Archives de Tag: octobre12

Amour

Eros et Thanatos

Heureuse époque pour les cinéphiles que l’automne. Car chaque année, on voit sortir sur nos écrans, non seulement de grosses productions attendues depuis longtemps et annoncées à grand renfort de campagne publicitaire, de promo tape-à-l’œil et de bandes annonces, (Astérix, Skyfall) mais aussi la plupart des films primés ou simplement sélectionnés dans les grands festivals (César doit mourir, Reality, A perdre la raison, Vous n’avez encore rien vu, In another country etc…) Et c’est évidemment le cas avec la Palme d’Or, Amour de Michael Hanneke, qui récidive après Le Ruban blanc, il y a trois ans et un Grand Prix du Jury en 2001 avec La Pianiste. Son palmarès parle pour lui. Une fois de plus, le réalisateur autrichien frappe très fort. Il dérange et il envoûte à la fois. Il est unique, hors norme, et d’une originalité incroyable. Lire la suite

Skyfall

Le grand Bond

Le 23ème long métrage de la saga entamée en 1962, a été réalisé par Sam Mendes, dont la spécialité n’est pas vraiment le film d’action quand on se rappelle des titres comme American Beauty, Les Sentiers de la perdition ou Les Noces rebelles. Néanmoins, il me paraît être un des meilleurs de la longue série. Il est même époustouflant. D’abord une longue séquence de poursuite tournée à Istanbul, en particulier la course en moto sur les toits puis dans les galeries du Grand Bazar, puis un vrai générique, à l’ancienne, avec une chanson écrite et chantée par Adèle dans la grande tradition des James Bond. Ensuite l’intérêt de fléchira jamais, avec des rebondissements à la pelle, deux James Bond Girls belles à se damner, un des méchants les plus fins et les plus intelligents qu’on ait vus et un final à couper le souffle. Tous les ingrédients sont là avec même le retour de la célèbre Aston Martin B25… allez, c’est cadeau ! Lire la suite

Traviata et nous

A la recherche de l’émotion

Trois mois de répétition résumé en 110 minutes. Verdi et sa Traviata au Festival d’Aix en Provence 2011. Un metteur en scène français, un chef français, un orchestre anglais (le London Symphony Orchestra) et un chœur estonien réunis sur la scène du Théâtre de l’Archevêché, un écrin pour l’immense Nathalie Dessay. C’est Philippe Béziat qui se retrouve derrière la caméra pour capter ces quelques instants rarement offerts au grand public, ces moments de travail, de recherche, de doutes, de rires et parfois de souffrances. Ce metteur en scène n’en est pas à son coup d’essai, on lui doit déjà Noces et Pelléas et Mélisande, Le Chant des Aveugles. C’est dire que sa passion pour l’opéra et ses coulisses n’est plus à démontrer. Lire la suite

Stars 80

Nostalgie, quand tu nous tiens !

Pitch : Vincent et Antoine, deux fans des années 80, dirigent une petite société de spectacle en perdition. A la veille du dépôt de bilan, ils retrouvent un carton de vieux 45 tours : Jeanne Mas, Jean-Luc Lahaye, Lio, Desireless, Peter & Sloane, François Feldman, Début de soirée, Images, Cookie Dingler, Sabrina, Gilbert Montagné… tous les tubes des années 80 ! Immédiatement, l’étincelle jaillit : pourquoi ne pas faire remonter sur scène les stars des années 80 ? Les deux producteurs partent alors en quête de ces vedettes oubliées, et montent une tournée de concerts qui débutera dans la galère avant de cartonner en province et triompher… au Stade de France ! Voilà l’argument de la comédie musicale réalisée par Frédéric Forestier et Thomas Langmann. C’est vous dire que le scénario est plus que léger et reste l’occasion de revoir et de réentendre les tubes qui triomphaient au Top 50, il y a 30 ans. Lire la suite

César doit mourir

La grande évasion

A plus de 80 ans, les frère Paolo et Vittorio Taviani (Padre padrone, La Nuit de San Lorenzo, Good Morning Babilonia) réapparaissent sur nos écrans avec ce drame de 75 minutes entièrement filmé dans l’enceinte de la prison de Rebibbia. Une représentation de Jules César de Shakespeare s’achève sous les applaudissements. Les lumières s’éteignent sur les acteurs redevenus des détenus. Ils sont escortés et enfermés dans leur cellule. Le noir et blanc remplace la couleur. Le récit des mois de préparation de cette expérience théâtrale commence. Six mois auparavant… Lire la suite

In another country

Les parapluies de Mohang-ni.

Quand Hong Sang-soo a proposé son nouveau film à Isabelle Huppert, elle a accepté avant même de savoir sur quoi il allait porter. La seule chose qu’elle connaissait du projet, c’est le lieu de tournage une petite ville balnéaire à trois heures de Séoul et le fait qu’il y a cinq personnages. Dans ce film, elle  interprète trois rôles différents, dont les seuls points communs sont le prénom « Anne » et le voyage à Mohang-ni : une réalisatrice qui voyage pour rendre visite à son ami coréen, la seconde est une femme mariée qui part à cette station balnéaire en compagnie de son amant, et la troisième est une maîtresse de maison qui tente de se consoler en voyageant après le départ de son mari avec une Coréenne. Léger comme une bulle. Un moment de grâce futile (quoique…) et lumineux. Lire la suite

Bachelorette

L’éternel féminin ?

Regan, Gena et Katie sont inséparables depuis le lycée. Très cyniques, elles sont stupéfaites d’apprendre que leur amie Becky, adorable mais rondouillette, est la première d’entre elles à se marier ! Et ne voilà-t-il pas que celle qu’elles surnommaient « la truie », leur demandent d’être ses demoiselles d’honneur…. Ou demoiselles d’horreur ? Le moins que l’on puisse dire c’est que ce choix inattendu va entraîner une sacré pagaille dans la cérémonie et sa préparation. 24 heures de folie pour notre plus grande joie. Lire la suite