Tous des « on »

On va dans le mur

Eh oui ! Il semblerait qu’en France, il faut un nom terminé par « on » pour participer au Grand Prix de l’Elysée. La preuve, Valls, Hollande, Sarkozy et Cie ont été éjectés des stalles de départ où seuls restent, mais pour combien de temps encore, Fillon, Macron, Hamon et Mélenchon. Je ne parle pas de la blondasse de Montretout, dont le patronyme rime avec « Haine ».

Revenons à notre mur des « on ». A tout « saigneur » (des deniers de l’Etat) tout déshonneur, François le félon qui met en application la définition d’Ambroise Bierce : Sénat : groupe de gentlemen d’un certain âge chargés de hautes responsabilités et de sombres méfaits. De toute évidence avec lui, la politique est la conduite des affaires publiques pour le profit des particuliers (ibidem). Nous allons donc suivre aujourd’hui même sur la Place du Trocadéro, la manif de la dernière chance. Tous ses proches se font la malle avant le naufrage, mais heureusement il lui reste des soutiens de marque, les deux associations qui organisent ce rassemblement, « Sens Commun » et « la Manif pour Tous ». Tartufillon a les soutiens qu’il mérite. Amen.

72-fillon

Le Divin chauve de Gironde est désormais en embuscade, mais il veut que Fillon lui cède officiellement la place. Rien n’est humiliant comme de voir les sots réussir dans les entreprises où l’on échoue, comme disait Flaubert. Espérons qu’on n’obligera pas le Maire de Bordeaux à s’appeler « Juppon »… ça ne lui va pas du tout.

71-juppe

Ainsi donc, cette semaine notre « Macroncéphale », qui a toujours la grosse tête, pardon, le melon (pour la rime), a dévoilé son programme que tout le monde faisait semblant d’attendre avec impatience. Tel un illusionniste, il nous a fait ça en deux épisodes : d’abord faire apparaître les grandes lignes…

66-macron

… puis, en un tour de main, son grand catalogue est sorti du chapeau. Passionnant non ?

70-macron

Quant à l’électeur de gauche, il est un tantinet paumé. Il ne sait plus où donner du « on ». Entre Macron, Hamon et Mélenchon, où se situe le bon choix, car comme le disait Kafka : Il y a un but, mais pas de chemin ; ce que nous nommons chemin est hésitation…. (Vous avez 4 heures). Allez, on se console avec l’écrivain polonais Stach qui nous dit : Hésiter, c’est déjà prendre une décision.

69-desarroi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s