Faut pas lui dire

Faut pas le voir non plus

faut-pas-lui-dire_exact1024x768_l

Encore un premier film, encore un film belge, encore un film de femmes… et ceux qui me lisent fidèlement savent que j’adore ça. Hélas la comédie de Solange Cicurel m’a non seulement déçu, mais profondément irrité. Laura, Eve, Anouch et Yaël sont quatre cousines, très différentes et très attachantes, qui ont un point commun : elles mentent, mais toujours par amour ! Quand les trois premières découvrent quelques semaines avant le mariage de leur petite cousine que son fiancé parfait la trompe, elles votent à l’unisson « Faut pas lui dire » ! Ça se veut léger, déluré et audacieux… C’est lourdingue, pesant et clichetonneux… bref, raté !

faut-pas-lui-dire
Pour écrire et réalisé une sorte de Sex and the City à la française, il fallait sans doute plus de talent que la jeune belge Solange Cicurel. En vérité, il y a un postulat de départ, qui avait le mérite de l’originalité, mais le film n’en décolle jamais et malgré un nombre ahurissant de rebondissements – et croyez-moi, trop c’est trop – on finit par s’ennuyer ferme devant les valses hésitation amoureuses de ces dames. La pochade ne prend pas et on se désintéresse très vite des personnages qui manquent à la fois de profondeur et réalisme. On n’y croit pas. Quant aux hommes, ils sont évidemment sacrément malmenés… pourquoi pas, encore faut-il argumenter. Et là, ça ne risquait pas d’être le cas. Comme côté cinéma c’est d’une banalité à pleurer… je pleure ! Sans folie et sans un peut d’irrévérence, ce style de comédie n’a aucune chance de faire mouche.

faut-pas

Dommage pour le quatuor d’actrices, Jenifer Bartoli, Camille Chamoux, Stéphanie Crayencour et Tania Garbarski, ne manquent ni de charme, ni d’abattage. Mais, vues les situations qu’elles ont à jouer, elles font dans l’outrance… et ont donc du mal à convaincre.  Brigitte Fossey est délicieuse, mais ça on le sait depuis longtemps. Laurent Capelluto est toujours impeccable, lui aussi, mais, ciel !, que son personnage est bidon. Et je n’ose même pas parler de Stéphane Debac, Arié Elmaleh, Fabrizio Rongione, Benjamin Bellecour, victimes également d’un scénario caricatural. Solange Cicurel, ancienne avocate au barreau de Bruxelles saura-t-elle trouver les mots pour la défense de son film pour justifier son désir de voir ses personnages vieillir dans une suite de son film ???

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s