Archives de Catégorie: Fantastique

L’homme qui tua Don Quichotte

Le film maudit

Je dois avouer être très embarrassé face à l’objet cinématographique inclassable que Terry Gilliam aura mis quasiment 30 ans à réaliser, produire et sortir sur nos écrans. 132 minutes aussi brinquebalantes que l’immortel héros de Cervantès. Toby, un jeune réalisateur de pub cynique et désabusé, se retrouve pris au piège des folles illusions d’un vieux cordonnier espagnol convaincu d’être Don Quichotte. Embarqué dans une folle aventure de plus en plus surréaliste, Toby se retrouve confronté aux conséquences tragiques d’un film qu’il a réalisé au temps de sa jeunesse idéaliste: ce film d’étudiant adapté de Cervantès a changé pour toujours les rêves et les espoirs de tout un petit village espagnol. Toby saura-t-il se racheter et retrouver un peu d’humanité? Don Quichotte survivra-t-il à sa folie? Ou l’amour triomphera-t-il de tout ? Génial ou complètement foldingue ? Il y a sans doute des deux dans ce monument inabouti. Lire la suite

Publicités

Abracadabra

Bienvenue en « absurdie ».

Souvenez-vous ! En 2013 Pablo Berger épatait et fascinait le monde entier avec son Bianca Nieves que je tiens pour un des plus grands films de ces 10 dernières années. C’est donc plein de confiance que je suis allé découvrir ces 93 minutes qui, c’est le moins qu’on puisse en dire, sont d’un tout autre genre. Carmen est mariée à Carlos, un conducteur de grue macho, fan de foot, qui ne lui prête plus guère attention. Après une séance d’hypnose dont il est le cobaye pendant un mariage, Carlos devient le parfait époux. Quelque chose a changé… De toute évidence, ce cinéaste traite chaque projet comme si c’était son dernier et en y mettant toutes ses obsessions. Excentrique, chaotique, une fable moderne bourrée d’humour et d’absurde. Lire la suite

Ready Player One

Utopie vs dystopie

Steven Spielberg a un génie tous azimuts. En dehors de la cadence de sa production qui passe allègrement du film politique, ou du film de guerre au biopic, en passant par l’aventure et le fantastique, on ne peut qu’applaudir à la qualité incroyable de toute son œuvre – ou presque -, car soyons honnêtes, il n’y a pas grand-chose à jeter depuis Duel en 1971 jusqu’à ces 140 minutes de science-fiction totalement ébouriffantes. 2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l’OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l’œuf de Pâques numérique qu’il a pris soin de dissimuler dans l’OASIS. L’appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu’un jeune garçon, Wade Watts, qui n’a pourtant pas le profil d’un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant… Un chef-d’œuvre dans le genre science-fiction-rétro, un concept qui restait à inventer…. Spielberg l’a fait et, à 71 ans, sait se montrer toujours aussi jeune.   Lire la suite

Madame Hyde

Foudroyant

En 2012, j’avais cordialement détesté Tip Top, la comédie policière déjantée de Serge Bozon. Pour cette incursion dans la comédie fantastique, il retrouve Mademoiselle Huppert au sommet de son art, pour un film étrange qui n’aura sûrement pas l’heur de plaire à tout le monde. Une timide professeure de physique dans un lycée de banlieue est méprisée par ses élèves. Un jour, elle est foudroyée pendant une expérience dans son laboratoire et sent en elle une énergie nouvelle, mystérieuse et dangereuse. 95 minutes à la naïveté assumée, originales et bourrées d’un humour décalé assez peu politiquement correct dans le paysage du cinéma français. Lire la suite

La Forme de l’eau

La Belle et la Bête version aquatique

Déjà primé 10 fois, – à la Mostra, 2 BAFTA, 2 Golden Globes et, depuis peu, 4 Oscar parmi les plus prestigieux – meilleur film, meilleur réalisateur – le nouveau film de Guillermo del Toro est arrivé sur nos écrans précédé d’une aura impressionnante. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ces 123 minutes méritent cette reconnaissance tant critique que publique. Modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultrasecret, Elisa mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle et sa collègue Zelda découvrent une expérience encore plus secrète que les autres… Un conte gothique à la résonance universelle, doublée d’une leçon de cinéma. Lire la suite

Thelma

Du refoulement glaçant

En 2012, un ovni venu de Norvège arrivait sur nos écrans, il s’agissait d’Oslo, 31 Août et il était signé Joachim Trier. C’est dire qu’on attendait son nouveau film avec impatience.  Thelma, une jeune et timide étudiante, vient de quitter la maison de ses très dévots parents, située sur la côte ouest de Norvège, pour aller étudier dans une université d’Oslo. Là, elle se sent irrésistiblement et secrètement attirée par la très belle Anja. Tout semble se passer plutôt bien mais elle fait un jour à la bibliothèque une crise d’épilepsie d’une violence inouïe. Peu à peu, Thelma se sent submergée par l’intensité de ses sentiments pour Anja, qu’elle n’ose avouer – pas même à elle-même, et devient la proie de crises de plus en plus fréquentes et paroxystiques. Il devient bientôt évident que ces attaques sont en réalité le symptôme de facultés surnaturelles et dangereuses. Thelma se retrouve alors confrontée à son passé, lourd des tragiques implications de ces pouvoirs. 116 minutes d’une expérience émotionnelle étrange, dérangeante et d’une formidable beauté plastique. Du cinéma fantastique rare. Lire la suite

Mother

Anxiogène ? Non, ridicule !

Darren Aronofsky, c’est le réalisateur de Requiem for a Dream, The Wrestler et surtout Black Swann… Mais entre temps, son insupportable Noé aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Mais, ici, avec ces ahurissantes 122 minutes – Dieu que c’est long ! – de thriller complètement boursouflées, il touche le fond. Le pitch tient sur un post-it : Un couple voit sa relation remise en question par l’arrivée d’invités imprévus, perturbant leur tranquillité. Croyez-moi, la tranquillité du spectateur est également gravement perturbée ! Car on se pose la question pendant plus de deux heures : Qu’est-ce que je fais là ? Aurai-je la force de tenir jusqu’au bout ? Cruels dilemmes qui vous rongent tout au long de ce navet puissance X. Lire la suite