Les Animaux fantastiques

JK Rowling et sa baguette magique

les-animaux

Et on retrouve J.K. Rowling et son univers personnel et David Yates qui a déjà réalisé les 4 derniers volets de la saga Harry Potter. Et c’est reparti pour 133 minutes d’un grand spectacle étourdissant d’inventivité. New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable. Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente…

FANTASTIC BEASTS AND WHERE TO FIND THEM

On a déjà vu apparaître le nom de Norbert Dragonneau dans la saga Harry Potter, et notamment sur la Carte du Maraudeur détenue par les jumeaux Weasley dans Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban. Et c’est de là qu’est née dans l’esprit de la géniale J.K. Rowling l’idée de cette nouvelle trilogie dédié à un héros qui aurait précédé dans le temps Harry, Hermione et leurs amis. C’est d’ailleurs la première fois qu’elle écrit un scénario, mais la trame était déjà écrite depuis 1981. Sachez à ce propos que 80% des profits qu’il génère depuis sont directement reversés à des associations de protection de l’enfance à travers le monde. Outre l’histoire elle-même, le grand intérêt de ce film fantastique – dans toute l’acception du terme – reste le bestiaire entièrement peuplé d’animaux à la fois certes étonnants mais pas trop fantaisistes qui nous donnent droit à des effets spéciaux stupéfiants. Fascinant, drôle, spectaculaire et d’une invention folle, le tout porté par la somptueuse musique de James Howard… évidemment, on pouvait tomber plus mal. Je dois dire que j’étais dubitatif sur la capacité de nous replonger dans le monde noir et extravagant des sorciers et des « moldus »… Chapeau bas, c’est une complète réussite !

les-animaux-fantastiques

Evidemment, côté casting du nouveau, mais de l’excellent avec en haut de l’affiche Eddie Redmayne, qui, à 34 ans, parvient à nous faire croire à son personnage de tout jeune homme. Mais ses performances dans Une merveilleuse histoire du temps et surtout Danish Girl prouvent qu’il est un grand acteur. A ses côtés on citera les très bonnes prestations de Katherine Waterston, Dan Fogler, (irrésistible de drôlerie) Alison Dusol, Colin Farrel, Ezra Miller, sans compter les apparitions de Johnny Depp, John Voight ou Ron Perlman. J’ai toujours prétendu que Mme Rowling méritait un Prix Nobel de littérature pour son inépuisable imagination, son don particulier à nous faire croire à l’incroyable et surtout pour avoir su ramener au plaisir de la lecture des générations entières d’enfants et plus si affinités. Et ça, c’est un véritable talent. On attend les suites avec impatience… On apprend d’ailleurs que cette trilogie va donner naissance à 5 films ! Patience.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s