Le Livre de la jungle

Eblouissant

le-livre-de-la-jungle-film-002

Après Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, Maléfique avec Angelina Jolie en sorcière de La Belle au bois dormant, puis Cendrillon revisité par Kenneth Branagh, Disney réalise une version live d’un autre classique. C’est Jon Favreau, (Iron Man) qui est à la baguette et c’est une vraie réussite. Les aventures de Mowgli, un petit homme élevé dans la jungle par une famille de loups. Mais Mowgli n’est plus le bienvenu dans la jungle depuis que le redoutable tigre Shere Khan, qui porte les cicatrices des hommes, promet d’éliminer celui qu’il considère comme une menace. Poussé à abandonner le seul foyer qu’il ait jamais connu, Mowgli se lance dans un voyage captivant, à la découverte de soi, guidé par son mentor la panthère Bagheera et l’ours Baloo. Sur le chemin, Mowgli rencontre des créatures comme Kaa, un python à la voix séduisante et au regard hypnotique et le Roi Louie, qui tente de contraindre Mowgli à lui révéler le secret de la fleur rouge et insaisissable : le feu. Décors somptueux, personnages attachants, péripéties à gogo…une bonne part de noirceur assumée, cette nouvelle adaptation du chef d’œuvre de Rudyard Kipling est une splendeur. J’en parle d’autant plus librement que, et vous le savez fidèles lecteurs, je ne suis pas un fan de ce type de productions. Mais, là, je dois l’avouer, j’ai été bluffé d’avoir pris tant de plaisir à suivre les aventures de Mowgli et de ses amis malgré l’avalanches d’effets spéciaux tous plus étonnants les uns que les autres. On pouvait s’attendre au pire et, à l’arrivée, c’est tout simplement magique !

le-livre-de-la-jungle

Je le répète, ces 106 minutes sont avant tout un incroyable exploit technique. Les animaux (64 espèces différentes) que l’on voit dans le film ont été conçus à l’aide de la fameuse motion capture (qui permet d’enregistrer les positions de membres d’êtres vivants pour ensuite les retoucher sur ordinateur) et ensuite joués par des marionnettistes. A part le jeune acteur, tout ce qu’on peut voir à l’écran a été créé par des magiciens des effets spéciaux. Les animaux du film sont nés d’un processus qui mixe plusieurs techniques différentes. En effet, pour que la magie opère, l’équipe du film s’est inspirée de véritables animaux sauvages évoluant dans leur milieu naturel. A partir de là, ils ont utilisé les meilleures technologies en matière d’animation pour donner vie à leurs propres créatures, aussi vraies que nature, Cette nouvelle adaptation de l’œuvre de Rudyard Kipling est non seulement d’une beauté saisissante mais est en outre plus proche de l’œuvre originale. La technologie se met même au service de l’émotion pour un voyage émotionnel, engagé et exaltant où petits et grands se retrouvent.

le-livre

Le jeune Neel Sethi est épatant et on doit louer sa performance de comédien, car il a dû jouer entièrement seul devant un écran vert et avec des marionnettes pour partenaires. Chapeau ! Les voix françaises de Lambert Wilson, Leïla Bekhti, Eddy Mitchell, Cécile de France… sont au diapason de ce petit bijou où l’aventure et l’émotion sont garanties.

le-livre de

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s