Archives de Tag: janvier 14

Dallas Buyers Club

Le mourant qui voulait vivre

Dallas-Buyers-Club-Photo-Matthew-McConaughey

En 2012, Jean-Marc Vallée m’avait ennuyé et même irrité avec son prétentieux Café de Flore malgré une excellente Vanessa Paradis. Ici, il trouve de nouveau un acteur à la hauteur de ses ambitions, avec le fabuleux Matthew McConaughey, qui porte entièrement les deux heures de ce drame en forme de biopic. 1986, Dallas, Texas, une histoire vraie. Ron Woodroof a 35 ans, des bottes, un Stetson, c’est un cow-boy, un vrai. Sa vie : sexe, drogue et rodéo. Tout bascule quand, diagnostiqué séropositif, il lui reste 30 jours à vivre. Révolté par l’impuissance du corps médical, il recourt à des traitements alternatifs non officiels. Au fil du temps, il rassemble d’autres malades en quête de guérison : le Dallas Buyers Club est né. Mais son succès gêne, Ron doit s’engager dans une bataille contre les laboratoires et les autorités fédérales. C’est son combat pour une nouvelle cause… et pour sa propre vie.Film-Toronto Preview Lire la suite

Nymphomaniac – Volume II

Sans espoir

o-NYMPHOMANIAC-facebook (1)Charlotte et moi, nous ne nous quittons plus. Je parle de Charlotte Gainsbourg. Mercredi, je la voyais jouer les « Colonelles » au Pays de la Grande Bubunerie de Riad Sattouf. Et aujourd’hui, c’est dans l’univers glauque et désespéré de Lars von Trier qu’elle se débat pour le troisième volet de la trilogie consacrée par le réalisateur danois (après L’Antichrist en 2009) aux névroses féminines. Soyons justes, après le Volume I de début janvier que j’avais franchement détesté, je suis allé voir cette suite à reculons. Même si ces 124 minutes tournent trop souvent au catalogue nauséabond des expériences sexuelles (parfois extrêmes) de tout acabit, il faut reconnaître que ce film est très supérieur à sa première partie. Lire la suite

Jacky au royaume des filles

Cendrillon en Bubunerie

jacky-royaume-filles-places-gagner-sortie-fil-L-w2gGUfRiad Sattouf, César de la Meilleure Première œuvre en 2010 pour Les beaux gosses, revient avec une comédie totalement déjantée, au bout du délire. En République démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent le voile et s’occupent de leur foyer. Parmi eux, Jacky, un garçon de vingt ans, a le même fantasme inaccessible que tous les célibataires de son pays : épouser la Colonelle, fille de la dictatrice, et avoir plein de petites filles avec elle. Mais quand la Générale décide enfin d’organiser un grand bal pour trouver un mari à sa fille, les choses empirent pour Jacky : maltraité par sa belle-famille, il voit son rêve peu à peu lui échapper… On est en droit de détester le genre loufoque. Personnellement, j’adore ça a condition que cette espèce de grand n’importe quoi soit assumée… et ici, c’est le cas. Alors… Lire la suite

Au bord du monde

Les philosophes du pavé

maxresdefaultParis, la nuit. C’est ici que vivent Jeni, Wenceslas, Christine, Pascal et les autres. Sans-abri, ils hantent trottoirs, ponts et couloirs du métro, au bord d’un monde où la société ne protège plus. Ils nous font face, ils nous parlent. Non seulement ils se confient à la caméra de Claus Drexel, mais en plus ils nous émeuvent et touchent jusqu’au plus profond de nos êtres, par leur noblesse, leur beauté intérieure, la force de leur humanité. 2014 nous a déjà proposé quelques beaux film, 12 Years, a slave, Philomena, Lulu Femme nue, mais avec cette plongée Au bord du monde, on tient notre premier vrai choc de l’année. Lire la suite

De tout un peu… encore et toujours

Ça fuse de toutes parts

Quelques Hollanderies pour commencer. D’abord une rupture pleine d’élégance et de tendresse. 16 mots  (dont 4 fois le  pronom Je) par une dépêche d’agence… qui dit moins ?34SEPARATION

Lire la suite

Belle comme la femme d’un autre

Vaudeville à la plage

maxresdefault (1)Après une comédie complètement ratée, 48 heures par jour, en 2008, Catherine Castel revient avec une nouvelle comédie de mœurs qui s’avère tout aussi médiocre. Quand on pense qu’elle prétend s’inspirer des comédies américaines des années 1940 et 1950…. on s’interroge. N’est pas Frank Capra qui veut ! Clémence est d’une jalousie maladive. Pour éprouver la loyauté de Gabriel qui la demande en mariage, elle lui envoie à son insu la belle Olivia, testeuse de fidélité… L’arnacoeur était un joli film plein de grâce, d’inventivité, d’originalité. Sur le même sujet, Catherine Castel fait dans le balourd et le convenu en frisant parfois l’amateurisme. Lire la suite

Révélations

Pourquoi tu fais la gueule ?

6137Je ne sais pas si vous avez vu le, désormais, traditionnel clip mettant en scène toutes le révélations du cinéma français de l’année écoulée. C’est visible sur les écrans en première partie des films. L’an dernier, le concepteur les avaient tous mis au lit. Nus, prenant des poses plus ou moins lascives, dans un noir et blanc très léché, ils se succédaient à l’écran en faisant dans le glamour. Sans oublier les clins d’oeil appuyés aux bijoux Chaumet, principal partenaire de cette promo. Lire la suite