Lumière ! L’aventure commence.

Hommage à l’image

lumiere-l-aventure-commence

Thierry Frémaux est le délégué général du Festival de Cannes et directeur de l’Institut Lumière de Lyon. Tout comme Bertrand Tavernier et son récent Voyage à travers le cinéma français, il signe à son tour une déclaration d’amour au 7ème Art. En 1895, les frères Lumière inventent le Cinématographe et tournent parmi les tout-premiers films de l’histoire du cinéma. Mise en scène, travelling, trucage ou remake, ils inventent aussi l’art de filmer. Chefs-d’œuvre mondialement célèbres ou pépites méconnues, cette sélection de films restaurés offre un voyage aux origines du cinéma. Ces images inoubliables sont un regard unique sur la France et le Monde qui s’ouvrent au 20e siècle. Lumière, l’aventure du cinéma commence ! Qui aurait pu croire que regarder pendant 90 minutes 108 films de 50 secondes chacun soit passionnant à ce point ? Gageure relevée avec brio et intelligence ! Bravo et merci aux Frères Lumière plus jeunes que jamais !

lumiere-l-aventure-commence-1

Bien sûr, on a droit aux incontournables L’Arroseur arrosé, L’Arrivée d’un train en gare de La Ciotat et Sortie de l’usine Lumière à Lyon, considéré comme le tout premier film… mais qui savez qu’il en existait 3 versions différentes ? C’est une des innombrables pépites de ce documentaire passionnant où l’on nous prouve avec pédagogie, humour et surtout sans un moment d’ennui, que Louis et Auguste avaient tout inventé ou presque. Certes le montage était virtuose, mais la restauration de toutes ces vignettes de moins d’une minute chacune est d’une telle perfection qu’elle redonne jeunesse et vie à ce qui, pour nous, restait à l’état d’archives vues et revues mille fois. Mais ce qui rend le propos passionnant, c’est évidemment le récit de Thierry Frémaux lui-même, mais aussi la découverte d’une multitude de documents quasi inconnus qui nous dévoile le génie précurseur, l’ingéniosité et l’incroyable curiosité des deux gones. Le commentaire guide notre regard vers une foule de détails qui, sans lui, nous auraient échappé, et nous explique comment une invention née de la science est devenue un art part-entière. Un mot de la BO, entièrement consacrée à la musique de Saint-Saëns, juste retour des choses puisqu’il a été le premier musicien savant à composer une partition pour le cinéma en 1908. Un film de cinéphile pour tous les publics, y compris les plus jeunes. Un enchantement lumineux et ludique ! Et on nous annonce une suite… Chouette !

lumiere

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s