Ouvert la nuit

Autoportrait ?

ouvert-la-n

Edouard Baer, pour une fois également à l’écriture et derrière la caméra, nous propose un  road-movie parisien nocturne, bourré de drôlerie et de sensibilité. Un portrait décalé et original qui fait du bien. Luigi a une nuit pour sauver son théâtre. Une nuit pour trouver un singe capable de monter sur les planches et récupérer l’estime de son metteur en scène japonais, une nuit pour regagner la confiance de son équipe et le respect de sa meilleure amie – qui est aussi sa plus proche collaboratrice… et pour démontrer à la jeune stagiaire de Sciences Po, tellement pétrie de certitudes, qu’il existe aussi d’autres façons dans la vie d’appréhender les obstacles… Allez vite prendre le pas d’un très grand Edouard Baer inspiré comme il l’a rarement été.

ouvert

C’est l’histoire d’un type qui fait vivre tout un monde d’employés, d’artistes et tout chaque soir, il court à la recherche de quoi ne pas faire faillite comme beaucoup de patrons. Selon le metteur en scène : c’est aussi un petit hommage à une vie de café, une vie de hasards. C’est quelqu’un qui vit dans Paris, Paris c’est son bureau. La nuit, c’est un peu comme nos journées. Il a des histoires d’amitiés comme on a des histoires d’amour. C’est un portrait de personnages. Le héros est somme toute un homme assez violent, sans cesse en mouvement et qui voue un culte au superficiel et à l’instant présent. Bavard, hâbleur, menteur, cet homme-là pourrait être insupportable s’il n’était joué par celui qui incarne le mieux le dandy loser dans notre cinéma. C’est un régal. Paris la nuit superbement photographié, des dialogues ciselés, des idées de scénario à la pelle… une très jolie comédie déjantée et mélancolique.

ouvert-la

La distribution reste un des autres points forts de ces 97 minutes, avec évidemment Edouard Baer qui nous gratifie d’un formidable numéro d’équilibriste. Les deux femmes, j’allais écrire victimes, Sabrina Ouazani et Audrey Tautou, sont épatantes. Et on notera la présence de gens que j’aime bien, Grégory Gadebois, Lionel Abelanski et Michel Galabru irrésistible pour sa toute dernière apparition au cinéma. Digne d’une comédie américaine des grandes années, plein de poésie loufoque, de grâce et de rires, un hommage à la mauvaise foi et à l’élégance. Un vrai régal ! Ne ratez pas le générique de fin et la superbe chanson originale de Souchon !

Publicités

Une réponse à “Ouvert la nuit

  1. Et bien voilà, je suis tentée !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s