Archives de Tag: octobre 14

Au secours !

La nef des fous

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement je ne sais plus vraiment où j’habite. Tenez, observez cette carte classique qui représente notre belle France et notre chère voisine la Belgique. En y regardant de plus près, on peut s’apercevoir que le pays Outre-quiévrain a la forme d’un cerveau. Et où est-il placé ? Sur le crâne de notre beau pays… signe que sans doute nous avons perdu la tête depuis trop longtemps maintenant.150BELGIQUED’ailleurs, n’oublions pas que les Belges ont vécu sans problème pendant plus de 18 mois sans gouvernement. Pour notre part, on en change sans arrêt, et on n’y arrive pas. Plus ça va, pis c’est (comme disait une vache laitière atteinte d’énurésie que j’ai beaucoup aimée).

Lire la suite

Vive la France !

Le beau pays que voilà !

Je ne sais pas si c’est vrai pour tout le monde, mais pour les humoristes, c’est le paradis sur la Terre de France. N’en jetez plus, la cour est pleine ! Messieurs et Mesdames les politicards professionnels -j’allais écrire  les « politocards » – vous faites feu de tout bois. On n’arrive plus à vous suivre. De petites phrases en postures, de boulettes en polémiques, de mensonges en couacs divers et variés, vous alimentez la chronique des grosses mauvaises nouvelles et petites catastrophes qui sont devenues le quotidien de notre beau pays. Allez en route pour un tout petit florilège de ces trois derniers jours.

On ne sait plus où se situe l’opposition… il faut dire aussi qu’elle est partout.141ESTROSI

Lire la suite

Magic in the Moonlight

 Champagne !

ec18dd9bbbe09a68fb03c01af4558cf9L’idée du film est venue à Woody Allen de par sa fascination pour la magie, une activité qui a connu un grand succès dans les années 20. Plusieurs personnalités célèbres en étaient adeptes, comme Arthur Conan Doyle. Le cinéaste faisait lui-même des tours lorsqu’il était plus jeune, et on retrouve cette thématique tout au long de sa filmographie, notamment dans Scoop où il incarne Splendini, le magicien. Le prestidigitateur chinois Wei Ling Soo est le plus célèbre magicien de son époque, mais rares sont ceux à savoir qu’il s’agit en réalité du nom de scène de Stanley Crawford : cet Anglais arrogant et grognon ne supporte pas les soi-disant médiums qui prétendent prédire l’avenir. Se laissant convaincre par son fidèle ami Howard Burkan, Stanley se rend chez les Catledge qui possèdent une somptueuse propriété sur la Côte d’Azur et se fait passer pour un homme d’affaires dans le but de démasquer la jeune et ravissante Sophie Baker, une prétendue médium, qui y séjourne avec sa mère. Quel pied, ce film ! 98 minutes de vrai bonheur. C’est beau, drôle, cynique, poétique et d’une finesse sans pareil. Chapeau Monsieur Allen encore une fois touché par la grâce !

Lire la suite

Les spécialistes

Marchands d’armes

On le sait bien. De tout temps, c’est la vente d’armes qui a réussi à maintenir hors de l’eau la balance du commerce extérieur de la plupart des pays occidentaux. La France ne fait pas exception à la règle. Mais le gouvernement Valls/Hollande innove. Comme les Rafales de Monsieur Dassault ne se vendent toujours pas… (trop cher Dassault!… C’est navrant, mais j’adore !) en haut lieu, on a décidé d’exporter plus simple, moins technologique et surtout moins onéreux. D’abord, honneur à notre bonne Maire de Lille qui en revient à une technique médiévale qui a fait ses preuves.138 MARTINE

Lire la suite

Le sel de la terre

Diaporama hagiographique

Le_Sel_de_la_Terre__c__Juliano_Ribeiro_Salgado-1400x787Sebastião Salgado est un immense photographe. Wim Wenders un immense cinéaste. Mais, curieusement la rencontre des deux ne fait pas un grand film. Je résumerai ces 110 minutes, à une sorte de long catalogue de photos toutes plus belles et plus poignantes les unes que les autres, … et c’est tout. Depuis quarante ans, le photographe Sebastião Salgado parcourt les continents sur les traces d’une humanité en pleine mutation. Alors qu’il a témoigné des événements majeurs qui ont marqué notre histoire récente : conflits internationaux, famine, exode… Il se lance à présent à la découverte de territoires vierges aux paysages grandioses, à la rencontre d’une faune et d’une flore sauvages dans un gigantesque projet photographique, hommage à la beauté de la planète. Sa vie et son travail nous sont révélés par les regards croisés de son fils, Juliano, qui l’a accompagné dans ses derniers périples et de Wim Wenders, lui-même photographe. La rencontre de deux génies qui accouche d’un diaporama, quelle déception à hauteur de l’attente. Lire la suite

Balade entre les tombes

Dans la tradition

tumblr_n6cmthL82g1sfcr70o1_r1_1280La nouvelle sur laquelle se base le film fait partie du dixième roman des aventures de Matt Scudder, écrit par Lawrence Block. Il existe 18 tomes consacrés à ce personnage, le dernier ayant été publié en 2011. Scott Frank, qui est surtout scénariste, s’essaye ici à la réalisation avec, il faut lui reconnaître, un certain savoir-faire. Ancien flic, Matt Scudder est désormais un détective privé qui travaille en marge de la loi. Engagé par un trafiquant de drogue pour retrouver ceux qui ont enlevé et assassiné sa femme avec une rare violence, Scudder découvre que ce n’est pas le premier crime sanglant qui frappe les puissants du milieu… S’aventurant entre le bien et le mal, Scudder va traquer les monstres qui ont commis ces crimes atroces jusque dans les plus effroyables bas-fonds de New York, espérant les trouver avant qu’ils ne frappent à nouveau… Une nouvelle preuve qu’on ne fait pas du neuf avec du vieux en terme de scénario, même si ce film se laisse voir, mais sans plus.  Lire la suite

White Bird

L’absente

white-bird-in-a-blizzard-53fb035839524C’est avec un thriller dramatique inspiré d’un roman de Laura Kasischke, que Gregg Araki revient sur les écrans après Mysterious Skin, Smiley Face et Kaboom dont L’adolescence est le thème central. Ce film ne fait pas exception à la règle. Kat Connors a 17 ans lorsque sa mère disparaît sans laisser de trace. Alors qu’elle découvre au même moment sa sexualité,  Kat semble  à peine troublée par cette absence et ne paraît pas en vouloir à son père, un homme effacé. Mais peu à peu, ses nuits peuplées de rêves vont l’affecter profondément et l’amener à s’interroger sur elle-même et sur les raisons véritables de la disparition de sa mère… Tortueux à souhait, acide et mélancolique, ce film est avant tout un portrait au vitriol de la vie de façade et du déclin du rêve américain dans les années 80. Lire la suite