Polina, danser sa vie

Qu’il est dur le chemin !

polina_copyright_carolebethuel

La réalisatrice Valérie Müller et le célèbre chorégraphe Angelin Preljocaj ont ici adapté la bande dessinée éponyme (vendue à plus de 40 000 exemplaires) de Bastien Vivès. Russie, dans les années 90. Portée depuis l’enfance par la rigueur et l’exigence du professeur Bojinski, Polina est une danseuse classique prometteuse. Alors qu’elle s’apprête à intégrer le prestigieux ballet du Bolchoï, elle assiste à un spectacle de danse contemporaine qui la bouleverse profondément. C’est un choc artistique qui fait vaciller tout ce en quoi elle croyait. Elle décide de tout quitter et rejoint Aix-en-Provence pour travailler avec la talentueuse chorégraphe Liria Elsaj et tenter de trouver sa propre voie.  Très joli film qui nous prouve encore une fois combien les fragilités, les failles d’un individu peuvent au final être les ressorts de sa créativité et de sa réussite. 108 minutes sans faux pas pour un parcours initiatique passionnant allant de la danse académique jusqu’à la danse contemporaine. Un instant de grâce dont il ne faut surtout pas se priver.

polina-danser-vie-slider

Le parcours de notre jeune danseuse est celui de quelqu’un qui est maître de sa vie et qui crée. Ce qui lui permet de trouver sa place dans le monde de l’art. Mais que cette trajectoire est difficile est chaotique. Le film est bâti en trois volets : la construction classique, la remise en cause et le douloureux épanouissement vers l’éclosion d’une artiste originale. Durant tout le film, les limites entre la vie et les scènes dansées restent volontairement brouillées et c’est ce qui fait toute la valeur de ce récit atypique. La tension est permanente quasi anxiogène et on partage tous les affres rencontrés par la jeune danseuse ce qui ne retire rien à la beauté et à la magie de ce drame. Toutes les séquences de danse sont magnifiques et superbement filmées ce qi ne gâte rien au plaisir intense que l’on retire de ce beau moment de cinéma… et de vie. 

polina

Pour trouver l’interprète principale, Valérie Müller et Angelin Preljocaj ont commencé par chercher des comédiennes qui avaient des formations de danseuses mais se sont rendus compte que leur niveau n’était pas suffisant. Les cinéastes ont alors décidé de chercher en Russie, à Moscou puis à Saint-Pétersbourg. Au total, 600 filles ont été auditionnées jusqu’à ce qu’Anastasia Shevtsova soit choisie. Elle a 21 ans et une vraie présence devant la caméra. Peut-être la découverte d’une nouvelle étoile, pas forcément sur la scène de l’opéra mais sur un grand écran. Niels Schneider trouve là un joli rôle assez différent de l’habitude. Mention bien.  Juliette Binoche, ancienne danseuse elle-même, a retravaillé pendant 6 mois, ce qui lui a permis de jouer en personne les scènes de danse. Cette femme sait décidément tout faire et son apparition illumine encore plus ce film. A noter les présences de Jérémy Bélingard, danseur et chorégraphe et de l’excellent acteur russe Aleksei Guskov. Pour être complet citons encore les «parents» de Polina, Miglen Mirtchev et Kseniya, Kutepova. Plaisir et beauté : un cocktail enivrant ! 

Publicités

Une réponse à “Polina, danser sa vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s