6 Mois

La mémoire courte

Qui se souvient des titres des films que je vais citer ci-dessous ? Qu’ils aient été des coups de cœur ou de réelles déceptions, ou qu’ils aient généré de vrais coups de gueule, ils sont tous été projetés dans nos salles obscures : petit bilan !

Janvier : Le thriller psychologique au style flamboyant et à la construction fascinante, porté par un superbe casting, signé par Tom Ford et porté par Amy Adams, Jake Gyllenhaal, Michael Shannon entre autres : Nocturnal Animals. Du nouveau dans le thriller, ça se doit d’être salué. En France, il me reste l’excellente impression laissée par le road-movie parisien nocturne, bourré de drôlerie et de sensibilité, Ouvert la nuit, réalisé par Edourd Baer. Un portrait décalé et original qui fait du bien. Et je citerai encore Hélène Angel et son Primaire un des plus beaux portraits d’enseignant qu’on ait vu depuis longtemps sur nos écrans porté par une actrice à son sommet, Sarah Forestier.

Février : Souvenons nous du polémique Chez Nous du belge Lucas Belvaux. De l’insolite premier film de Morgan Simon avec Kevin Azaïs, -un acteur qui n’en finit pas de monter – Compte tes blessures. Le génial anti biopic Jackie de Pablo Larrain, le lumineux La la land de Damien Chazelle, le déchirant Loving de Jeff Nichols et l’Oscar du meilleur film américain de l’année, Moonlight de Barry Jenkins.

Mars : un petit film québécois qui a tout d’un grand 1 : 54 de Yann England avec un jeune et déjà immense acteur, Antoine-Olivier Pilon. Le monument de cynisme, Citoyen d’Honneur, venu d’Argentine. La sensation créée par le terrifiant Grave de Julia Ducourneau, le drame à corps et à cœur d’Anne-Gaëlle Laval, De plus belle, qui, pour son premier film ose un sujet douloureux et sensible, le film coup de poing du belge Stephan Streker sur le mariage forcé dans la communauté pakistanaise, Noces, enfin le très beau Patients, signé par Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade. Au rayon des flops magistraux, le prodigieusement inutile et putassier Chacun sa vie, le Lelouch annuel…

Avril : le mois du grand écart entre le magnifique documentaire de Stéphane De Freitas qui sait, avec A Voix Haute, nous dire et nous prouver que l’espoir est partout, il faut savoir le faire vivre. Et comment oublier la nouvelle perle venue du Japon et de Kore-Eda, Après la Tempête. Grand écart quand on pense que la valse des clichés nauséabonds signée Philippe de Chauveron – dangereux récidiviste – A bras ouverts se retrouve à l’affiche en même temps que ce merveilleux films.

Mai : la vérité nous est venue de l’étranger, d’Algérie (et de Grèce) avec A mon âge, je me cache encore pour fumer, de Rayhana, des Etats-Unis avec le hiératique Emily Dickinson, a quiet passion du toujours impeccable Terence Davies, de Géorgie avec le magnifique Une Famille heureuse, de Corée avec l’atypique film « catasdrôle » Tunnel. Côté super flop, les 175 millions de dollars dépensés… que dis-je dilapidés, par Guy Ritchie pour son calamiteux Le Roi Arthur –La légende d’Excalibur.

Juin : à retenir en priorité le terrifiant portrait de Barbet Schroeder, Le Vénérable W.  Le cinéma d’épouvante qui devient du grand art quand il vient du Japon devant la caméra virtuose de Kiyoshi Kurosawa avec Creepy. Le premier film solaire de Léa Mysius avec une toute jeune actrice Noée Abita, Ava. Enfin, un coup de cœur pour le Visages, Villages, de l’immortelle Agnès Varda accompagnée du photographe JR.

Et voilà mon palmarès personnel de 6 mois de cinéma, un choix subjectif parmi les 141 films vus depuis janvier qui prouvent que le cinéma est bien vivant, toujours aussi varié et aussi polémique… un signe bonne santé.   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s