Raid Dingue

Bienvenue chez les flics

raid-dingue-photo1

Dany Boon, c’est un succès minimum par an, que ce soit comme acteur ou comme réalisateur. Alors ces 105 minutes de pure comédie franchouillarde ne déroge pas à la règle… c’est un énorme succès public. Johanna Pasquali est une fliquette pas comme les autres. Distraite, rêveuse et maladroite, elle est d’un point de vue purement policier sympathique mais totalement nulle. Dotée pourtant de réelles compétences, sa maladresse fait d’elle une menace pour les criminels, le grand public et ses collègues. Assignée à des missions aussi dangereuses que des voitures mal garées ou des vols à l’étalage, elle s’entraîne sans relâche pendant son temps libre pour réaliser son rêve : être la première femme à intégrer le groupe d’élite du RAID. Acceptée au centre de formation du RAID pour des raisons obscures et politiques, elle se retrouve alors dans les pattes de l’agent Eugène Froissard (dit Poissard), le plus misogyne des agents du RAID… Succès au box office, oui, mais faut-il pour autant tomber en admiration devant ce type de films ? Sûrement pas. Du bon, du facile et du beaucoup moins bon… C’est un peu l’auberge espagnole chez le Ch’ti le plus célèbre de France.

raid_dingue

Dany Boon nourrit depuis une dizaine d’années l’envie de camper un flic gaffeur qui intègre par erreur une police d’élite. Il laissa peu à peu tomber ce postulat de départ jusqu’au tournage de Supercondriaque en 2013 où il eut l’idée de centrer cette histoire autour d’un personnage principal féminin qu’incarnerait Alice Pol (qu’il voit comme une sorte de Pierre Richard au féminin). Aussi pour sa 5ème réalisation, (35 millions d’entrée rien qu’en France pour ses 4 premiers opus) il a décidé de s’effacer devant la vis comica de sa partenaire. Je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne idée. Le film est remarquablement documenté sur notre formation d’élite. L’équipe de tournage a d’ailleurs eu la chance de pouvoir poser ses caméras dans le QG du Raid. Nous avons pu passer beaucoup de temps avec eux, les observer, participer à des simulations d’opérations, suivre leur entraînement afin d’être au plus proche de leur réalité. Voilà un des points forts de cette comédie d’aventure et Dany Boon reste ici fidèle à ses principes : rire « avec » mais jamais « contre » quelque chose ou quelqu’un… La mise en scène est soigné et le casting bien à sa place. Personnellement je regrette que dans le dernier tiers, l’aventure, avec ses cascades et ses fusillades, prenne le pas sur la comédie pure où monsieur Boon excelle. Curieusement, c’est à partir de ce moment-là que le rythme retombe et l’intérêt avec lui. Un film à deux facettes dont une brille beaucoup moins que l’autre.

raid

Alice Pol a effectivement une vraie force comique mais a tendance à toujours jouer des mêmes effets. A force, on se lasse. Dany Boon, égal à lui-même, fait rire quasiment malgré lui. Cette fois, il a pris du muscle – au vrai sens du terme – pour rendre hommage aux forces d’intervention du RAID, dans sa comédie d’action pas toujours légère, mais aux dialogues très bien écrits. Michel Blanc, égal à lui-même, François Levantal, irrésistible, Yvan Attal, agaçant dans son rôle de faux travelo, Patrick Mille, Sabine Azéma, Anne Marivin, Florent Peyre complètent une distribution sans faille. Une comédie sympathique dont les ficelles un peu usées continuent de fonctionner sur le grand public. Pas mal, sans plus !  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s