Traque à Boston

Hommage pataud

Comme il en était également question dans Du sang et des larmes et Deepwater, les précédents films réalisés par Peter BergTraque à Boston est basé sur une histoire vraie, à savoir l’attentat du marathon de Boston de 2013 et la chasse à l’homme des frères Tsarnaev. Alors que la ville de Boston est sous le choc de multiples explosions, le sergent de police Tommy Saunders rejoint les enquêteurs sur le terrain dans une course contre la montre pour traquer et arrêter les auteurs avant qu’ils ne frappent à nouveau. Croisant les parcours de l’agent spécial Richard Deslauriers, du commissaire Ed Davis, du sergent Jeffrey Pugliese et de l’infirmière Carol Saunders, ce récit sans concession évoque la chasse à l’homme la plus complexe jamais mise en œuvre par la police américaine – et rend un vibrant hommage aux héros du quotidien. 129 minutes pour pas grand-chose. Car un seul thème est exploité,  l’héroïsme américain. Et même si c’est bien fait et efficace, on s’ennuie ferme pendant plus de deux heures car tout, dans ce scénario, est convenu et donc sans surprise.

Le double attentat (deux bombes ont explosé) du marathon de Boston en avril 2013, résultant de l’action terroriste de deux individus ayant grandi aux Etats-Unis, a fait trois morts et 264 blessés. Le scénario du film s’est construit via plusieurs sources. Parmi elles, le magazine d’investigation « 60 Minutes » qui a diffusé un reportage sur l’attentat moins d’une semaine après l’attaque. Par ailleurs, Peter Berg et ses équipes ont mené plusieurs entretiens avec des rescapés, des premiers secours, des commissaires de la police de Boston, des agents du FBI, des policiers du Massachusetts ainsi que des responsables d’associations et d’organisations ayant participé au sauvetage. Alors, on est à Hollywood, et la production a mis les petits plats dans les grands pour 45 millions de dollars de budget… un seul exemple, 4500 figurants ont été recrutés… on n’est pas chez Cecil B. de Mille, mais on s’en rapproche. La seule réussite du film est d’avoir su transformer un documentaire historique en thriller en y ménageant quelques morceaux de bravoure. Mais, l’apparente objectivité du film ne parvient pas à dissimuler les relents patriotiques lourdingues.  

Mark Wahlberg, toujours convaincant, fait son numéro habituel avec bonheur. A ses côtés, Kevin Bacon, John Goodman, J.J. Simmons, ainsi que Themo Melikidze et Alex Wolff qui campent les deux terroristes complètent la distribution de ce film ambigu, car, on est en droit de se poser la question, n’est-il pas dangereux de transformer les attentats qui endeuillent notre monde en spectacle à but essentiellement commercial ? Poser la question est sans doute un début de réponse. Ici, Boston ressemble à s’y méprendre à l’Amérique idéalisée par Trump… Tous ces arguments m’ont passablement gâché le plaisir qu’on pourrait prendre à ce thriller d’action. Totalement évitable !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s