Manchester-by-the-sea

L’homme brisé

manchester-by-the-sea-de-kenneth-lonergan-81b1cc-01x

Kenneth Lonergan a 54 ans et une très courte filmographie en tant que réalisateur. Cette fois, il était non seulement derrière la caméra mais aussi à l’écriture de ce magnifique scénario qui laisse la part belle aux comédiens. Ce film nous raconte l’histoire des Chandler, une famille de classe ouvrière, du Massachusetts. Après le décès soudain de son frère Joe Lee est désigné comme le tuteur de son neveu Patrick. Il se retrouve confronté à un passé tragique qui l’a séparé de sa femme Randi et de la communauté où il est né et a grandi. 138 minutes d’un drame prenant, un pur chef d’œuvre dont on voudrait qu’il ne s’arrête jamais.

manchester-by-the-sea-2016-casey-affleck-kyle-chandler

Manchester-by-the-sea est le vrai nom d’une ville se trouvant sur la rive nord du Massachusetts. Un écrin magnifique et poétique pour la beauté douloureuse qui irrigue tout le film. Le héros est un homme brisé, qui ne trouvera ni rédemption, ni réconciliation dans son cheminement, mais simplement un sursaut de vie. Il n’y a rien de gratuit dans ce portrait d’un homme qui ne s’autorise plus le moindre instant de bonheur. Justesse, profondeur et intensité des sentiments et pourtant pas l’ombre d’un mélo dans ce drame inoubliable. La réalisation est parfaite et le jeu des acteurs au diapason. Sublime musique de Lesley Barber. Tout est beau dans ces 138 minutes, tout sonne vrai, comme l’émotion qui nous saisit au dernier plan. Le public avait visiblement beaucoup de mal à sortir de la salle… et croyez-moi, à Paris, c’est très rare : il a vraiment fallu qu’il se passe quelque chose de quasi unique.

manchester

Casey Affleck trouve là, et de très loin, son meilleur rôle à ce jour. Décidément, le drame intimiste lui va bien au teint. Digne d’un Oscar. Je n’oublie pas Missy Yager, Michelle Williams, Gretchen Mol, Kyle Chandler qui tutoient également la perfection. Cette communauté de gens fracassés bouleversent et donnent de l’espérance dans la qualité du ciné d’auteur américain. L’humanisme est au programme, ne ratons pas cette formidable occasion… on en redemande. Ce Manchester-by-the-sea vaut vraiment le détour et Lonergan est un cinéaste à suivre de très près.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s