Archives de Catégorie: Historique

Le Cercle littéraire de Guernesey

Mélo so british

Mike Newell est un caméléon de la réalisation. Après 4 Mariages et un enterrement, Harry Potter et la Coupe de Feu ou Prince of Persia : les Sables du temps, il passe à la romance historique avec ces 123 minutes d’excellente facture. Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation. Curieuse d’en savoir plus, Juliet décide de se rendre sur l’île et rencontre alors les excentriques membres du « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates » dont Dawsey, le charmant et intriguant fermier à l’origine de la lettre. Leurs confidences, son attachement à l’île et à ses habitants ou encore son affection pour Dawsey changeront à jamais le cours de sa vie. Encore une adaptation de best seller… Encore un que je n’ai pas lu… Et je suis d’autant plus à l’aise pour écrire que j’ai passé un bon moment face à ce beau mélo assumé délicieusement suranné et tourné dans des paysages magnifiques.   Lire la suite

Publicités

La révolution silencieuse

Silence assourdissant

Après son excellent Fritz Bauer, un héros allemand, en 2016, Lars Kraume continue de s’interroger sur ce qu’a dû être la vie en Allemagne juste après le Troisième Reich. Une devoir de mémoire passionnant et surtout très talentueux. Allemagne de l’est, 1956. Kurt, Theo et Lena ont 18 ans et s’apprêtent à passer le bac. Avec leurs camarades, ils décident de faire une minute de silence en classe, en hommage aux révolutionnaires hongrois durement réprimés par l’armée soviétique. Cette minute de silence devient une affaire d’Etat. Elle fera basculer leurs vies. Face à un gouvernement est-allemand déterminé à identifier et punir les responsables, les 19 élèves de Stalinstadt devront affronter toutes les menaces et rester solidaires. 111 minutes sous très haute tension et portées par un casting absolument remarquable. Un pan de la pré-guerre froide méconnu et très représentatif des difficultés pour « les Allemagne » de se relever après le traumatisme du conflit 39/45 et de la période nazie. Magnifique drame particulièrement édifiant. Lire la suite

La Mort de Staline

De la démence du totalitarisme

Adapté du roman graphique du même nom de Fabien Nury et Thierry Robin, centré sur cette lutte de pouvoir abjecte – et étalée sur deux jours – des anciens subordonnés du dictateur pour lui succéder, le film d’Armando Iannucci a tout pour surprendre… en bien. Dans la nuit du 2 mars 1953, un homme se meurt, anéanti par une terrible attaque. Cet homme, dictateur, tyran, tortionnaire, c’est Joseph Staline. Et si chaque membre de sa garde rapprochée – comme Beria, Khrouchtchev ou encore Malenkov – la joue fine, le poste suprême de Secrétaire Général de l’URSS est à portée de main. On nous précise : Inspiré de faits réels…. La réalité dépasse une nouvelle fois la fiction. Ces 108 minutes sont là pour le prouver, même si le ton de la comédie grinçante et caustique a été choisi, c’est une réelle réussite grâce à une brochette d’acteurs qui s’en donnent à cœur joie. Un jeu de dupes totalement jubilatoire. Lire la suite

Marie-Madeleine

Réhabilitation ?

Garth Davis, c’est le réalisateur australien de l’excellent Lion. Il aime à jouer sur la corde sensible, tout en mettant le paquet sur une image très léchée. D’autant plus efficace qu’il s’agit des paysages les plus bibliques qui soient, ceux de Galilée. Marie Madeleine est un portrait authentique et humaniste de l’un des personnages religieux les plus énigmatiques et incompris de l’histoire. Ce biopic biblique raconte l’histoire de Marie, une jeune femme en quête d’un nouveau chemin de vie. Soumise aux mœurs de l’époque, Marie défie les traditions de sa famille pour rejoindre un nouveau mouvement social mené par le charismatique Jésus de Nazareth. Elle trouve rapidement sa place au cœur d’un voyage qui va les conduire à Jérusalem. J’avais aimé Lion, son 1er film, mais je suis beaucoup plus mesuré – et le mot est faible – sur ces 120 minutes qui s’étirent comme une éternité. Vous me direz, c’est dans la note ! Lire la suite

Les Heures sombres

Tempête sous un crâne

Joe Wright n’a que 45 ans et pourtant il réalise depuis 1997 et s’était fait remarqué dès son 1er long métrage en 2005 avec Orgueil et préjugés. Ces 126 minutes ne sont donc pas le fait d’un débutant. Mais c’est tout de même son 1er biopic. Homme politique brillant et plein d’esprit, Winston Churchill est un des piliers du Parlement du Royaume-Uni, mais à 65 ans déjà, il est un candidat improbable au poste de Premier Ministre. Il y est cependant nommé d’urgence le 10 mai 1940, après la démission de Neville Chamberlain, et dans un contexte européen dramatique marqué par les défaites successives des Alliés face aux troupes nazies et par l’armée britannique dans l’incapacité d’être évacuée de Dunkerque.  Alors que plane la menace d’une invasion du Royaume-Uni par Hitler et que 200 000 soldats britanniques sont piégés à Dunkerque, Churchill découvre que son propre parti complote contre lui et que même son roi, George VI, se montre fort sceptique quant à son aptitude à assurer la lourde tâche qui lui incombe. Churchill doit prendre une décision fatidique : négocier un traité de paix avec l’Allemagne nazie et épargner à ce terrible prix le peuple britannique ou mobiliser le pays et se battre envers et contre tout. Avec le soutien de Clémentine, celle qu’il a épousée 31 ans auparavant, il se tourne vers le peuple britannique pour trouver la force de tenir et de se battre pour défendre les idéaux de son pays, sa liberté et son indépendance. Avec le pouvoir des mots comme ultime recours, et avec l’aide de son infatigable secrétaire, Winston Churchill doit composer et prononcer les discours qui rallieront son pays. Traversant, comme l’Europe entière, ses heures les plus sombres, il est en marche pour changer à jamais le cours de l’Histoire. Ce drame historique en forme d’hagiographie a beaucoup d’atouts pour lui mais aussi pas mal de lourdeurs et de défauts qu’on ne peut passer sous silence. Lire la suite

L’échange des Princesses

Petit théâtre de la cruauté politique

Rien depuis 2009 et Une exécution ordinaire dans la filmographie de Marc Dugain. Mais tout vient à point à qui sait attendre, car voilà 100 minutes d’un film historique magique. 1721. Une idée audacieuse germe dans la tête de Philippe d’Orléans, Régent de France… Louis XV, 11 ans, va bientôt devenir Roi et un échange de princesses permettrait de consolider la paix avec l’Espagne, après des années de guerre qui ont laissé les deux royaumes exsangues. Il marie donc sa fille, Mlle de Montpensier, 12 ans, à l’héritier du trône d’Espagne, et Louis XV doit épouser l’Infante d’Espagne, Anna Maria Victoria, âgée de 4 ans. Mais l’entrée précipitée dans la cour des Grands de ces jeunes princesses, sacrifiées sur l’autel des jeux de pouvoirs, aura raison de leur insouciance… Une fresque splendide sur la fin d’un monde, avec l’omniprésence de la mort, dans un Versailles en ruine. Magistral ! Lire la suite

Dunkerque

La débâcle

Christopher Nolan est un spécialiste du blockbuster comme le prouvent ses Inception, Man of Steel, Transcendance, Interstellar… C’est d’abord un excellent technicien, mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne fait pas dans la finesse. Ces 107 minutes sur fond de grande Histoire restent donc dans le droit fil de cette filmographie. Le récit de la fameuse évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940 est ici vue par le petit bout de la lorgnette, à travers l’anecdote, l’humain et non par le prisme habituel du politico-militaire. Intéressant dans l’intention mais je dois avouer m’être pas mal ennuyé devant la répétition des scènes et des situations et suis sorti totalement abruti par la musique permanente de Hans Zimmer. Bref, impression mi-figue mi-raisin devant un des films les plus attendus de cet été.   Lire la suite