéma comme on n’en fait plus, hélas, car ça fait un bien fou de rire des choses graves. Un jeu de massacre superbement orchestré ! Lire la suite

Cauchemar généralisé

Les ânes et les éléphants

Amusant de constater qu’au pays de Walt Disney, on peut s’appeler Trump et faire partie des Eléphants Républicains et en plus être affublé d’un prénom d’anatidé. (Vous chercherez…) Remarquez qu’il aurait pu émarger chez les Démocrates, dont le symbole est l’âne, (Hillary serait-elle une ânesse ???) surtout quand on consulte son  plan d’action sur 100 jours pour rendre sa grandeur à l’Amérique. (sic)

Nous allons assainir le marais qu’est Washington et le remplacer par un nouveau gouvernement, du peuple, par le peuple et pour le peuple. Plus populiste tu meurs. Marine, la châtelaine de Montretout fait figure d’amateur à côté de lui. Continuons à compulser le dit-programme. C’est un contrat entre moi, Donald J. Trump et les électeurs américains et ça commence par ramener honnêteté et responsabilité à Washington. (…) Pour renouveler la classe politique, (…) renégocier le traité de libre-échange nord-américain (Nafta), et de faire sortir les Etats-Unis du Partenariat transpacifique (TPP). (…) redévelopper la production d’énergies fossiles et annuler des milliards de dollars de paiements prévus aux Nations unies dans le cadre des programmes pour lutter contre le changement climatique. Il souhaite instaurer des « contrôles extrêmes aux frontières » et bien sûr n’a pas oublié le mur à la frontière avec le Mexique, (…) abolir la loi santé « Obamacare » mise en place par l’actuel président, prévoit 1.000 milliards de dollars de dépenses d’infrastructures dans les 10 prochaines années, veut simplifier le code des impôts, faire baisser les taxes pour la classe moyenne de 35 % et rendre les frais universitaires plus abordables…J’en passe et des pires.

243-trump

Lire la suite

Chouf

Cause toujours !

chouf-film

Chouf est le dernier volet de la trilogie marseillaise réalisée par Karim Dridi. C’est avec le premier opus, Bye-Bye, en 1995, que le cinéaste a pu découvrir la ville cinématographiquement. Il réalisa douze ans après Khamsa qui lui a permis de rencontrer des enfants gitans et des adolescents des quartiers nord. C’est parce que cette expérience était si forte qu’il a voulu revenir à Marseille tourner Chouf qui veut dire « regarde » en arabe. C’est le nom des guetteurs des réseaux de drogue de Marseille. Sofiane, 24 ans, brillant étudiant, intègre le business de son quartier après le meurtre de son frère, un caïd local. Pour retrouver les assassins, Sofiane est prêt à tout. Il abandonne famille, études et gravit rapidement les échelons. Aspiré par une violence qui le dépasse, Sofiane découvre la vérité et doit faire des choix. Un film de banlieue de plus avec ses points forts- ici les personnages- et ses points faibles – le scénario prévisible et surtout le langage. J’avais adoré Divines, je me suis désespérément ennuyé ici pendant 108 minutes. Lire la suite