Archives de Catégorie: Comédie

A genoux les gars !

Tu suces ou tu suces pas ?

Et voilà une formule lapidaire qui résume parfaitement toute la problématique du film d’Antoine Desrosières, c’est vous dire l’intérêt de cette chose qui n’a de film que le nom. Sévère ? A peine, tant ces 98 minutes m’ont paru aussi interminables qu’insupportables. Un coup d’œil sur le pitch : En l’absence de sa sœur Rim, que faisait Yasmina dans un parking avec Salim et Majid, leurs petits copains ? Si Rim ne sait rien, c’est parce que Yasmina fait tout pour qu’elle ne l’apprenne pas. Quoi donc ? L’inavouable… le pire… la honte XXL, le tout immortalisé par Salim dans une vidéo potentiellement très volatile… mon avant-propos quelque peu virulent vous a donné la réponse à la question cruciale… que dis-je, vitale pour cette belle jeunesse. Lire la suite

Publicités

Le Doudou

Dur, dur

Le fait que la comédie de Philippe Mechelen et Julien Hervé ait obtenu le Prix du Jury à l’Alpe d’Huez ne prouve qu’une chose, c’est qu’après avoir primé La Finale et Larguées, il n’y avait plus grand-chose à se mettre sous la dent festivalière. Michel a perdu le doudou de sa fille à l’aéroport de Roissy. Il dépose un avis de recherche avec une récompense. Sofiane, employé à l’aéroport, y voit l’occasion de se faire un peu d’argent et prétend avoir retrouvé la peluche. Le mensonge révélé, Michel et Sofiane se lancent malgré tout sur les traces du doudou. Une mission plus compliquée que prévu… Le scénario n’est qu’un prétexte à 82 minutes d’un film à sketches poussif et plus qu’inégal qui repose entièrement sur l’abattage de sa vedette… Croyez-moi, ça ne suffit pas ! Lire la suite

Bécassine

Hymne au bon sens

Bruno Podalydès est un magicien. Je suis sa carrière avec passion et un étonnement chaque fois renouvelé depuis 1992 et son Versailles Rive Gauche, jusqu’au formidable Comme un avion de 2014, en passant par Dieu seul me voit, Liberté-Oléron ou Adieu Berthe ou l’enterrement de Mémé… un collier de perles ! Cette fois, il fait dans l’adaptation de BD, un vrai risque quand on voit le résultat obtenu par la plupart de ses collègues cinéastes (?) Bécassine naît dans une modeste ferme bretonne, un jour où des bécasses survolent le village. Devenue adulte, sa naïveté d’enfant reste intacte. Elle rêve de rejoindre Paris mais sa rencontre avec Loulotte, petit bébé adopté par la marquise de Grand-Air va bouleverser sa vie. Elle en devient la nourrice et une grande complicité s’installe entre elles. Un souffle joyeux règne dans le château. Mais pour combien de temps ? Les dettes s’accumulent et l’arrivée d’un marionnettiste grec peu fiable ne va rien arranger. Mais c’est sans compter sur Bécassine qui va prouver une nouvelle fois qu’elle est la femme de la situation. Un rêve de 102 minutes burlesques, tendres et mélancoliques. Un vrai beau moment de pur cinéma. Lire la suite

Comment tuer sa mère

Détestable génitrice = film détestable

Après 2 semaines d’exploitation, 97000 spectateurs se sont précipités – figure de style – pour voir l’incommensurable navet signé David Diane et Morgan Spillemaecker. De toute façon, il fallait faire vite pour voir ces 80 minutes qui vont au-delà du navrant. Dans la famille Mauret, les trois enfants n’avaient certainement pas demandé une mère aussi odieuse, déjantée… et dépensière ! Pour Nico, l’ainé, qui les entretient tous, c’en est trop ! Il propose à Ben, son jeune frère fainéant, et à Fanny, sa sœur complètement dépassée, une solution radicale : assassiner leur mère pendant le traditionnel déjeuner du samedi… Un seul bon point à l’actif de ce machin : il ne durait que 80 minutes ! – J’en parle au passé puisque ce pavé de mauvais goût a déjà disparu de l’affiche -.

Lire la suite

Oceans’8

Ça pue le fric et le réchauffé

Quelle affiche ! Evidemment un fort arrière goût de déjà-vu ! Mais s’il n’y avait que l’affiche… De toute évidence, le pauvre Gary Ross, très bon artisan du ciné d’action, – en témoigne le 1er volet des Hunger Games – semble s’être lancé dans ce nouvel épisode de la saga de la famille Ocean, sans avoir lu le scénario… eh bien non ! Il y a même participé ?!? Cinq ans, huit mois, 12 jours… et le compteur tourne toujours ! C’est le temps qu’il aura fallu à Debbie Ocean pour échafauder le plus gros braquage de sa vie. Elle sait désormais ce qu’il lui faut : recruter une équipe de choc. À commencer par son « associée » Lou Miller. Ensemble, elles engagent une petite bande d’expertes : Amita, la bijoutière, Constance, l’arnaqueuse, Tammy, la receleuse, Nine Ball, la hackeuse et Rose, la styliste de mode. Le butin convoité est une rivière de diamants d’une valeur de 150 millions de dollars. Le somptueux bijou sera autour du cou de la célèbre star Daphne Kluger qui devrait être l’objet de toutes les attentions au cours du Met Gala, l’événement de l’année. C’est donc un plan en béton armé. À condition que tout s’enchaîne sans la moindre erreur de parcours. Enfin, si les filles comptent repartir de la soirée avec les diamants sans être inquiétées… 110 minutes d’un immense n’importe quoi : qui vole – en rase-motte – d’une invraisemblance à une autre, sans pratiquement aucune innovation ni suspense. Un sacré ratage entièrement basé sur une idée marketing : réunir 8 femmes dans un grand film de casse… qui ne casse franchement pas grand-chose. Lire la suite

Le book club

Navrantissime !

Eh oui ! Mister Bill Holderman, il ne suffit pas de réunir à l’écran, un plateau de rêve pour réaliser un grand film. Et là, ces 97 minutes en sont un nouveau témoignage plus que douloureux. Quatre amies de toujours se retrouvent, comme chaque semaine, au sein de leur club de lecture, lorsque l’une d’entre elles propose de découvrir ‘’50 nuances de Grey’’ ! Elles ont réussi leur vie et elles comptent bien continuer à en profiter, et vivre de nouvelles expériences ! Célibataire depuis peu, Diane va connaître le coup de foudre. La toujours séduisante Vivian retrouve un amour passé. Sharon découvre les sites de rencontre sur internet. Et Carol essaie de redonner du piment à son couple. En ravivant la flamme ou en vivant une nouvelle aventure amoureuse, chacune d’elles va écrire le nouveau chapitre de sa vie. Peut-être le meilleur… Pour un 1er long métrage, ce réalisateur avait tout en main pour se faire plaisir et nous faire plaisir… Hélas, c’est encore une fois le scénario indigent qui flanque tout par terre. Les dialogues et le casting font le reste.   Lire la suite

Champions

Dans le mille

Peut-être pas la comédie de l’année. En tout cas la comédie du moment. Quel pied que ces 118 minutes signées par l’espagnol Javier Fesser dont c’est le 1er film que je vois. Pourtant, il réalise depuis 1994, mais c’est une vraie découverte. Marco occupe le prestigieux poste d’entraîneur-adjoint de l’équipe d’Espagne de basket. Mais son mauvais caractère lui pose problème. Après une série de déconvenues dont il est le seul responsable, Marco se retrouve à devoir coacher une équipe de déficients mentaux. Du feel good movie d’une intelligence, d’une sensibilité et d’une drôlerie rares. A voir absolument. Lire la suite