Problemos

D’où le titre…

Le premier des problèmes c’est Eric Judor lui-même. Sa navrante filmographie est là pour attester de son absence de talent que ce soit comme acteur ou comme scénariste. Avec ces 85 minutes il revient avec la triple casquette de réalisateur/scénariste/acteur. Jeanne et Victor sont deux jeunes Parisiens de retour de vacances. En chemin, ils font une halte pour saluer leur ami Jean-Paul, sur la prairie où sa communauté a élu résidence. Le groupe lutte contre la construction d’un parc aquatique sur la dernière zone humide de la région, et plus généralement contre la société moderne, la grande Babylone. Séduits par une communauté qui prône le « vivre autrement », où l’individualisme, la technologie et les distinctions de genre sont abolis, Jeanne et Victor acceptent l’invitation qui leur est faite de rester quelques jours. Lorsqu’un beau matin la barrière de CRS qui leur fait face a disparu… la Communauté pense l’avoir emporté sur le monde moderne. Mais le plaisir est de courte durée…à l’exception de leur campement, la population terrestre a été décimée par une terrible pandémie. Ce qui fait du groupe les derniers survivants du monde. Va-t-il falloir se trouver de nouveaux ennemis pour survivre ? Une chose est certaine, le spectateur a du mal à s’en remettre, même si cette fois, je me contenterai d’utiliser l’adjectif « poussif » pour qualifier cette comédie ni faite ni à faire.

Le scénario de Problemos a été achevé en février 2016, mais du fait de l’échec commercial de La Tour 2 contrôle infernale (sorti également en février 2016), le financement du film a été très difficile. Tu m’étonnes ! Le décor se situe en Ardèche, une région difficile d’accès donc très préservée. Il leur fallait, dans ce décor, une rivière, une forêt et une grande paroi pour couper la communauté du monde, obliger ses membres à rester dans cet endroit. Lorsque les scénaristes ont terminé l’écriture, ils n’étaient pas sûrs que cela donnerait un film. Je les rassure, ils avaient raison… ça ne donne pas un film, mais une suite sketches répétitifs et irréguliers. Certains, hélas trop rares, sont drôles, mais la plupart sont accablants de bêtise et de vulgarité. L’idée de se moquer des « Zadistes » et de la myriade d’associations qui gravitent autour de ses mouvements écolo-baba-anarcho-libertaires pouvait être un bon filon. Mais le pari n’est pas tenu sur la distance. Trop caricatural et souvent trop vulgaire. Les fans d’Eric Judor vont s’y retrouver… vous avez compris, je n’en fais pas partie. 

Eric Judor, Blanche Gardin, Yousseh Hajdi, Célia Rosisch, tiennent – si l’on peut dire – les rôles principaux entourés d’une pléiade de seconds couteaux venus de la pub, ou d’une one-man show… Rien de bien palpitant là non plus. C’est du comique régressif assumé, certes politiquement incorrect, de l’humour bêta où il faut chercher au 3ème degré des raisons de rire. Potache, féroce, absurde pour certains, inutile, balourd et totalement invraisemblable pour d’autres… J’ai fait ce que j’ai pu pour vous prévenir.

Publicités

Une réponse à “Problemos

  1. olivier Carniato

    Hello l ami..! Dac avec toi..j y suis alle ss a priori pour voir…dommage ..l idee pouvait etre interessante pour une bonne comedie qu on aurait toleree un peu..franchouillarde..SI bien ficelee..mais la…..😕

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s