Archives de Catégorie: Biopic

C’est tout pour moi

Auto biopic

Bon ! Disons le tout de go, je ne suis pas très client du stand up en général. J’avais aperçu Nawell Madani, au hasard d’une molle séance de zapping par un après-midi pluvieux, sans doute du côté de la chaîne « Comédie », en me disant que décidément, ce genre a bien du mal à m’arracher un sourire. C’est vous dire si je ne suis pas allé voir ces 103 minutes de comédie dramatique avec un enthousiasme débordant. Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père. Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve… Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes. A force d’y croire, Lila se lance dans une carrière d’humoriste. Elle n’a plus qu’une idée en tête : voir son nom en haut de l’affiche, et surtout retrouver la fierté de son père. Comme quoi il faut toujours combattre ses a priori ! J’ai passé un bon moment avec cet « auto biopic » – un concept qui restait à inventer… c’est chose faite – drôle et tendre à la fois, qui nous fait pénétrer dans le petit monde sans pitié du stand up. Une belle surprise ! Lire la suite

Publicités

Battle of the sexes

Tennis et politique, même combat

Jonathan Dayton et Valerie Faris = Little Miss Sunshine, LE road-movie de 2006 dont tout le monde se souvient. Après Elle s’appelle Ruby, ils reviennent avec une comédie/biopic de 122 minutes qui, malgré sa longueur, n’ennuie jamais et remet en lumière une des femmes – avec un grand F – du 20ème siècle. 1972. La championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem. Mais loin de se satisfaire de son palmarès, elle s’engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. C’est alors que l’ancien numéro un mondial Bobby Riggs, profondément misogyne et provocateur, met Billie Jean au défi de l’affronter en match simple… Il ne faut pas obligatoirement être fan de tennis pour apprécier ce récit très documenté d’un match historique qui aura fait basculer beaucoup plus que l’Histoire du tennis. Lire la suite

Chavela Vargas

L’icône iconoclaste

Au début des années 1990, Catherine Grund, a perdu son meilleur ami du sida et s’est enfuie à Mexico pour y rester pendant plusieurs mois. Elle va obtenir une interview de Chavela Vargas, qui, à 71 ans, était assez méconnue, lesbienne, oubliée et dénigrée. L’icône vieillissante de la musique ranchera (ouest mexicain), avait alors des gros problèmes d’alcoolisme, en pleine rupture sentimentale, elle était relayée au second plan et sombrait dans l’oubli. Mais, fidèle à elle-même, elle croyait toujours en son pouvoir. La réalisatrice a vu là l’opportunité de faire partager son histoire à une large audience. Voici comment est né ce formidable docu-biopic-musical, réalisée en compagnie de Daresha Kyi. 90 minutes passionnantes sur une artiste magnifique constamment borderline, mais extrêmement attachante et qui chantera sur scène jusqu’à la limite de ses forces, en 2012, à 93 ans !!! Lire la suite

Confident Royal

Judi impériale

Stephen Frears aime à changer de registre mais rate rarement son coup. Après Tamara Drewe, Philomena, ou Florence Foster-Jenkins, le voici plongé dans la grande histoire britannique avec ce biopic des derniers temps de la vie de la reine Victoria. L’extraordinaire histoire vraie d’une amitié inattendue, à la fin du règne marquant de la Reine Victoria. Quand Abdul Karim, un jeune employé, voyage d’Inde pour participer au jubilé de la reine Victoria, il est surpris de se voir accorder les faveurs de la Reine en personne. Alors que la reine s’interroge sur les contraintes inhérentes à son long règne, les deux personnages vont former une improbable alliance, faisant preuve d’une grande loyauté mutuelle que la famille de la Reine ainsi que son entourage proche vont tout faire pour détruire. A mesure que l’amitié s’approfondit, la Reine retrouve sa joie et son humanité et réalise à travers un regard neuf que le monde est en profonde mutation.112 minutes pleines de grâce, d’humour et de sensibilité servies par une actrice hors-pair, l’immense Judi Dench. Lire la suite

Barry Seal : American Traffic

La vérité dépasse la fiction

Bien sûr, si un scénariste s’était fendu d’un tel scénario, on aurait crié à l’invraisemblable et au grand n’importe quoi. Et pourtant le film de Doug Liman est bien basé sur des faits réels. Avec ces 115 minutes, on parle même de biopic. C’est vous dire. L’histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l’une des plus grosses opérations secrètes de l’histoire des Etats-Unis. Après Mr and Mrs Smith, La mémoire dans la peau, Edge of Tomorrow, Doug Liman touche encore juste avec cette histoire aussi édifiante que distrayante. Lire la suite

HHhH

Himmlers Hirn heißt Heydrich

« Le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ». C’est la traduction de l’acronyme de ce film historique signé Cédric Jimenez, qui avait déjà offert deux excellents titres avec Aux yeux de tous et La French. Partagé en deux parties distinctes, l’ascension irrésistible puis la mission et le destin d’un réseau d’activistes tchèques, le film pose la question cruciale de « l’inhumain » chère à Hannah Arendt. L’ascension fulgurante de Reinhard Heydrich, militaire déchu, entraîné vers l’idéologie nazie par sa femme Lina. Bras droit d’Himmler et chef de la Gestapo, Heydrich devient l’un des hommes les plus dangereux du régime. Hitler le nomme à Prague pour prendre le commandement de la Bohême-Moravie et lui confie le soin d’imaginer un plan d’extermination définitif. Il est l’architecte de la Solution Finale. Face à lui, deux jeunes soldats, Jan Kubis et Jozef Gabcik. L’un est tchèque, l’autre slovaque. Tous deux se sont engagés aux côtés de la Résistance, pour libérer leur pays de l’occupation allemande. Ils ont suivi un entraînement à Londres et se sont portés volontaires pour accomplir l’une des missions secrètes les plus importantes, et l’une des plus risquées aussi : éliminer Heydrich. Au cours de l’infiltration, Jan rencontre Anna Novak, tentant d’endiguer les sentiments qui montent en lui. Car les résistants le savent tous : leur cause passe avant leur vie. Le 27 mai 1942, les destins d’Heydrich, Jan et Jozef basculent, renversant le cours de l’Histoire. 120 minutes d’un biopic qui tient la route mais qui m’a pourtant profondément agacé de bout en bout.

Lire la suite

Churchill

Douteux

Jonathan Teplitzky dont je ne connaissais à ce jour que son poussif et agaçant Les Voies du Destin de 2013, revient sur le devant de l’affiche avec cet étrange biopic de 48 heures, certes cruciales, mais plutôt contestable. Juin 1944. Les 48 heures précédant le Débarquement qui scellèrent le destin de Winston Churchill et du monde. 106 minutes où réapparaît le vieux débat de la forme et du fond. Le film repose entièrement sur la performance du stupéfiant de son acteur principal, mais – et certes je ne suis pas historien – tous ces coups de canif dans l’image du grand homme sont ils fondés, vérifiés… et vérifiables. Car si toutes ces révélations sont inexactes, ce film est totalement inutile… et déjà qu’il est assommant ! Lire la suite