Une Vie

La somnambule

une_vie_film_2016

Stéphane Brizé n’en finit pas de surprendre. Après La Loi du marché, Quelque heures de printemps, Mademoiselle Chambon, ne voilà-t-il pas qu’il nous propose un film en costumes en adaptant un roman de Maupassant ? Normandie, 1819. A peine sortie du couvent où elle a fait ses études, Jeanne Le Perthuis des Vauds, jeune femme trop protégée et encore pleine des rêves de l’enfance, se marie avec Julien de Lamare. Très vite, il se révèle pingre, brutal et volage. Les illusions de Jeanne commencent alors peu à peu à s’envoler. 120 minutes de pur bonheur cinématographique : une vision, une belle adaptation et une interprétation hors pair… du bonheur je vous dis.

une-vie

Il s’agit de l’adaptation du premier roman éponyme de Guy de Maupassant et paru pour la première fois en 1883. Cette fois encore chez Brizé, le personnage principal a une haute idée de ce que doit être la vie. Jeanne l’exprime dans sa confiance extrême en l’Homme, explique le cinéaste. Durant ces deux heures nous accompagnons pas à pas une femme à travers les différents âges de sa vie. Pour cela deux choix forts, d’une part le cadrage presque carré du 1 /33 et la caméra à l’épaule (parfaitement maîtrisée, je le souligne, car c’est rarement le cas) qui nous permet de pénétrer jusqu’à l’intime les personnages et leurs sentiments les plus profonds et d’autre part celui de revenir sans cesse sur les mêmes lieux – la plage, la campagne, le parc, le potager – en montrant la métamorphose de la nature. Mêlé au vieillissement des corps, cela traduit plus puissamment la sensation de la vie qui s’écoule. Avec l’envie aussi que la nature soit l’écho de la psychologie de Jeanne. Car elle est en lien organique et psychique avec les éléments. Ensemble, ils ne font plus qu’un, ajoute Stéphane Brizé. Le travail sonore – avec entre autres la musique au piano-forte de Olivier Baumont – les costumes, les éclairages et la photo en général, le scénario en béton ajoutés au talent des comédiens font, je le répète, de ce film une des meilleures productions françaises de l’année.

une-vie-988076_w1020h450c1cx235cy408

L’immense talent de Judith Chemla, – que j’ai déjà fait remarquer sur ce blog – éclate véritablement au grand jour dans ce superbe portrait de femme entre 20 et 50 ans. Elle nous fait partager à merveille le passage des saisons, la douceur d’un soleil de printemps ou la morsure du froid hivernal, bref le temps qui passe inéluctablement sans jamais apporter le bonheur espéré. Dire de Jean-Pierre Darroussin et de Yolande Moreau qu’ils sont de grands comédiens est une évidence… tant pis, je le répète encore une fois. Swann Arlaud, Nina Meurisse, Olivier Perrier, Clotilde Hesme, Finnegan Oldfield, complètent parfaitement le casting qui reste lui aussi un des grands atouts de ce drame littéraire, mais qui a la suprême habileté d’oublier de l’être. Stéphane Brizé est un grand cinéaste au sommet de son art. A ne pas rater !

Publicités

2 réponses à “Une Vie

  1. Vu que j’ai adoré ce roman, lu il y a 2 semaines environ, je vais regarder le film. Je ne pense pas aller au ciné, mais quand il sortira en DVD je me le procurerai. 🙂

  2. Du grand Maupassant !…c’est beau au sens esthétique , c’est fort ,c’est tendre , c’est dur , c’est lumineux, c’est sombre
    On rit ! On pleure ! On attend ! On souffre ! On espère
    Et puis la salle se rallume
    Du grand cinéma :-))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s