L’éveil de la permaculture

Eux l’on fait, alors pourquoi pas nous !

Permaculture : méthode systémique et globale qui vise à concevoir des systèmes (par exemple des habitats humains et des systèmes agricoles, mais cela peut être appliqué à n’importe quel système) en s’inspirant de l’écologie naturelle et de la tradition. Pour son premier film, Adrien Bellay, qui baigne dans le cinéma depuis son plus jeune âge puisque ses parents organisent des festivals, a choisi le documentaire et s’est tourné vers l’aventure humaine que constitue cette fameuse permaculture. C’est ce choix qui constitue tout à la fois le point fort et la faiblesse de ces 82 minutes. La permaculture laisse entrevoir une lueur d’espoir avec ses solutions écologiquement soutenables, économiquement viables et socialement équitables. Accessible à tous, elle peut être mise en œuvre partout… Aujourd’hui, des hommes et des femmes se rencontrent et expérimentent cette alternative crédible. La transition “permacole” est en marche ! Un mode d’emploi pour prendre soin des hommes et de la terre. Ce film-citoyen est beau, bourré d’optimisme, mais je pense qu’hélas, il n’atteint pas totalement le but qu’il s’était fixé.

L’ambition avouée par Adrien Bellay était de pouvoir dire à l’issue de la projection : Nous connaissons les problèmes, il ne reste plus qu’à agir. La permaculture, c’est la science du concret. Le spectateur doit pouvoir se dire : ça a l’air simple à mettre en œuvre. J’agis concrètement à ma sortie du cinéma. Aborder un sujet comme la permaculture ne laisse pas indemne puisqu’on redéfinit nos besoins et au-delà, notre perception du monde. Fondé sur des témoignages, – sans doute un peu trop exclusivement, on aurait aimé voir plus de réalisations concrètes plutôt que d’entendre en parler – ce film est une sorte de maillon supplémentaire au Demain de Mélanie Laurent et Cyril Dion. Après avoir vu ce docu, on pourrait penser qu’inévitablement, le mouvement d’attraction vers la permaculture va s’amplifier proportionnellement aux forces de poussée de notre société, en proie aux problèmes environnementaux et économiques. Mais il manque un contrepoint un peu critique pour convaincre pleinement. Mon plus grand malaise vient du fait qu’on a l’impression – j’espère me tromper – qu’il y a actuellement plus de formateurs et d’apprentis formateurs en permaculture que de réels permaculteurs. Reste un joli film, un peu didactique, mais qui nous apprend beaucoup de choses. A méditer !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s