Archives de Tag: film allemand

Trois jours à Quiberon

De l’ennui distingué

Emily Atef, dont je ne connais pas le cinéma, nous gratifie ici de 115 très longues minutes dont je ne parviens toujours pas à comprendre ni l’utilité ni le sens profond. 1981. Pour une interview exceptionnelle et inédite sur l’ensemble de sa carrière, Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs, du magazine allemand « Stern » pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne qui se livre sur ses souffrances de mère et d’actrice, mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d’espoir et d’apaisement. Mini biopic d’une star cabossée par la vie superbement interprété et mis en image, mais qui dégage un ennui rédhibitoire. Lire la suite

Publicités

La révolution silencieuse

Silence assourdissant

Après son excellent Fritz Bauer, un héros allemand, en 2016, Lars Kraume continue de s’interroger sur ce qu’a dû être la vie en Allemagne juste après le Troisième Reich. Une devoir de mémoire passionnant et surtout très talentueux. Allemagne de l’est, 1956. Kurt, Theo et Lena ont 18 ans et s’apprêtent à passer le bac. Avec leurs camarades, ils décident de faire une minute de silence en classe, en hommage aux révolutionnaires hongrois durement réprimés par l’armée soviétique. Cette minute de silence devient une affaire d’Etat. Elle fera basculer leurs vies. Face à un gouvernement est-allemand déterminé à identifier et punir les responsables, les 19 élèves de Stalinstadt devront affronter toutes les menaces et rester solidaires. 111 minutes sous très haute tension et portées par un casting absolument remarquable. Un pan de la pré-guerre froide méconnu et très représentatif des difficultés pour « les Allemagne » de se relever après le traumatisme du conflit 39/45 et de la période nazie. Magnifique drame particulièrement édifiant. Lire la suite

In the fade

Film choc ou revenge movie ?

Un Golden Globe et le prix d’interprétation féminine à Cannes pour le réalisateur germano-turc Fatih Akın que j’avais découvert en 2009 avec son formidable Soul Kitchen. Ces 106 minutes de drame méritent pleinement ces récompenses. Scénario solide, réalisation impeccable, interprétation parfaite. Du grand cinéma.  La vie de Katja s’effondre lorsque son mari et son fils meurent dans un attentat à la bombe. Après le deuil et l’injustice, viendra le temps de la vengeance. Même si le final est sous-tendu par une idéologie douteuse, ce film vaut le déplacement et mérite qu’on en discute, surtout face à la critique institutionnelle qui s’en donne à cœur joie pour le descendre… Mais tout ce qui est excessif est insignifiant. Lire la suite

L’intelligence des arbres

Leçons de modestie

Julia Dordel et Guido Tölke nous proposent pendant 80 minutes un véritable déluge d’informations toutes plus étonnantes et palpitantes les unes que les autres, certes, mais hélas, ils n’emploient pas la bonne méthode. Sujet de ce documentaire, ou plutôt de ce double documentaire ! Un forestier en Allemagne, Peter Wohlleben, a observé que les arbres de sa région communiquent les uns avec les autres en s’occupant avec amour de leur progéniture, de leurs anciens et des arbres voisins quand ils sont malades. Il a écrit le bestseller « La Vie Secrète des Arbres » (vendu à plus d’1 million d’exemplaires) qui a émerveillé les amoureux de la nature. Ses affirmations ont été confirmées par des scientifiques à l’Université du « British Columbia » au Canada. Ce documentaire montre le travail minutieux et passionnant des scientifiques, nécessaire à la compréhension des interactions entre les arbres ainsi que les conséquences de cette découverte. Ça se veut un hymne au monde végétal mais ce n’est en réalité qu’une longue suite de témoignages entrecoupés d’images – certes très belles – qui ne servent que de plans de coupe sans pour autant appuyer les révélations passionnantes des propos. Lire la suite

Retour à Montauk

Mélancolique et sophistiqué

Volker Schlöndorff, 78 ans, est dans le cinéma depuis 1961. Après son excellent Diplomatie de 2014, il revient avec ce drame intimiste de 106 minutes bâti sur un scénario minimaliste mais défendu par un trio d’acteurs absolument épatants. Il y a un amour dans la vie, que tu n’oublies jamais, peu importe à quel point tu essaies. L’écrivain Max Zorn arrive à New York pour promouvoir son dernier roman. Sa jeune femme Clara l’a précédé de quelques mois pour contribuer à la parution du livre aux Etats-Unis. Dans son roman, Max raconte l’échec d’une passion dans cette ville, il y a 17 ans. Presque par hasard, il revoit Rebecca, la femme en question. Originaire d’Allemagne de l’Est, elle est devenue entre temps une brillante avocate et vit depuis 20 ans à New York. Ils décident de passer encore une fois un week-end ensemble. C’est l’hiver à Montauk, le petit village de pêcheurs au bout de Long Island. Deux transats vides, face à l’océan. Ils attendent deux personnes qui s’étaient perdues pendant très longtemps. Maintenant ils reviennent à Montauk, plein d’espoir et de regrets sur une vie commune manquée. Tout cela est extrêmement élégant, cultivé et raffiné, mais c’est aussi sacrément ennuyeux. Dommage, l’attente était forte… la déception aussi. Lire la suite

Paula

L’éclosion d’une femme

Dans tous ses films, Christian Schwochow met en scène le destin d’une femme – c’est le cas dans L’enfant de novembre, La fille invisible ou De l’autre côté du mur -. Voici donc 123 minutes d’un biopic consacré à une peintre allemande du début du XXème siècle qui a révolutionné son art en son temps et qui, surtout, est devenue la première femme peintre reconnue. 1900, Nord de l’Allemagne. Paula Becker a 24 ans et veut la liberté, la gloire, le droit de jouir de son corps, et peindre avant tout. Malgré l’amour et l’admiration de son mari, le peintre Otto Modersohn, le manque de reconnaissance la pousse à tout quitter pour Paris, la ville des artistes. Elle entreprend dès lors une aventure qui va bouleverser son destin. Paula Modersohn-Becker devient la première femme peintre à imposer son propre langage pictural. C’est tout simplement passionnant, visuellement très réussi et l’occasion de la découverte d’une artiste méconnue et d’une comédienne remarquable. Lire la suite

Friend Request

Terreur sur la toile

friend

Bon, soyons clairs, ces 92 minutes de pure épouvante, bien dans la tradition, se passent en Californie mais ont été tournées au Cap. Simon Verhoeven est allemand, comme le film, mais on y parle anglais à cause du casting, et ce Verhoeven là n’a rien à voir avec son homonyme Paul… et il s’en faut de beaucoup. Laura, étudiante branchée, partage sa vie sur Facebook avec ses 800 amis. Par gentillesse, elle accepte la demande d’ami de Marina, une étudiante introvertie mais qui devient vite envahissante. En tentant de la supprimer de sa liste d’amis, Laura va déclencher des forces paranormales et voir ses proches être décimés les uns après les autres… A part ça c’est solide, c’est du classique et on sursaute là et quand il faut. Mention honorable. Lire la suite