Pirates des Caraïbes 5 : la Vengeance de Salazar

Délicieux n’importe quoi

Ce 5ème volet de la saga de Jack Sparrow, ses amis… et ses ennemis, a été annoncé par Disney en janvier 2011, avant même que Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence ne débarque dans les salles obscures au mois de mai de la même année, et ne termine sa carrière avec les recettes astronomiques de 1,043 milliard de dollars au box office mondial. Joachim Rønning et Espen Sandberg remplacent Rob Marshall à la mise en scène. Jack Sparrow et ses compagnons se lancent dans la quête du Trident de Poséidon, sur lequel le Capitaine Teague détient des informations précieuses. Cet artefact légendaire, qui donne tous les pouvoirs sur les océans, est leur seul moyen d’échapper aux fantômes du redoutable Capitaine Salazar, échappés du Triangle des Bermudes pour éliminer tous les pirates des océans. 129 minutes truculentes et trépidantes réussies techniquement au-delà des espérances qui permettent à la franchise de relever la tête, car après des débuts fracassants dans ses 2 premiers volets, s’était assoupie en se contentant de se reposer sur ses lauriers. La 6ème partie est déjà annoncée à la toute fin du film… pour en savoir plus, il faut savoir supporter les 8 ou 9 minutes de générique, et là, surprise… !

Les quatre premiers volets de la franchise Disney ont rapporté pour le moment environ 3.7 milliards de dollars via les sorties en salles. Nul doute que ce n°5, qui a coûté la modeste somme de 230 millions de dollars. Oui mais, le résultat est là. Un seul exemple de ce budget colossal : 13 navires mesurant jusqu’à 48 mètres de long (dont le Black Pearl et le Queen Anne’s Revenge) ont été entièrement construits pour les besoins du film. Pour les 700 figurants et 30 acteurs principaux, 2 000 costumes, chapeaux, chaussures et accessoires, vieillis en les faisant tourner dans une bétonnière avec des galets, les user à l’aide de râpes à fromage, voire les brûler au chalumeau ! Le tournage dans les îles Whitsunday (au nord est de l’Australie) a nécessité une opération logistique d’envergure : 60 camions ont quitté le camp de base sur la Gold Coast et parcouru 1 400 kilomètres avant de faire 40 minutes de barge pour atteindre l’île Hamilton, l’un des lieux de tournage du film. Ce cocktail d’aventures trépidantes et d’humour déjanté a fait ses preuves depuis longtemps. Mais on se laisse prendre et on suit ces plus de deux heures sans ennui et même avec un plaisir coupable devant cet immense n’importe quoi de luxe. Les effets spéciaux sont bluffants et les idées pullulent et, comme l’humour est omniprésent, on passe un excellent moment. Pour le plaisir du cinéma !

Johnny Depp, dont on dit qu’il aurait été ivre et ingérable durant tout le tournage, nous gratifie tout de même, tout cabotinage dehors, d’un fabuleux numéro. Face à lui, Javier Bardem n’est pas en reste. Il s’en donne à cœur joie et campe un des méchants les plus extraordinaires que j’ai vu au cinéma depuis longtemps. Les jeunes Brenton Twaithes et Kaya Scodelario sont beaux et glamour… deux vraies découvertes. Ajoutons encore à cette distribution pléthorique constellée d’étoiles, Orlando Bloom, Geoffrey Rush, Goldshifteh Farahani, et même Paul Mac Cartney méconnaissable lui aussi dans un tout petit rôle. La musique de Geoff Zanelli n’est pas pour rien dans le rythme effréné de ce catalogue virtuose d’effets spéciaux. On est en droit de ne pas aimer ça. Mais n’en dégoûter pas les autres. Moi, je ne boude jamais mon plaisir.

Publicités

Une réponse à “Pirates des Caraïbes 5 : la Vengeance de Salazar

  1. J’ai beau ne pas bouder mon plaisir, ces pirates touchent le fond ici…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s