L’opéra

En immersion totale

De toute évidence Jean-Stéphane Bron connaît le cinéma de Frederick Wiseman et en particulier son remarquable National Gallery. Le célèbre documentariste nous promenait en 2014 pendant plus de 3 heures dans tous les coins et recoins à la rencontre de tous les métiers et de toutes les activités du célèbre musée londonien. Pas l’ombre d’une interview ou d’une voix off, un superbe témoignage à travers l’image et rien d’autre. En écrivant ces lignes, j’ai l’impression de commenter ces magnifiques 110 minutes consacrées à l’Opéra de Paris, que dis-je, des opéras de Paris. Une saison dans les coulisses de L’Opéra de Paris. Passant de la danse à la musique, tour à tour ironique, léger et cruel, l’Opéra met en scène des passions humaines, et raconte des tranches de vie, au cœur d’une des plus prestigieuses institutions lyriques du monde. Entre passion et tensions, une promenade passionnante dans les coulisses de la grande maison. Un kaléidoscope foisonnant de joies, de pleurs, de colère et de rire au service de la perfection.

Jean-Stéphane Bron est suisse et a déjà une belle filmographie sur sa carte de visite. Qu’il soir acteur, producteur, scénariste ou réalisateur, il n’y a pas grand-chose à jeter, je retiendrai son formidable documentaire Cleveland contre Wall Street en 2010. Cette fois il arrive dans la grande maison du lyrique et de la danse au moment où un nouveau directeur venait d’y être nommé, et une nouvelle équipe mise en place. Je parle de Stéphane Lissner, qui n’était pas très enclin à laisser des caméras entrer dans ce lieu emblématique pour y tourner durant un an. Il ne souhaitait pas faire le film. Le réalisateur a tout de même fini par convaincre le directeur en lui expliquant sa démarche. Le tournage s’est déroulé sur une période située entre janvier 2015 et juillet 2016. Les attentats qui se sont déroulés en France durant ce laps de temps, notamment le 13 novembre, ont bien sûr profondément marqué ledit tournage. Le montage très dynamique ne laisse place à aucun moment d’ennui. Les 18 mois de tournage sont de toute évidence un atout majeur pour ce documentaire Que ce soit ironique, léger ou grave, ce film fait comprendre jusqu’à ses plus infimes palpitations que l’Opéra est avant tout un organisme humain. Incontournable !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s