Archives de Tag: juin 15

Un moment d’égarement

40 ans après

7778842245_francois-cluzet-et-vincent-cassel-sont-reunis-pour-la-premiere-fois-dans-une-comedie

Remake inutile du film éponyme écrit et réalisé par Claude Berri en 1977 (c’est d’ailleurs le fils de ce dernier, Thomas Langmann, qui est le producteur du projet), cette comédie de Jean-François Richet, (bien loin des deux volets de Mesrine de 2008), est égale à ce qu’on pouvait en attendre. 105 minutes ni pires ni meilleures que beaucoup d’autres films qui visent le public estival. Antoine et Laurent, amis de longue date, passent leurs vacances en Corse avec leurs filles respectives : Louna, 17 ans et Marie, 18 ans.  Un soir sur la plage, Louna séduit Laurent.  Louna est amoureuse mais pour Laurent ce n’est qu’un moment d’égarement… Sans dévoiler le nom de son amant, elle se confie à son père qui cherche par tous les moyens à découvrir de qui il s’agit. Combien de temps le secret pourra-t-il être gardé … Une version convenue d’un Sea, sex and sun franchouillard mais efficace. Lire la suite

Publicités

L’année prochaine

Rites de passage

l_annee_prochaine_c_helicotronc

Et qui dit « rites » dit forcément « répétitions ». Et c’est ce principal défaut que je retiendrai du premier film de Vania Leturcq qui, au demeurant, ne manque pas de qualités. Clotilde et Aude ont 18 ans et sont meilleures amies depuis toujours. Leur relation est forte et fusionnelle comme peuvent l’être les amitiés adolescentes. Elle doivent décider ce qu’elles feront l’année prochaine, après le bac. Clotilde choisit de quitter leur petit village pour aller faire ses études à Paris et entraine Aude avec elle. Mais les deux amies vivront différemment leur nouvelle vie … Un moment de la vie des ados rarement traité au cinéma. Pourtant quelque chose ne fonctionne pas assez bien pour passionner durant les 105 minutes de ce drame porté par un remarquable casting. Hélas… Lire la suite

Une seconde mère

Pérola do Brasil

seconde-mere-4ad0-diaporama

A part notre bijou hexagonal, Comme un avion, de l’excellent Bruno Podalydès, qui suit son chemin pavé de bons chiffres au box office, la vérité en matière de cinéma nous vient décidément de loin ce mois-ci. Après la Colombie, la Chine, la Turquie, voici la comédie dramatique de Anna Muylaert qui nous vient du Brésil pour nous enchanter. Depuis plusieurs années, Val travaille avec dévouement pour une famille aisée de Sao Paulo, devenant une seconde mère pour le fils. L’irruption de Jessica, sa fille qu’elle n’a pas pu élever, va bouleverser le quotidien tranquille de la maisonnée… 112 minutes de pur bonheur et de grâce en compagnie d’une immense actrice, Regina Casé. Lire la suite

A love you

Le romantisme existe-t-il toujours ?

a-love-you-photo-551c17d2f2893

Et en avant le road-movie entre potes ! Je ne sais pas si c’est l’air des vacances, mais le cinéma a tendance à beaucoup prendre la route en ce moment. Ce ne sont pas ces 90 minutes signées, réalisées, coproduites et jouées par Paul Lefèvre qui changeront grand chose à l’histoire du cinéma français, mais bon, on a vu tellement pire que je serai enclin à l’indulgence. Il fait trop chaud pour se mettre vraiment en colère. Suite à une soirée trop arrosée et une nuit inoubliable avec une inconnue, Manu se réveille seul avec un message sur son bras lui donnant rendez-vous à Avignon. Persuadé qu’il s’agit de la femme de sa vie, il est prêt à tout pour la retrouver. Manu embarque, malgré lui, son pote Fred sur la route. Ce qui semblait être une simple virée entre amis va vite tourner à la catastrophe… Ce n’est pas un film d’amour, mais un film qui parle d’amour et même  avec cette question centrale voire existentielle : Le romantisme existe-t-il toujours ? C’est gentiment foutraque, gentiment réalisé et gentiment interprété. Bref un film gentil… et puis c’est tout ! Lire la suite

L’échappée belle

La Dandy et l’orphelin

Eva&Leon_poster_recherches_vierge4_0

Charmant, touchant, mais passablement vain, ce petit film signé Emilie Cherpitel vaut essentiellement par son improbable duo d’acteurs. Il est 5 heures du matin, à une terrasse de café, Léon s’assoit à la table d’Eva et lui demande un chocolat chaud. Il a 11 ans et ne connaît pas ses parents. Elle a 35 ans et pas d’enfant. Elle est libre, fantasque et mène une vie de privilégiée. Il est malin, sage et vit dans un foyer. Ils ne vont plus se quitter. Le scénario tient donc sur un timbre-poste et si le film ne dure que 76 petites minutes, on comprend aisément pourquoi. Le choc de deux mondes mais aussi de deux solitudes qui ne parvient pas totalement à emporter et à convaincre malgré de réelles qualités.

Lire la suite

Allo quoi !

L’écoute qui fait déborder le vase.

Les « Grandes Oreilles » de la NSA font de nouveau parler d’elles. Entre Libé, Le Monde et Médiapart, qui passent tout doucement du statut journalistique à celui de « lanceur d’alerte », les révélations nous arrivent par vagues qui risquent fort de submerger la quiétude affichée par les démocraties occidentales. Outre que le procédé des écoutes généralisées relève à la fois de la paranoïa maladive et de l’insulte à pays amis et alliés, on peut se demander, à juste titre, quels détails croustillants on pourrait apprendre de l’intimité de nos trois derniers Présidents. Leurs politiques, on ne les connaît que trop bien, mais il m’étonne que leurs turpitudes n’aient pas encore été étalées au grand jour… Bref ! Le plus étonnant dans tout ce pataquès reste la réaction scandalisée de jeunes filles effarouchées de nos dirigeants qui tentent de nous faire avaler qu’ils ne se doutaient de rien…

173ECOUTE Lire la suite

Vice Versa

En direct du cerveau

55362d75733b1

Ceux qui, parmi vous, me lisent fidèlement, savent que je ne suis pas un fan des films d’animation… et c’est une litote. Je suis sans doute trop amoureux des acteurs pour parvenir à m’extasier devant le dessin animé du 3ème millénaire, même si je lui reconnais de réelles qualités techniques et parfois scénaristiques. Mais cette fois, au vu des bandes annonces et surtout du thème traité, à savoir la construction de l’identité chez une préado, dans la nouvelle production des studios Pixar, je me suis décidé à aller voir le film de Pete Docter (Là-haut, et bientôt Toy 4) sorti cette semaine sur nos écrans. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’idée… je l’ai toujours dit. Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, Peur qui se charge de la sécurité,  Colère qui s’assure que la justice règne, et Dégoût qui empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition… Une leçon d’harmonie… et de cinéma d’animation ! Lire la suite