Archives de Catégorie: Thriller

Woman at war

Combattante

Quel magnifique portrait de femme venue d’Islande grâce au talent de Benedikt Erlingsson ! Ces 100 minutes passionnantes ont obtenu – et c’est plus que mérité – le Prix SACD à la Semaine Internationale de la Critique à Cannes, cette année. Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande… Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie… Grande originalité, force sociale, pour une véritable petite perle venue du grand Nord. Lire la suite

Publicités

Opération Beyrouth

Dans la poussière

Un film sur un négociateur issu des services diplomatiques ? Voilà plutôt une idée originale. Le confier à Brad Anderson qui est avant tout un réalisateur de séries TV, même si son The Call en 2014 était loin d’être désagréable, était à priori une bonne option. Réunir un casting de luxe pour l’occasion également. Alors pourquoi ces 110 minutes glauques et poussiéreuses sont-elles loin de m’avoir convaincu ? Beyrouth, 1972. Diplomate américain, Mason Skiles organise une réception, en présence de sa femme et de Karim, orphelin libanais de 13 ans que le couple espère adopter. Mais le cocktail est perturbé par l’arrivée du meilleur ami de Mason, l’agent de la CIA Cal Riley, porteur de nouvelles inquiétantes concernant Karim. Quelques secondes plus tard, des terroristes font irruption et ouvrent le feu sur les convives. Les conséquences sont terribles. Dix ans plus tard, Mason a sombré dans l’alcool. Vivant désormais à Boston, il intervient comme médiateur dans les conflits au sein de l’entreprise. Jusqu’au jour où il est abordé par un inconnu qui, à la demande d' »amis » communs, lui remet un passeport et un billet d’avion pour qu’il se rende le plus tôt possible à Beyrouth. D’abord réticent, il débarque dans une ville ravagée par la guerre qu’il ne reconnaît plus. Il comprend alors pourquoi on l’a fait venir : des terroristes ont kidnappé un agent de la CIA et il est censé négocier sa libération contre celle du djihadiste Abu Rajal, détenu par la police secrète israélienne. Avec l’aide de Sandy Crowder, elle-même membre de la CIA, Mason prend conscience que chaque force en présence – Tsahal, le gouvernement américain, l’OLP – cherche à servir ses propres intérêts. À qui peut-il encore faire confiance dans un monde où la vérité n’émerge que lorsqu’elle est rentable ? Déjà, à la lecture du pitch, on sent que ça ne va pas être tout simple !!! Avis très mitigé de votre Jipéhel devant ce film d’espionnage qui lorgne sur John Le Carré sans jamais l’égaler et qui nous laisse sur notre faim. Lire la suite

Et mon cœur transparent

Onirisme esthétisant

Le film écrit et réalisé par Raphaël et David Vital-Durand est un OVNI dans le cinéma français. Rien que la lecture du pitch qui suit donne une idée de ce que sont ces 86 minutes : Je m’appelle Lancelot Rubinstein, ma femme est morte ce jour-là, à cet instant précis. Elle s’appelait Irina. Le plus étrange dans cette histoire c’est de découvrir la personne avec laquelle on vit une fois qu’elle est morte. Thriller poétique teinté d’humour noir au charme très singulier qui ne séduira évidemment pas le grand public – le film est d’ailleurs très peu distribué et n’a bénéficié de pratiquement aucune promo – sans grandes têtes d’affiches, un 1er film pourtant très nouveau et attachant. Lire la suite

Everybody Knows

Cluedo à la mode hispano-iranienne

Le Client, Le Passé, A propos d’Elly, Une Séparation…, tout ce que touche l’iranien Asghar Farhadi devient de l’or. Ce ne sont pas ces 132 minutes qui me feront changer d’avis même si, cette fois, le réalisateur iranien tâte du thriller psychologique. A l’occasion du mariage de sa sœur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au cœur d’un vignoble espagnol. Mais des événements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui. Une fois de plus, l’ambition affichée est parfaitement atteinte. Todos lo saben – titre original, dont on se demande bien qui a eu la fâcheuse idée de l’angliciser – joue avec nos émotions avec une parfaite maîtrise. Du grand art ! Lire la suite

Escobar

« Inspiré de faits réels »

J’avais adoré les 2 derniers films de l’espagnol Fernando León de Aranoa, Amador et A Perfect Day, un jour comme un autre, qui m’ont fait le classer parmi les très bons réalisateurs du moment, par son originalité et son savoir-faire. Ces 123 minutes confirment mon opinion sur la qualité du réalisateur, par contre je reste un peu dubitatif sur le fond. Impitoyable et cruel chef du cartel de Medellin, Pablo Escobar est le criminel le plus riche de l’Histoire avec une fortune de plus de 30 milliards de dollars. « L’empereur de la cocaïne » met la Colombie à feu et à sang dans les années 80 en introduisant un niveau de violence sans précédent dans le commerce de la drogue. Fascinée par son charisme et son pouvoir, la très célèbre journaliste Virginia Vallejo, va s’apercevoir qu’on ne s’approche pas de l’homme le plus dangereux du monde. Passionnant mais un peu trop démonstratif à mon goût, le film – trop long – se focalise sur la performance de son acteur principal aux dépens de tous les autres personnages qui manquent par trop d’épaisseur. Lire la suite

Carnivores

Ombre et lumière

On apprécie les frères Jérémie et Yannick Renier comme acteurs depuis longtemps. Cette fois, ils ont décidé de passer derrière la caméra pour écrire et réaliser à 4 mains ce thriller non dénué de qualités, mais qui n’évite pas non plus quelques gros écueils. Mona rêve depuis toujours d’être comédienne. Au sortir du Conservatoire, elle est promise à un avenir brillant mais c’est Sam, sa sœur cadette, qui se fait repérer et devient rapidement une actrice de renom. À l’aube de la trentaine, à court de ressources, Mona est contrainte d’emménager chez sa sœur qui, fragilisée par un tournage éprouvant, lui propose de devenir son assistante. Sam néglige peu à peu son rôle d’actrice, d’épouse, de mère et finit par perdre pied. Ces rôles que Sam délaisse, Mona comprend qu’elle doit s’en emparer. 86 minutes sombres et tendues mais à la mécanique un peu artificielle, car on a du mal à croire à la psychologie des deux personnages… et ça s’avère vite très gênant. Lire la suite

L’Affaire Roman J.

Aller et retour

Dan Gilroy a 58 ans, mais n’en est qu’à son 2ème film en tant que réalisateur, après une très longue et brillante carrière de scénariste. Curieusement c’est plutôt cet aspect-là qui pèche dans ces 123 – longues – minutes de thriller judiciaire. À la mort de son mentor, Roman J. Israel, avocat aussi idéaliste que déterminé, voit sa vie bouleversée. Dans l’univers des tribunaux surchargés de Los Angeles, celui qui fut son modèle et une figure légendaire des droits civiques laisse un vrai vide. Recruté par l’ambitieux George Pierce, Roman se lie d’amitié avec une militante de l’égalité des droits. Confronté à des événements extrêmes, il va pourtant remettre en question l’engagement qui a déterminé toute sa carrière… L’idée de départ est excellente, mais tout est tissé de grosses invraisemblances et de bavardages incessants. Le côté thriller en prend un sérieux coup par manque de rythme et de véritable tension. C’est seulement un film pour les acteurs et, croyez moi, ils s’en donnent à cœur joie quand ils ne frisent pas le grotesque.   Lire la suite