De toutes mes forces

L’espoir malgré tout

Comme il l’avait déjà fait, Chad Chenouga éprouve le besoin de revenir sur son passé via la fiction cinématographique. Il avait déjà raconté son placement en foyer dans La Niaque, une pièce de théâtre que le metteur en scène a écrite et jouée au Théâtre des Amandiers, à Nanterre, en 2011. Nassim est en première dans un grand lycée parisien et semble aussi insouciant que ses copains. Personne ne se doute qu’en réalité, il vient de perdre sa mère et rentre chaque soir dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice, il refuse d’être assimilé aux jeunes de ce centre. Tel un funambule, Nassim navigue entre ses deux vies, qui ne doivent à aucun prix se rencontrer… 98 minutes très fortes souvent émouvantes et remarquablement interprétées. Encore un film sur les « ados à problèmes » me direz-vous ? Oui, mais pas un film comme les autres. A découvrir !

Le film cherche à transmettre les énergies d’un groupe d’adolescents, au travers de la danse, de leurs meurtrissures cachées et de leurs parcours chaotiques. Le cinéaste a également voulu raconter les deux mondes opposés de Nassim, son environnement parisien feutré d’une part, et de l’autre, son foyer et la chambre où il se retrouve seul face à lui-même. Il s’agit donc d’une année de la vie d’un jeune homme qui va s’avérer être un rude parcours initiatique. La mise en scène vivante et rythmée sait alterner des plans posés avec des plans à l’épaule. Le compositeur de la musique mi-électro mi-classique, Thylacine, a 24 ans, donc à peine plus âgé que les acteurs du film. C’est sa première composition musicale,  pour le cinéma. A suivre là aussi. Ce récit plein de pudeur, peuplé de personnages jamais caricaturaux, s’avère vivifiant et porteur d’espoir.

Dire de Yolande Moreau qu’elle est formidable est d’une banalité confondante. Mais ça fait toujours plaisir de saluer cette immense actrice. La grande découverte de ce film reste le jeune Khaled Alouach, à la présence subtile, qui nous fait partager sa révolte et son désarroi. Une carrière à suivre là aussi. La bande de jeunes qui l’entoure, Laurent Xu, Daouda Keita, Aboudou Sacko, Jisca Kalvanda, (déjà vue dans Divines) Myriam Mansouri, apporte beaucoup au réalisme mais aussi à l’infinie tendresse du propos. Ce film est une véritable réussite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s