Les Alliés

Dilemme paranoïaque

allies_5686871

Robert Zemeckis c’est une belle signature et généralement l’assurance d’un bon film solide et efficace. Sa filmographie en témoigne avec Retour vers le futur (I, II, III), Seul au monde, Forrest Gump, Flight…). Ces 125 minutes d’espionnage et de romance avaient également tout pour plaire. Casablanca 1942. Au service du contre-espionnage allié, l’agent Max Vatan rencontre la résistante française Marianne Beauséjour lors d’une mission à haut risque. C’est le début d’une relation passionnée. Ils se marient et entament une nouvelle vie à Londres. Quelques mois plus tard, Max est informé par les services secrets britanniques que Marianne pourrait être une espionne allemande. Il a 72 heures pour découvrir la vérité sur celle qu’il aime. Oui, tout pour plaire… hélas !

allies

Le film commence comme Casablanca de Michael Curtiz, se continue comme une romance façon Cassavetes – en moins bien – et se termine comme un Hitchcock de série B. Bref, le mélange ne prend pas vraiment. Il paraît que l’intrigue est inspirée de faits réels : on sait que pendant la Seconde Guerre mondiale certains espions, confrontés à des situations extrêmement périlleuses, ont vécu des coups de foudre. D’autant plus que lorsque ces agents secrets étaient de sexes opposés, ils se faisaient souvent passer pour des couples légitimes. Mais il existait une loi d’airain, surnommée la «règle de trahison intime», qui pesait sur eux comme une épée de Damoclès : si deux agents se mariaient et que l’un des deux découvrait que l’autre divulguait des renseignements à l’ennemi, il était censé, la mort dans l’âme, éliminer son conjoint immédiatement… sous peine d’être condamné à la pendaison pour haute trahison. Alliés est donc avant tout une histoire de trahison, de suspicion et de paranoïa. Le tournage a eu lieu à Londres, puis dans le Buckinghamshire, au Maroc, au Québec puis à Dieppe. Et on sait que Zemeckis sait faire et même très bien faire. Il le prouve encore une fois, épaulé par son fidèle directeur de la photographie depuis Retour vers le futur, Don Burgess. Les décors et les costumes sont très soignés… hélas la musique d’Alan Silvestri noie totalement l’action et même parfois les dialogues. J’aime beaucoup le violon… mais quand il y en a 10 000, j’ai un peu de mal. Mais tout cela ne serai que détails, s’il n’y avait un gros problème côté distribution.

Brad Pitt plays Max Vatan, Jared Harris plays Heslop and Simon McBurney plays S.O.E. Official in Allied from Paramount Pictures.

Sur le papier, l’association Brad Pitt/Marion Cotillard, dans le genre glamour, ça a de la gueule. Dans le film, le personnage principal est franco-canadien. Son nom, Vatan, signifie « Patrie » en turc, et c’est le rôle dévolu à Brad Pitt. Mais voilà, l’espion canadien qui veut se faire passer pour un français parle… pardon baragouine la langue de Molière et de Ribéry avec un accent américain à couper au couteau. Le sommet du ridicule étant atteint quand sa collègue d’espionnage lui reproche son accent canadien trop prononcé ??? Bref ça ne marche pas un seul instant et ce hiatus ôte toute vraisemblance à toute la première partie du film. Comme de plus, Mr Pitt est transparent et sans expression (marqué par son récent divorce avec la Jolie Angélina ?) on s’ennuie ferme. Marion fait de son mieux, mais jouer les amoureuses avec un glaçon pour partenaire, ce n’est pas simple. Les seconds rôles sont bien tenus entre autres par Jared Harris et Lizzy Caplan. Guerre, espionnage et mélodrame au rendez-vous de ce qui aurait pu être un grand film de Zemeckis sans cette grossière erreur de casting qui met en péril tout l’édifice. Grosse déception !  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s