Le Client

Pépite iranienne

le-client-1_5601781

A propos d’Elly, La Séparation, Le Passé, que des grands moments de cinéma salués à juste titre à Berlin, Cannes, San Sebastian ou par un César. Asghar Farhadi est un habitué des palmarès, mais quel cinéaste ! Voici encore 123 minutes époustouflantes d’intelligence, d’originalité et de talent. Contraints de quitter leur appartement du centre de Téhéran en raison d’importants travaux menaçant l’immeuble, Emad et Rana emménagent dans un nouveau logement. Un incident en rapport avec l’ancienne locataire va bouleverser la vie du jeune couple. Un scénario implacable – d’ailleurs primé à Cannes -, un savoir faire qui n’est plus à prouver, une plongée passionnante dans la société moyenne du Téhéran d’aujourd’hui, un vrais suspense mené de main de maître et une formidable direction d’acteurs : du Farhadi grand cru à ne rater sous aucun prétexte !

le-client

Asghar Farhadi avait depuis longtemps une histoire simple dans la tête et sur laquelle il prenait des notes de manière régulière. Le cinéaste s’est replongé dans ses notes au moment où il a décidé de refaire un film en Iran. Il explique par ailleurs avoir également eu envie, depuis toujours, de mettre en scène un long métrage qui touche au milieu du théâtre. D’ailleurs, le titre du film fait écho à celui de la pièce Mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller que les personnages principaux interprètent sur scène. L’autre raison du choix qui a consisté à faire jouer aux personnages cette pièce provient du fait qu’elle a permis d’établir un parallèle avec la vie personnelle du couple. A mi-chemin entre le thriller et la chronique sociale, ce drame nous embarque d’emblée et nous interpelle jusqu’à un final poignant. Le scénario est construit comme un engrenage qui va broyer peu à peu la vie d’un couple… une seule question plane sur tout le film : jusqu’où ? Le réalisateur/scénariste/producteur prend bien soin de ne pas prendre parti, bien plus, il laisse au spectateur le soin d’imaginer une fin. Tout est ici ambiguë et troublant, mais aussi formidablement humaniste et d’une puissance universelle.

le-client

Les acteurs, tous des habitués des plateaux de Farhadi sont tous parfaits, Shahab Hosseini en tête, Prix d’Interprétation à Cannes. Juste, sobre, on partage son combat intérieur de bout en bout… superbe comédien. Mais que ce soit Taraneh Alidoosti, Babak Karimi ou Farid Sajjadihosseini, il n’y a rien à redire sur ce casting remarquable. La justice, la morale et le sens de la vérité ont toujours été au cœur du cinéma du réalisateur iranien. Cette fois il a choisi le thème de la vengeance pour traiter de ses thèmes de prédilection avec le portrait d’un couple en crise en plein drame domestique dans une société iranienne hypocrite et qui hésite entre la pesanteur de sa tradition et le désir de basculer vers un vrai modernisme. Passionnant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s