Outsider

Plus dure sera la chute

C’est au canadien Philippe Falardeau que l’on doit entre autres l’excellent Monsieur Lazhar. Cette fois il nous propose 98 minutes très réussies d’un film de boxe qui respecte tous les critères du genre. L’histoire vraie de Chuck Wepner, négociant en alcools du New Jersey, qui a tenu 15 rounds contre le plus grand boxeur de tous les temps, Mohammed Ali, lors du championnat du monde poids lourds en 1975, avant de finalement s’incliner par K.O. technique. Durant les dix années où il a été boxeur, celui que l’on surnommait « Bayonne Bleeder » a eu 8 fois le nez cassé, a connu 14 défaites, deux K.O., un total de 313 points de suture… et a inspiré le personnage de Rocky Balboa dans la franchise au succès planétaire « Rocky ». On pense inévitablement au Plus dure sera la chute de Mark Robson en 1956 ou au Raging Bull de Scorcese en 2002… et ce ne sont pas de minces références.

Dans la plupart des films se déroulant dans l’univers de la boxe, les boxeurs sont présentés comme des gens au passé violent, ou des brutes en rébellion et en colère contre le monde entier. Ici, le héros est quelqu’un de profondément doux. Autre originalité, le point d’orgue de l’histoire ne se déroule pas sur le ring. La reconstitution des 70’s, – musique, décoration, accessoires, vêtements -, est particulièrement soignée et réussie. Et si dans ce film l’ascension du champion est fulgurante et la chute quasi mortelle, c’est la rédemption qui est au bout du chemin. Car ce film, bourré de tendresse, nous trace un portrait lucide et sans concession d’un homme au parcours flamboyant et qui saura, après sa descente aux enfers, se relever grâce à l’amour. Et on finit par se laisser emporter par l’histoire de ce loser attachant.

Liev Schreiber et Naomi Watts, en couple à la ville, sont épatants tous les deux. En particulier Schreiber, méconnaissable, est parfaitement plausible et investi dans son rôle de boxeur aussi cabossé par son sport que par la vie. Je n’oublierai pas Ron Perlman, Elizabeth Moss et Michael Rapaport, tous parfaits. Entre Hollywood et la boxe, c’est toujours une belle histoire d’amour. Ce film en est un nouveau témoignage, bouleversant d’humanité. Un beau film à voir sans crainte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s