Get Out

Paranoïa virtuose

Qu’est-ce que la Blumhouse ? Dans les années 60/70, on avait, en Grande-Bretagne, la Hammer film qui était la grande spécialiste des films d’horreur et d’épouvante qui nous a fait connaître Peter Cushing, Vincent Price ou Christopher Lee en adaptant les mythes de Dracula et de Frankenstein. Depuis 2009, la Blumhouse  a pris la relève avec les Paranormal Activity – l’opus 1 fut un véritable phénomène puisqu’il a coûté 15 000 dollars et rapporté 200 millions de dollars !!! – Depuis les succès se sont accumulés avec Insidious, Sinister, The Visit, Split… et dans un autre genre, l’extraordinaire Whiplash. Encore une fois, Jason Blum, le patron de cette maison de production florissante a fait confiance à un nouveau venu, Jordan Peele. Une belle réussite. Couple mixte, Chris et sa petite amie Rose  filent le parfait amour. Le moment est donc venu de rencontrer la belle famille, Missy et Dean lors d’un week-end sur leur domaine dans le nord de l’État. Chris commence par penser que l’atmosphère tendue est liée à leur différence de couleur de peau, mais très vite une série d’incidents de plus en plus inquiétants lui permet de découvrir l’inimaginable. 104 minutes absolument formidables, qui sans renouveler les codes du genre, font passer un grand moment de cinéma d’angoisse… et d’humour.

Tourné dans la ville de Mobile, dans l’Alabama, Get Out est un film d’horreur et non une comédie horrifique malgré le fait qu’il comporte des moments très drôles. Au-delà du pur divertissement, le film fait en sorte que le spectateur se pose des questions sur les préjugés que l’on se forge dès la naissance en fonction du milieu social. Un exemple tout à fait emblématique de ce petit chef d’œuvre : la scène des enchères. Une séquence aussi terrifiante que drôle. En voyant l’expression sur le visage du héros, on comprend bien son sentiment de grande solitude d’être le seul noir présent à la fête. Tous ceux qui discutent évoquent leurs propres liens avec la communauté afro-américaine. Aux yeux de tous, Chris est réduit à n’être que le bon Noir de service. Cette scène est représentative des événements horrifiques qui se déroulent de manière souterraine. À un moment donné, Chris aperçoit Logan. Il est soulagé de croiser un autre Noir mais quand Chris va le saluer, il est évident que le garçon n’est pas du tout dans le même esprit que lui. Il est totalement dans son élément parmi ces gens très lisses et il se sent plus proche des convives que de Chris… Comme vous le voyez, tout est subtil, habile et sait faire naître angoisse paranoïaque à petites touches. Un cauchemar éveillé d’un raffinement total jusqu’à la révélation finale qui laisse pantois. Du cousu main !

Côté casting, c’est également parfait. Le couple Daniel Kaluuya/Allison Williams, glamour et ambigüe, réussit une grande performance. Mais les Katherine Keener, Bradley Whitford, Caleb Landry-Jones, Marcus Henderson, Betty Gabriel, n’ont rien à leur envier. Ils nous font passer un excellent moment… et n’est-ce pas le principal ? Fidèle à sa ligne de conduite, la Blumhouse n’a investi que 4,5 millions de dollars dans ce thriller anxiogène qui, depuis, cartonne partout où il est programmé. Il en sera de même en France. Ce qui est arrivé de mieux au film d’horreur ces dernières années avec It Follows et Don’t Breathe. Devrait réunir un public beaucoup plus large que celui des amateurs du genre horrifique. A découvrir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s