Miss Sloane

Le cynisme tout puissant

J’avais, comme beaucoup, découvert John Madden en 1998 avec son Shakespeare in love. Depuis, il a connu du bon et du moins bon avec L’Affaire Rachel Singer et les deux Indian Palace. Cette fois il nous propose 132 minutes d’un thriller psychologique tout à fait remarquable… Elizabeth Sloane est une femme d’influence brillante et sans scrupules qui opère dans les coulisses de Washington. Face au plus grand défi de sa carrière, elle va redoubler de manigances et manipulations pour atteindre une victoire qui pourrait s’avérer éclatante. Mais les méthodes dont elle use pour parvenir à ses fins menacent à la fois sa carrière et ses proches. Miss Sloane pourrait bien avoir enfin trouvé un adversaire à sa taille. Sans doute le meilleur film à ce jour pour John Madden. 

Le scénariste Jonathan Pereira a été inspiré par un fait divers : Il s’agissait d’un homme nommé Jack Abramoff. Ce lobbyiste avait été envoyé en prison pour des actes répréhensibles. Je ne connaissais pas grand-chose de l’industrie du lobbying, mais je savais que ça ferait une excellente base pour un film. Je me suis dit qu’on ne s’était jamais vraiment penché sur les dessous du trafic d’influence et des tractations politiques qui se trament dans les coulisses de Washington. C’est effectivement un sujet totalement nouveau qui sert de base à ce film à la tension permanente, cette plongée dans le petit monde des groupes de pression qui gangrènent les arcanes politiques s’avérant glaçante, complexe, et, hélas, fascinante. Cette impressionnante partie d’échecs où tous les coups sont permis, même – et surtout- les plus bas, est sublimée par la musique de Max Richter, la photographie de Sebastian Blenkov et l’interprétation magistrale de sa tête d’affiche. A ne rater sous aucun prétexte !

Effectivement, la rousse Jessica Chastain ne quitte pratiquement jamais l’écran et nous fait partager jusqu’au plus intime la profonde solitude de son personnage, à la fois prédatrice et proie et qui porte l’art de la manipulation à son sommet. Même le spectateur se laisse berner par autant de dissimulation et d’artifice. Autour d’elle Mark Strong, Sam Waterston, Gugu Mbatha-Raw… et bien d’autres jouent des partitions parfaites. Implacable et vertigineux, un des thrillers du moment. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s