Archives de Tag: film argentin

Kóblic

Glaçant sous le soleil de la pampa

5 ans après son formidable El Chino, le cinéaste argentin Sebastián Borensztein récidive avec cet excellent thriller à la mode argentine sur fond de dictature militaire. Argentine 1977. Un ancien pilote et capitaine de la Marine argentine, Tomas Koblic s’enfuit après avoir désobéi à un ordre de l‘armée soumise à la dictature. Caché dans une petite ville du sud du pays, sa présence attire l’attention du maréchal local d’une autorité abusive et sans scrupules. La conscience n’a nul endroit pour se cacher… 92 minutes sous très haute tension, sans effets particuliers, mais avec une extrême rigueur et servi par ce que l’Argentine fait de mieux comme acteurs. Un régal ! Lire la suite

Citoyen d’honneur

Fable loufoque et cruelle

Les cinéastes Mariano Cohn et Gastón Duprat travaillent ensemble depuis près de 25 ans. Il nous faut ici un cadeau précieux avec ces 117 minutes de comédie grinçante et impitoyable. L’Argentin Daniel Mantovani, lauréat du Prix Nobel de littérature, vit en Europe depuis plus de trente ans. Alors qu’il refuse systématiquement les multiples sollicitations dont il est l’objet, il décide d’accepter l’invitation reçue de sa petite ville natale qui souhaite le faire citoyen d’honneur. Mais est-ce vraiment une bonne idée de revenir à Salas dont les habitants sont devenus à leur insu les personnages de ses romans ? Une escalade venimeuse dans la bêtise et le cynisme pour le retour de l’enfant prodigue au village de son enfance. Irrésistible et cruel. Du grand cinéma ! Lire la suite

Ultimo Tango

Histoire d’un couple

ultimo

Le pitch de ce documentaire pas comme les autres tient sur un timbre poste : Passions amoureuses. L’histoire de Maria et Juan, les deux plus célèbres danseurs de la légende du tango. German Kral connait Juan Carlos Copes et María Nieves depuis son enfance, ces deux danseurs formant LE couple phare du tango en Argentine. On les voyait partout : à la télévision, au théâtre, dans les journaux… Dès qu’il s’agissait de tango, c’était le couple référence. Aussi le réalisateur a-t-il développé une passion pour le tango lorsqu’il est arrivé à Berlin qui est, après Buenos Aires, la première ville au monde où l’on danse le plus le tango. Il s’était rendu en Allemagne il y a quelques années pour y étudier le cinéma. Il raconte : Un ami argentin m’attendait à l’aéroport et m’a accueilli chez lui. Il avait une cassette de Roberto Goyeneche, un célèbre chanteur de tango, qui interprétait Naranjo en Flor «  L’oranger en fleur », un morceau magnifique. Les paroles étaient les suivantes : « Primero hay que saber sufrir, después amar, después partir y al fin andar sin pensamiento… : Il faut d’abord savoir souffrir, puis savoir aimer, puis savoir partir, et enfin s’en aller sans penser…  » Ces vers m’ont donc profondément touché. C’est à ce moment-là que je suis tombé amoureux du tango… En effet, ces 85 minutes, au-delà de l’histoire du tango argentin de l’après-guerre, sont surtout celle d’un couple uni, puis déchiré et qui se retrouve par et pour la danse. Superbe et passionnant. Lire la suite

Refugiado

En fuite

af2b470dfcf4e3859b73e889c4a43603

Les fidèles lecteurs de mon blog connaissent ma passion pour le cinéma argentin. Sans doute, n’envoie-t-on en Europe que le haut du panier de la production argentine, mais ça fait quand même pas mal de films remarquables comme El Chino, Les Nouveaux Sauvages, Elefante Blanco, Les Acacias, Carancho… Diego Lerman, en 2012, nous avait proposé un drame étrange et très dérangeant, L’œil invisible. Cette fois, il s’attaque au problème crucial de la violence conjugale et ses conséquences. Laura et son fils de 7 ans quittent précipitamment leur appartement de Buenos Aires pour échapper à l’emprise d’un père menaçant. Les deux fugitifs s’engagent alors dans une course contre la montre à la recherche d’un refuge et d’une nouvelle vie. Sorte de road-movie de la peur, pathétique et pudique qui nous emporte sur les pas d’une mère et de son fils en fuite devant la violence aveugle. Prenant et émouvant. Lire la suite

Les Nouveaux Sauvages

Jeu de massacre

les-nouveaux-sauvages-relatos-salvajes-2Damián Szifron remet au goût du jour les films à sketches que l’on pouvait voir dans les années 60, notamment en Italie… on ne peut que penser au célèbre I Monstri de Dino Risi. Ce film a fait partie de la Compétition du 67ème Festival de Cannes en 2014. Fait intéressant, le festival n’avait sélectionné aucun film à sketch depuis Le Sens de la vie des Monty Python, qui avait obtenu le Grand Prix spécial du Jury en 1983. L’inégalité, l’injustice et l’exigence auxquelles nous expose le monde où l’on vit provoquent du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les Nouveaux sauvages est un film sur eux. Vulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros des Nouveaux sauvages franchissent l’étroite frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amoureuse, le retour d’un passé refoulé, la violence enfermée dans un détail quotidien, sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent les pédales et éprouve l’indéniable plaisir du pétage de plombs. Un film sur les nouveaux barbares… vous ou moi, n’importe qui, un jour ou l’autre, poussés à bout par l’absurde de la vie quotidienne, devient quelqu’un d’autre, sort de la norme, pour se transformer en un de ces Nouveaux sauvages... A la fois monstrueux et jouissif ! Lire la suite

Hipôtesis

En demie teinte

hipotesis_2J’attendais beaucoup, sans doute trop, du film de Hernán Goldfrid, qui est une adaptation du roman Thèse sur un homicide, écrit par Diégo Paszkowski. Le cinéma argentin nous envoie peu de films, mais à chaque fois, ils tutoient le chef d’œuvre. Aussi ces 106 minutes de thriller psychologique m’ont un peu laissé sur ma faim. Roberto Bermudez, spécialiste du droit pénal, est convaincu que l’un de ses meilleurs élèves est l’auteur d’un meurtre brutal qui a eu lieu à la Faculté de droit. Déterminé à découvrir la vérité sur ce crime, il se lance dans une enquête qui va peu à peu devenir une obsession. Beaucoup d’atouts et pourtant, à l’arrivée : mention passable, c’est tout ! Lire la suite

Le médecin de famille

Le bourreau et la petite fille

m1-2 XXY avait reçu le Grand Prix de la Semaine Internationale de la Critique du Festival de Cannes en 2007 et le Goya du meilleur film étranger en 2008. El niño pez, a été présenté au Festival de Berlin en 2009. Le point commun de ses deux films est d’être signé par Lucia Puenzo dont voici le troisième film. Le cinéma argentin reste un phénomène pour moi, car même si je pense qu’on a le droit à ce qui se fait de mieux dans le pays, on a à chaque fois le droit à quelque chose de remarquable. C’est encore le cas cette fois ci. Patagonie, 1960. Un médecin allemand rencontre une famille argentine sur la longue route qui mène à Bariloche où Eva, Enzo et leurs trois enfants s’apprêtent à ouvrir un hôtel au bord du lac Nahuel Huapi. Cette famille modèle ranime son obsession pour la pureté et la perfection, en particulier Lilith, une fillette de 12 ans trop petite pour son âge. Sans connaître sa véritable identité, ils l’acceptent comme leur premier client. Ils sont peu à peu séduits par le charisme de cet homme, l’élégance de ses manières, son savoir et son argent, jusqu’à ce qu’ils comprennent qu’ils vivent avec l’un des plus grands criminels de tous les temps. Un thriller historique qui tient en haleine de bout en bout, et bien plus encore… Lire la suite