Lucky Boy

La voie royale

Qu’on le surnomme « Toutenmacron », comme votre serviteur, ou Jupiter, et maintenant l’hyperprésident, notre nouveau locataire de l’Elysée n’en finit pas d’avoir de la chance. Non seulement depuis le 7 mai, qu’on aime ou pas le personnage, qu’on partage ou pas ses orientations politiques, on ne peut que reconnaître que c’est un sans faute et que, depuis plus de 6 semaines, les eaux polluées du marais de la politique française s’ouvrent devant lui comme par miracle, lui dégageant un chemin pavé de bonnes intentions. Je ne suis d’ailleurs pas le seul à continuer de filer la métaphore aquatique à propos de l’Emmanuel, puisque la une du très sérieux hebdo britannique The Economist le représente marchant sur les flots.

Mais force est de constater que depuis sa mise En Marche, tous les obstacles à son irrésistible ascension se sont évanouis d’eux-mêmes sur son passage. Car, enfin, qui pouvait l’empêcher d’accaparer le trône suprême ? Lui-même d’abord. Inconnu du grand public, entouré par d’improbables soutiens nommés Ferrand, Griveaux, Castaner… La fameuse « bulle Macron » qui devait éclater vite fait selon ses adversaires et les observateurs les plus éclairés. Puis François II le débonnaire, dont peu prédisait le retrait annoncé le 1er décembre dernier. Vint François le Fielleux, avant que de devenir Tartufillon et de se saborder lui-même, qui va écarter du champ de courses quelques chevaux de retour nommés Sarkozy et Juppé. – la Droite la plus bête du monde allait ainsi perdre une élection qui lui était promise de longue date -. Vint ensuite la Bête immonde qu’il vit se dresser sur sa route et qui allait tout perdre en 3 heures d’un débat surréaliste qui avait tout d’un suicide politique. Quant aux dernières « affaires » qui ont affecté les nouveaux ministres « macronistes », elles lui ont permis d’écarter de son équipe des personnalités un peu embarrassantes et d’achever l’œuvre de « dégagisme » en faisant disparaître de notre paysage politique le dernier dinosaure encore vivant, le grand mou de Pau, dont on peu penser qu’il a rejoint définitivement ses montagnes du Béarn.

Quel parcours ! Et maintenant, la cloche du Palais Bourbon a sonné pour tout ce petit monde de néophytes qui va s’emparer des leviers de la vie politique de notre pays. Observons, soyons aussi objectifs que vigilants et jugeons les actes sans céder au détestable jeu de l’opposition aveugle, bornée et stérile. Les grands esprits ont toujours rencontré une opposition farouche des esprits médiocres. (Einstein). Ne soyons pas médiocres !   

Publicités

Une réponse à “Lucky Boy

  1. On souffle un peu dans cet air rafraîchissant ! Et on croise les doigts pour que quelques réussites viennent consolider cet esprit nouveau et tenir la haine et les vieilles rancœurs à distance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s