Archives de Tag: film belge

Tueurs

Nettoyage par le vide

Un film de braquage et de règlement de comptes entre truands, un de plus vous allez me dire. Oui, mais là on a de grosses différences. Le film est signé par Jean-François Hensgens et François Troukens, lui-même ancien truand et qui a accompli 10 ans de prison. Il s’est formé à la littérature et aux métiers du cinéma durant son séjour derrière les barreaux. C’est là qu’il a puisé son inspiration pour ce polar, utilisant son expérience pour nourrir son scénario. Avouez que ça nous change des scénarii des anciens flics. Alors que Frank Valken réalise un casse fabuleux, un commando de tueurs entre en action et exécute tous les témoins. On relève parmi les cadavres celui de la magistrate qui enquête sur l’affaire des Tireurs fous. Trente ans plus tard, ils semblent être de retour. Arrêté en flagrant délit et face à la pression médiatique, Frank n’a d’autre choix que de s’évader pour tenter de prouver son innocence. 86 minutes sous très haute tension, sèches, glaciales et d’une rare efficacité. Un des polars de l’année. Lire la suite

Publicités

Le Fidèle

Sur fond d’aboiements

Le flamand Michaël R. Roskam s’était fait remarquer avec deux excellents films, Bullhead et Quand vient la nuit. Le moins qu’on puisse dire est qu’il ne déçoit pas avec son 3ème long métrage, un drame romantique certes un peu trop long, – 130 minutes – mais prenant et magnifiquement interprété. Lorsque Gino rencontre Bénédicte, c’est la passion. Totale. Incandescente. Mais Gino a un secret. De ceux qui mettent votre vie et votre entourage en danger. Alors Gino et Bénédicte vont devoir se battre envers et contre tous, contre la raison et contre leurs propres failles pour pouvoir rester fidèles à leur amour. Energique, profond, intense et souvent bouleversant, ce drame noir est une vraie réussite. Lire la suite

Grand froid

Le road-movie du mort-vivant

Un premier film signé Gérard Pautonnier, venu de la pub et de la télé, qui a mis les petits plats dans les grands avec son casting +++ et un scénario d’une rare originalité. C’est la rencontre avec le romancier Joël Egloff qui l’a poussé à se lancer dans l’aventure.  Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier. Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez. L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure. Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco. 86 minutes d’un road-movie macabre et hilarant qui se transforme en parcours initiatique avec deux regards sur la vie et sur la mort qui s’opposent. A découvrir. Lire la suite

En amont du fleuve

A la recherche du père

J’avais beaucoup aimé le tout petit film de Marion Hänsel, La Tendresse, et, la présence à l’affiche de deux superbes comédiens m’ont conduit à aller voir ces 90 minutes inattendues, étranges, mais somme toute, décevantes. À bord d’un petit rafiot, Homer et Joé, la cinquantaine, remontent un fleuve vers des chutes d’eau en Croatie. Jusqu’au décès, récent, de leur père, ils ignoraient l’existence l’un de l’autre. Pourtant, ils sont demi-frères. Sean, un baroudeur irlandais énigmatique et menteur se joindra à eux. A part les splendides paysages croates et les prestations des acteurs, on ne retient pas grand-chose de ce drame elliptique, qui conserve sa part de mystère jusqu’au bout et laisse le spectateur pantois et déçu sur la rive du fleuve. Un beau film qui ne va pas au bout de son ambition. Lire la suite

Paris les pieds nus

Poésie burlesque

Fiona Gordon et Dominique Abel collaborent depuis 25 ans en s’efforçant, dans leurs films et spectacles, de donner forme à un univers théâtral atypique souvent centré sur leur sujet préféré : la maladresse des êtres humains. Leur dernier film La Fée avait déjà toutes les qualités de cette balade poético-burlesque dans un la capitale. Fiona, bibliothécaire canadienne, débarque à Paris pour venir en aide à sa vieille tante en détresse. Mais Fiona se perd et tante Martha a disparu. C’est le début d’une course-poursuite dans Paris à laquelle s’invite Dom, SDF égoïste, aussi séducteur que collant. 83 minutes très particulières. On est en droit de ne pas apprécier cet humour décalé et clownesque mais on doit reconnaître que l’ensemble est rafraîchissant et ponctué de véritables moments de grâce. Lire la suite

Faut pas lui dire

Faut pas le voir non plus

faut-pas-lui-dire_exact1024x768_l

Encore un premier film, encore un film belge, encore un film de femmes… et ceux qui me lisent fidèlement savent que j’adore ça. Hélas la comédie de Solange Cicurel m’a non seulement déçu, mais profondément irrité. Laura, Eve, Anouch et Yaël sont quatre cousines, très différentes et très attachantes, qui ont un point commun : elles mentent, mais toujours par amour ! Quand les trois premières découvrent quelques semaines avant le mariage de leur petite cousine que son fiancé parfait la trompe, elles votent à l’unisson « Faut pas lui dire » ! Ça se veut léger, déluré et audacieux… C’est lourdingue, pesant et clichetonneux… bref, raté ! Lire la suite

Souvenir

En rose et gris

souvenir

C’est en se demandant ce que deviennent les gens qui n’ont pas gagné l’Eurovision que Bavo Defurne a eu l’idée de ce film. Qu’est-ce que ça fait d’avoir été en pleine lumière et de se retrouver dans l’ombre ? Il y a beaucoup d’exemples de gens tombés dans l’oubli. Que deviennent-ils ? En Flandre, nous avons connu l’exemple frappant d’une chanteuse devenue vendeuse dans un magasin. Que faire lorsqu’on redevient anonyme ? 90 minutes pour un premier film plus que prometteur défendu par une actrice ***. Très jolie surprise. Lire la suite