Archives de Tag: film allemand

Retour à Montauk

Mélancolique et sophistiqué

Volker Schlöndorff, 78 ans, est dans le cinéma depuis 1961. Après son excellent Diplomatie de 2014, il revient avec ce drame intimiste de 106 minutes bâti sur un scénario minimaliste mais défendu par un trio d’acteurs absolument épatants. Il y a un amour dans la vie, que tu n’oublies jamais, peu importe à quel point tu essaies. L’écrivain Max Zorn arrive à New York pour promouvoir son dernier roman. Sa jeune femme Clara l’a précédé de quelques mois pour contribuer à la parution du livre aux Etats-Unis. Dans son roman, Max raconte l’échec d’une passion dans cette ville, il y a 17 ans. Presque par hasard, il revoit Rebecca, la femme en question. Originaire d’Allemagne de l’Est, elle est devenue entre temps une brillante avocate et vit depuis 20 ans à New York. Ils décident de passer encore une fois un week-end ensemble. C’est l’hiver à Montauk, le petit village de pêcheurs au bout de Long Island. Deux transats vides, face à l’océan. Ils attendent deux personnes qui s’étaient perdues pendant très longtemps. Maintenant ils reviennent à Montauk, plein d’espoir et de regrets sur une vie commune manquée. Tout cela est extrêmement élégant, cultivé et raffiné, mais c’est aussi sacrément ennuyeux. Dommage, l’attente était forte… la déception aussi. Lire la suite

Paula

L’éclosion d’une femme

Dans tous ses films, Christian Schwochow met en scène le destin d’une femme – c’est le cas dans L’enfant de novembre, La fille invisible ou De l’autre côté du mur -. Voici donc 123 minutes d’un biopic consacré à une peintre allemande du début du XXème siècle qui a révolutionné son art en son temps et qui, surtout, est devenue la première femme peintre reconnue. 1900, Nord de l’Allemagne. Paula Becker a 24 ans et veut la liberté, la gloire, le droit de jouir de son corps, et peindre avant tout. Malgré l’amour et l’admiration de son mari, le peintre Otto Modersohn, le manque de reconnaissance la pousse à tout quitter pour Paris, la ville des artistes. Elle entreprend dès lors une aventure qui va bouleverser son destin. Paula Modersohn-Becker devient la première femme peintre à imposer son propre langage pictural. C’est tout simplement passionnant, visuellement très réussi et l’occasion de la découverte d’une artiste méconnue et d’une comédienne remarquable. Lire la suite

Friend Request

Terreur sur la toile

friend

Bon, soyons clairs, ces 92 minutes de pure épouvante, bien dans la tradition, se passent en Californie mais ont été tournées au Cap. Simon Verhoeven est allemand, comme le film, mais on y parle anglais à cause du casting, et ce Verhoeven là n’a rien à voir avec son homonyme Paul… et il s’en faut de beaucoup. Laura, étudiante branchée, partage sa vie sur Facebook avec ses 800 amis. Par gentillesse, elle accepte la demande d’ami de Marina, une étudiante introvertie mais qui devient vite envahissante. En tentant de la supprimer de sa liste d’amis, Laura va déclencher des forces paranormales et voir ses proches être décimés les uns après les autres… A part ça c’est solide, c’est du classique et on sursaute là et quand il faut. Mention honorable. Lire la suite

Seul dans Berlin

Le pot de terre contre le pot de fer

seul

Voilà dix ans que Vincent Perez n’était pas revenu à la réalisation. Pour son 3ème film il a choisi d’adapter le roman éponyme de Hans Fallada, lui-même inspiré d’une histoire vraie et paru en 1947. Il s’agit de l’un des tout premiers livres antinazis, devenu un best-seller international. L’auteur s’est basé sur des véritables documents de la Gestapo. Berlin, 1940. La ville est paralysée par la peur. Otto et Anna Quangel, un couple d’ouvriers, vivent dans un quartier modeste où, comme le reste de la population, ils tentent de faire profil bas face au parti nazi. Mais lorsqu’ils apprennent que leur fils unique est mort au front, ils décident d’entrer en résistance. Aux quatre coins de la ville, ils placent des messages anonymes critiquant Hitler et son régime. S’ils sont arrêtés, ils savent qu’ils seront exécutés… 103 minutes de tension extrême, non dénuées de défaut, mais qui nous emporte dans un monde que l’on ne connaît pas ou très mal, la vie quotidienne du peuple allemand sous la botte nazie. Lire la suite

Colonia

132 jours en enfer

colonia-dignidad-movie-set-12

Florian Gallenberger signe ici 110 minutes d’excellent cinéma au service d’un sujet plus que dramatique basé sur des faits réels. Même si le traitement est un peu scolaire et académique, la reconstitution est minutieuse et les personnages bien dessinés. Chili, 1973. Le Général Pinochet s’empare du pouvoir par la force. Les opposants au coup d’Etat descendent dans la rue. Parmi les manifestants, un jeune couple, Daniel photographe et son ami Lena. Daniel est arrêté par la nouvelle police politique. Il est conduit dans un camp secret, caché dans un lieu reculé au sein d’une secte dirigée par un ancien nazi. Une prison dont personne n’est jamais sorti. Pour retrouver son amant, Lena va pourtant rentrer dans la Colonia Dignidad. Le suspense haletant ne saurait faire oublier le propos glaçant du film. A faire frémir ! Lire la suite

Toni Erdmann

Faux semblants pour vrai chef d’œuvre

Toni_Erdmann_Ausschnitt2-ov

Il a le sourire carnassier de Bernard Tapie et la chevelure d’un homme de Néanderthal, c’est  lui, le Toni Erdmann de Maren Ade. Mais voilà, c’est un dentier postiche et une perruque, car notre homme semble ne pas prendre la vie très au sérieux et adore faire des farces (il a même pratiqué la profession enviable de marchand de coussins péteurs… c’est tout dire). Mais voilà, il mène une vie solitaire et en trompe-l’œil, et, sur un coup de tête, il va tenter de se rapprocher de sa fille. Quand Inès, femme d’affaire d’une grande société allemande basée à Bucarest, voit son père débarquer sans prévenir, elle ne cache pas son exaspération. Sa vie parfaitement organisée ne souffre pas le moindre désordre mais lorsque son père lui pose la question «es-tu heureuse ? », son incapacité à répondre est le début d’un bouleversement profond. Ce père encombrant et dont elle a honte fait tout pour l’aider à retrouver un sens à sa vie en s’inventant un personnage : le facétieux Toni Erdmann… C’est le point de départ de 162 minutes (rien que ça) d’un des films de cette année. Lire la suite

Fritz Bauer, un héros allemand

Pédagogique et haletant

FritzC’est en lisant L’impossible retour – Une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945 d’Olivier Guez, son co-scénariste, que Lars Kraume a eu l’idée du film. Ce livre étudie la façon dont les juifs ont pu vivre en Allemagne, le pays des meurtriers, après l’Holocauste et un des chapitres est consacré à Fritz Bauer et aux procès d’Auschwitz. En 1957, le juge Fritz Bauer apprend qu’Adolf Eichmann se cache à Buenos Aires. Les tribunaux allemands préfèrent tourner la page plutôt que le soutenir. Fritz Bauer décide alors de faire appel au Mossad, les services secrets israéliens. 106 minutes de suspense et de pédagogie sur une des périodes troubles et méconnues de l’histoire de l’Allemagne post-holocauste. Passionnant, précis, documenté, efficace, ce bon film a un gros défaut, celui d’arriver sur nos écrans peu de temps après l’admirable Labyrinthe du silence inspiré lui aussi de la vie dece  Fritz Bauer et de son second grand fait d’armes, provoquer ce qu’on a appelé le « procès d’Auschwitz ». Lire la suite