Le Grand Prix de l’Elysée

… c’est parti ???

Ah bon !?! Car depuis des mois et des mois, à quoi a-t-on assisté ? A des galops d’essai ? A des entraînements ? A du débourrage ? Oui, certes, on a tenté de sélectionner les meilleurs poulains dans chaque paddock. Des équipes d’entraineurs se sont constituées autour des partants. On a choisi des casaques colorées et chatoyantes, on surveille la qualité du picotin de tous ces pur sang… Bref, on a tout essayé pour sauver les apparences. Mais, de toute évidence, certains n’ont pas misé sur le bon cheval, quand d’autres ont oublié de nettoyer les écuries.

Alors tout le monde patauge allègrement dans l’incertitude. Les pronostiqueurs patentés des instituts de sondage déversent à temps plein des tombereaux de chiffres contradictoires, en oubliant volontiers de rappeler que la marge d’erreur de ce type d’exercice qui relève parfois de la pure divination est de + ou – 2%. Quant à l’électeur…

En tête de course, la châtelaine de Montretout a repris le mors aux dents et broutant de nouveau dans les pâturages nauséabonds de son père, un très vieux cheval de retour. Ne pesez surtout pas que c’était un hasard ou une erreur, c’est de la pure tactique. Les p’tits gars de la Marine trouvaient qu’on ne parlait plus assez d’elle… Alors une petite pincée d’antisémitisme primaire, et c’est reparti pour un tour. Pas de risque, son électorat est « cristallisé » depuis longtemps, et aussi haineux soit sont discours, aussi vulgaires soient ses arguments, aussi énormes soient ses mensonges, aussi graves soient ses problèmes avec la Justice,… rien n’y fait. Son socle de fidèles restera aveugle et sourd… Par contre, je ne suis pas sûr que ça lui ramène de nouvelles voix.

Chez Tartufillon, on s’agite, on s’affole, on tâtonne… bref on change de stratégie de communication comme de costard… Faut dire que chez François le Fielleux, y a ce qu’il faut dans la garde-robe, du beau, du luxueux et… du pas cher ! Donc, jour après jour, ses roquets nous accablent de leurs éléments de langage. Au début, seul notre « Macroncéphale » avait droit à leur vindicte. Mais depuis peu, Mélenronchon fait peur à tout le monde. Alors, il a droit lui aussi à quelques slogans des francs ( ?) – tireurs « Ripoublicains ». Curieusement, dans la caste politicarde, on clame ne pas tenir compte des sondages – sauf, curieusement, quand ils sont favorables –  mais il semblerait, à voir l’agitation de ces derniers jours, qu’on regarde tout de même de très près les soubresauts de l’opinion sondagière. Bel exercice de démocratie. Pourtant, ils devraient tous connaître la phrase d’Alexandre Sanguinetti : Les sondages, c’est comme la mini-jupe, ça fait rêver, mais ça cache l’essentiel.  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s