Loving

Magnifiquement déchirant !  

loving

Je suis un admirateur de Jeff Nichols depuis ses débuts. Take Shelter, Mud, Midnight Special étaient de véritables perles du ciné indépendant américain. Et ce drame de 123 minutes ne fera pas baisser la haute estime que porte à ce réalisateur. Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire dans l’Amérique ségrégationniste de 1958. L’État de Virginie où les Loving ont décidé de s’installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu’il quitte l’État. Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu’à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l’arrêt « Loving v. Virginia » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine. Ce film, entièrement inspiré d’un fait divers réel qui a marqué l’histoire des Etats-Unis, évite tous les écueils du genre ; aucun pathos, pas de morale à deux balles, un regard neutre et pourtant non dénué d’empathie pour ce couple modèle, dans toutes les acceptions du terme, qui nous fait partager son drame et ses doutes qui jalonneront leurs 9 années de lutte contre le racisme et l’intolérance. Un pari risqué et parfaitement relevé par un cinéaste qui s’inscrit parmi les plus grands d’aujourd’hui.

loving

À la mort de Mildred Loving en 2008, la documentariste Nancy Buirski s’est intéressée au destin hors du commun du couple et a réalisé The Loving Story, dans lequel on peut notamment voir des images d’archive uniques du couple réalisées par une journaliste au milieu des années 1960. Le documentaire a obtenu un Emmy Award en 2013. Jeff Nichols s’en est d’ailleurs inspiré pour son film, la plupart des dialogues sont notamment extraits du documentaire. Il a souhaité s’attarder davantage sur l’histoire d’amour en elle-même. Très attaché à rendre Loving le plus authentique et fidèle aux événements possibles, jusque dans le choix des acteurs, qui ressemblent pour la plupart aux véritables protagonistes de l’histoire, et dans le choix du lieu de tournage, en Virginie. Le chef-décorateur était d’ailleurs ravi de constater que les bâtiments publics de la ville du couple étaient pour la plupart intacts et pouvaient donc être filmés tels quels. Ce qui frappe dans ce film, c’est l’intelligence du propos, la subtilité du scénario et de la mise en scène et une interprétation parfaite. Du grand cinéma !

loving-jeff-nichols-film-review-cannes2016-competition-officielle

Le couple Loving est campé par Joel Edgerton et Ruth Negga. Il n’y pas de mots suffisamment forts pour qualifier leurs performances. Marton Csokas, le duo d’avocats, Nick Kroll et John Bass, sans oublier l’apparition du formidable Michael Shannon, compagnon du réalisateur depuis ses débuts, complètent le haut d’une affiche irréprochable. Bouleversant, Nichols semble avoir trouvé et maîtrisé le secret de l’émotion sur grand écran. En évitant l’épopée grandiloquente, il se recentre sur l’essentiel et sur la magnifique histoire d’amour de Richard et sa « Brindille » qui sont en vérité deux anti-héros. Certains pourront regretter le classicisme inhabituel de Jeff Nichols, personnellement j’y verrais plutôt une marque de respect pour un sujet fort, hélas en résonance avec l’Amérique de Mr Trump. Magnifiquement déchirant !  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s