Archives de Catégorie: Historique

Nos patriotes

Reconnaissance

C’est le premier film de Gabriel Le Bomin que je vois. En consultant sa filmographie, je n’ai visiblement pas manqué grand-chose. Plaisanterie mise à part, ces 107 minutes d’Histoire de France valent le déplacement. Après la défaite française de l’été 1940, Addi Ba, un jeune tirailleur sénégalais s’évade et se cache dans les Vosges. Aidé par certains villageois, il obtient des faux papiers qui lui permettent de vivre au grand jour. Repéré par ceux qui cherchent à agir contre l’occupant et qui ne se nomment pas encore « résistants », il participe à la fondation du premier « maquis » de la région. Belles intentions mais petits moyens pour un film plus qu’honorable où l’on apprend beaucoup de choses. Lire la suite

HHhH

Himmlers Hirn heißt Heydrich

« Le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich ». C’est la traduction de l’acronyme de ce film historique signé Cédric Jimenez, qui avait déjà offert deux excellents titres avec Aux yeux de tous et La French. Partagé en deux parties distinctes, l’ascension irrésistible puis la mission et le destin d’un réseau d’activistes tchèques, le film pose la question cruciale de « l’inhumain » chère à Hannah Arendt. L’ascension fulgurante de Reinhard Heydrich, militaire déchu, entraîné vers l’idéologie nazie par sa femme Lina. Bras droit d’Himmler et chef de la Gestapo, Heydrich devient l’un des hommes les plus dangereux du régime. Hitler le nomme à Prague pour prendre le commandement de la Bohême-Moravie et lui confie le soin d’imaginer un plan d’extermination définitif. Il est l’architecte de la Solution Finale. Face à lui, deux jeunes soldats, Jan Kubis et Jozef Gabcik. L’un est tchèque, l’autre slovaque. Tous deux se sont engagés aux côtés de la Résistance, pour libérer leur pays de l’occupation allemande. Ils ont suivi un entraînement à Londres et se sont portés volontaires pour accomplir l’une des missions secrètes les plus importantes, et l’une des plus risquées aussi : éliminer Heydrich. Au cours de l’infiltration, Jan rencontre Anna Novak, tentant d’endiguer les sentiments qui montent en lui. Car les résistants le savent tous : leur cause passe avant leur vie. Le 27 mai 1942, les destins d’Heydrich, Jan et Jozef basculent, renversant le cours de l’Histoire. 120 minutes d’un biopic qui tient la route mais qui m’a pourtant profondément agacé de bout en bout.

Lire la suite

Churchill

Douteux

Jonathan Teplitzky dont je ne connaissais à ce jour que son poussif et agaçant Les Voies du Destin de 2013, revient sur le devant de l’affiche avec cet étrange biopic de 48 heures, certes cruciales, mais plutôt contestable. Juin 1944. Les 48 heures précédant le Débarquement qui scellèrent le destin de Winston Churchill et du monde. 106 minutes où réapparaît le vieux débat de la forme et du fond. Le film repose entièrement sur la performance du stupéfiant de son acteur principal, mais – et certes je ne suis pas historien – tous ces coups de canif dans l’image du grand homme sont ils fondés, vérifiés… et vérifiables. Car si toutes ces révélations sont inexactes, ce film est totalement inutile… et déjà qu’il est assommant ! Lire la suite

Silence

La proie du doute

silence_still_embed

Après 61 ans de carrière, Martin Scorsese en est à 141 films ou séries réalisés ! C’est vous dire que notre mémoire n’y suffira jamais, mais qui a pu oublier Taxi Driver,  Raging Bull, Les Affranchis, Casino, Gangs of New-York, Aviator, Les Infiltrés, Shutter Island, Hugo Cabret, autant de chefs d’œuvre dans des genres totalement différents, et voici 160 minutes qui passent en rien de temps et qui ne dépareront pas le palmarès de Monsieur Scorcese. XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le Père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves. Après La dernière tentation du Christ (1988) et Kundun (1997), Silence marque la 3ème incursion de Martin Scorsese dans le film sur fond religieux, genre qui lui tient particulièrement à cœur. C’est à coup sûr le meilleur des trois, car nous touchons là à l’admirable, à l’insondable, au plus que complexe… au chef d’œuvre  encore une fois. Lire la suite

Jackie

L’anti biopic

jackie-movie-cf-161201_12x5_1600

Pablo Larraín a du génie. Je ne cesse de le clamer à chacun de ses films, comme les 2 derniers, El Club et Neruda. Il a un regard, une originalité dans les scénarios et dans la réalisation qui n’appartiennent qu’à lui. 22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35ème président des États-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, sa veuve, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d’en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l’héritage politique du président et à célébrer l’homme qu’il fut.100 minutes totalement bouleversantes pour le portrait psychologique d’une femme frappée par le malheur. Une totale réussite. Lire la suite

Fleur de Tonnerre

Empoisonnant

fleur-de-tonnerre-port-louis_2

C’est le premier film de Stéphanie Pillonca-Kervern – la femme de Gustave Kervern qui a d’ailleurs participé au scénario – qu’on a déjà aperçue à de nombreuses reprises comme actrice. Encore une fois, je suis partagé après avoir vu ce drame franco-belge adapté du roman éponyme de Jean Teulé, peut-être justement parce que j’ai lu et beaucoup aimé ledit roman. En 1800, la Bretagne est à genoux, accablée par le régime en place et par le clergé omnipotent. Elle se meurt dans un marasme économique qui n’en finit pas et au milieu de cela, une fillette en souffrance pousse, tant bien que mal. Cette fillette c’est « Fleur de Tonnerre », une enfant isolée, malmenée par la vie et bercée par le morbide. Elle deviendra la plus grande « serial killer » que la terre ait jamais portée et sèmera la mort, peut être juste pour être regardée et aimée.100 minutes esthétiquement irréprochables, mais scénaristiquement trop outrées pour passionner réellement. Une déception. Lire la suite

The Birth of a Nation

Quel dommage !

the-birth

Primé deux fois au festival de Sundance, (Prix du Public et Grand Prix du Jury) le biopic écrit, réalisé et joué par Nate Parker ne brille pas forcément par l’originalité et manque singulièrement de force pour un tel sujet. Trente ans avant la guerre de Sécession, Nat Turner est un esclave cultivé et un prédicateur très écouté. Son propriétaire, Samuel Turner, qui connaît des difficultés financières, accepte une offre visant à utiliser les talents de prêcheur de Nat pour assujettir des esclaves indisciplinés. Après avoir été témoin des atrocités commises à l’encontre de ses camarades opprimés, et en avoir lui-même souffert avec son épouse, Nat conçoit un plan qui peut conduire son peuple vers la liberté… Ces 120 minutes m’ont mis mal à l’aise, car, au-delà de leurs faibles qualités cinématographiques, elles font l’apologie d’un homme qui se sert des textes de la Bible pour entraîner des hommes dans la violence. Même si, en l’occurrence, son combat était juste, le film fait douloureusement écho aux événements qui ensanglantent notre monde d’aujourd’hui. Lire la suite