Archives de Catégorie: Cinéma

Confident Royal

Judi impériale

Stephen Frears aime à changer de registre mais rate rarement son coup. Après Tamara Drewe, Philomena, ou Florence Foster-Jenkins, le voici plongé dans la grande histoire britannique avec ce biopic des derniers temps de la vie de la reine Victoria. L’extraordinaire histoire vraie d’une amitié inattendue, à la fin du règne marquant de la Reine Victoria. Quand Abdul Karim, un jeune employé, voyage d’Inde pour participer au jubilé de la reine Victoria, il est surpris de se voir accorder les faveurs de la Reine en personne. Alors que la reine s’interroge sur les contraintes inhérentes à son long règne, les deux personnages vont former une improbable alliance, faisant preuve d’une grande loyauté mutuelle que la famille de la Reine ainsi que son entourage proche vont tout faire pour détruire. A mesure que l’amitié s’approfondit, la Reine retrouve sa joie et son humanité et réalise à travers un regard neuf que le monde est en profonde mutation.112 minutes pleines de grâce, d’humour et de sensibilité servies par une actrice hors-pair, l’immense Judi Dench. Lire la suite

Publicités

Happy End

Bad Movie

Je suis un grand admirateur du cinéma de Michael Haneke, de Ruban Blanc à Amour en passant par la Pianiste, j’avais, comme beaucoup, était époustouflé par l’écriture et l’originalité de ses films. J’adore depuis toujours Jean-Louis Trintignant et mes fidèles lecteurs savent la vénération que je porte à Isabelle Huppert. Alors à l’idée de voir tout ce beau monde réuni sur un écran, j’en salivais d’avance… et là encore, je n’étais pas le seul. Aussi la déception est-elle à la hauteur de l’attente. « Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles. » Instantané d’une famille bourgeoise européenne. La comédie grinçante ne fonctionne pas et on cherche encore l’utilité de ces 108 minutes, certes brillantes, mais ici, l’exigence s’est faite hermétisme, l’autodestruction annoncée de notre monde reste enfouie sous un scénario boursouflé et complaisant. Un ratage douloureux. Lire la suite

Blade Runner 2049

Dystopie hypnotique

Denis Villeneuve est un grand cinéaste, ce n’est plus à prouver. Sa filmographie, avec Incendies, Prisoners, Premier Contact, parle pour lui. Pourtant, toute la critique et les fans du Blade Runner de Ridley Scott l’attendaient au tournant. Et bien sûr le débat a lieu entre les nostalgiques inconditionnels du film de 1982 et les autres. En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies… 165 minutes aussi lentes qu’époustouflantes de beauté formelle et de trouvailles. Il n’y a évidemment pas crise de lèse-majesté puisque, même s’il on retrouve les ingrédients de base du film d’il y a 35 ans, tout est ici nouveau et différent… et diablement réussi. Lire la suite

L’intelligence des arbres

Leçons de modestie

Julia Dordel et Guido Tölke nous proposent pendant 80 minutes un véritable déluge d’informations toutes plus étonnantes et palpitantes les unes que les autres, certes, mais hélas, ils n’emploient pas la bonne méthode. Sujet de ce documentaire, ou plutôt de ce double documentaire ! Un forestier en Allemagne, Peter Wohlleben, a observé que les arbres de sa région communiquent les uns avec les autres en s’occupant avec amour de leur progéniture, de leurs anciens et des arbres voisins quand ils sont malades. Il a écrit le bestseller « La Vie Secrète des Arbres » (vendu à plus d’1 million d’exemplaires) qui a émerveillé les amoureux de la nature. Ses affirmations ont été confirmées par des scientifiques à l’Université du « British Columbia » au Canada. Ce documentaire montre le travail minutieux et passionnant des scientifiques, nécessaire à la compréhension des interactions entre les arbres ainsi que les conséquences de cette découverte. Ça se veut un hymne au monde végétal mais ce n’est en réalité qu’une longue suite de témoignages entrecoupés d’images – certes très belles – qui ne servent que de plans de coupe sans pour autant appuyer les révélations passionnantes des propos. Lire la suite

Good Time

Le bal des médiocres

Depuis 2012, la musique est de nouveau récompensée à Cannes. Cette année c’est le thriller de Ben Safdie et Joshua Safdie qui a obtenu le prix Cannes Soundtrack. 100 minutes frénétiques, hallucinées qui nous promènent aux quatre cois d’une ville déboussolée. Un braquage qui tourne mal… Connie réussit à s’enfuir mais son frère Nick est arrêté. Alors que Connie tente de réunir la caution pour libérer son frère, une autre option s’offre à lui : le faire évader. Commence alors dans les bas-fonds de New York, une longue nuit sous adrénaline. Un thriller efficace, original,démentiel, qui vous tient en apnée de bout en bout… parfois jusqu’à l’étouffement. Lire la suite

Le sens de la fête

Les bras cassés vont à la noce

Eric Toledano et Olivier Nakache sont de « dangereux » récidivistes. Le duo vole de succès en succès. Bien sûr Intouchables et ses près de 20 millions d’entrées est resté dans toutes les mémoires – sans oublier Samba en 2014 -. Et une fois encore, ils touchent juste fort. Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.117 minutes qu’on ne voit pas passer grâce à l’écriture ciselée, la mise en scène virevoltante et un casting au top. Enfin une comédie féroce et tendre à la fois, qui fait du bien. Lire la suite

Monsieur Jean s’en est allé

L’élégance faite homme

Un enchanteur nous a quittés. On s‘y attendait, mais c’est tout de même avec une grande tristesse que j’ai appris ce matin le décès de l’immense Jean Rochefort. J’ai suivi avec passion la carrière de cet acteur unique, qui, sous ses airs de ne pas y toucher, parvenait à faire partager toute la gamme des émotions. Je ne vais pas ici décortiquer les quelques 150 films – et série TV – auxquels il a prêté son talent inimitable, sa voix grave, son œil rieur et sa moustache en bataille… Non ! On n’oubliera jamais sa silhouette élégante et sa diction si particulière qui faisaient de lui un des cadors de sa génération à l’égal des Belmondo, Rich, Noiret ou Marielle… – tous amis de promotion au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris -. Je ne parlerai pas non plus de son abondante carrière théâtrale et des très nombreuses récompenses reçues durant sa carrière… il était même titulaire de l’ordre du Mérite Agricole… c’est vous dire l’éclectisme du bonhomme ! Mais je garderai toujours en mémoire sa dernière apparition sur grand écran auprès de Sandrine Kiberlain dans Floride de Philippe Le Gay où, avec sa malice coutumière, il tirait sa révérence entre drame et humour … du Rochefort tout craché.