Braquage à l’ancienne

Délicieusement invraisemblable

Pourquoi doit-on aimer la comédie de Zach Braff ? Pourquoi peut-on aimer ces 96 minutes de pure comédie, dont le scénario n’a rien de novateur, dont la mise en scène et parfaitement plan-plan, dont les coups de théâtre de surprennent personne ? Parce que c’est du cinéma qui rend hommage aux acteurs. Et le trio d’anciens réunis ici vous fait passer un merveilleux moment. Pour Willie, Joe et Al, trois amis octogénaires – ou presque –, la retraite, c’est du passé. Quand ils apprennent que leurs pensions sont parties en fumée, ils décident de passer à l’action. Bousculant tous leurs principes, ils tentent l’impensable : braquer la banque qui les a ruinés ! Histoire vue et revue sur nos écrans, mas le cabotinage subtil de nos vieilles branches emportent tout sur son passage et surtout l’adhésion des spectateurs qui s’amusent sans retenue durant plus d’une heure et demie. Et ça fait du bien !

Le tournage s’est déroulé dans le Queens et à Brooklyn. Pour Zach Braff, lui-même originaire du New Jersey, tourner à New York était essentiel. Selon lui, quand on tourne dans ces décors naturels, une atmosphère particulière liée à la population, aux couleurs et à l’architecture imprègne l’image. Tout à la fois comédie de mœurs, polar à suspense et brûlot anticapitaliste dans le genre gentillet, l’ensemble est tout à fait réjouissant. Même si on devine l’intrigue de bout en bout, on se laisse prendre par les mésaventures de nos pieds-nickelés du quatrième âge qui servent des dialogues souvent irrésistibles avec un naturel désarmant. Je le répète : du cabotinage ***.

Morgan Freeman, Michael Caine et Alan Arkin, ont tous trois été « oscarisés » : le premier pour Million Dollar Baby (2005), le deuxième pour Little Miss Sunshine (2007) et le dernier pour Hannah et ses soeurs (1987) et L’œuvre de Dieu, la part du diable (2000). On avait même pressenti Dustin Hoffmann pour former un quatuor de pépés-braqueurs. Un petit film pour de très grands acteurs fidèles à l’adage  : voler une banque, ce n’est pas voler.

Publicités

Une réponse à “Braquage à l’ancienne

  1. On dirait, en lisant ta chronique, que c’est Michael Caine qui a été oscarisé pour Little Miss Sunshine. Sinon, je n’ai que très vaguement apprécié ce film mou du genou et à peine drôle. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s