Brice de Nice 3

Si vous n’aimez pas le jaune…

brice

… et si vous aimez le cinéma, ça vous fait deux bonnes raisons de ne pas aller voir un des plus beaux navets de l’année. Il est signé James Huth et c’est dramatique. Ce réalisateur est un grand spécialiste du nanar quand on sait qu’à son palmarès on compte déjà, Un bonheur n’arrive jamais seul, Lucky Luke, et le premier opus des aventures de Brice de Nice. C’est vous dire qu’on pouvait tout craindre de ces 95 minutes. Et sur ce point on n’est pas déçu… c’est navrant ! Brice est de retour. Le monde a changé, mais pas lui. Quand son meilleur ami, Marius, l’appelle à l’aide, il part dans une grande aventure à l’autre bout du monde… Les voyages forment la « jaunesse » mais restera-t-il le roi de la casse ? On nous dit : Ce film est l’histoire d’une imposture… c’est bien la seule chose qui sonne juste dans cette incroyable démonstration monomaniaque. Brice tu nous les brises ! Ah non, pardon, tu nous les casses !

brice

Les deux meilleures idées sont dans le titre, Brice 3, alors qu’il n’y a jamais eu de deuxième volet, et dans l’apparition du mot FIN, qui signifie qu’on peut enfin quitter la salle de cinéma en pensant in petto, que le métier de chroniqueur n’est pas toujours une sinécure. A part ça, c’est l’éloge du néant, le vide sidéral plat comme une mer d’huile. Je sais, je ne suis pas aussi bête que mes propos pourraient le laisser penser, c’est de la daube volontaire et totalement assumée. Dieu sait… et mes proches également, que je ne suis pas hostile aux jeux de mots et calembours même navrants, même si le grand Victor Hugo qualifiait ce style d’humour de fiente de l’esprit qui vole. Pourquoi faire une suite dix ans après ? Je pense que la réponse est purement vénale, le premier Brice de Nice avait rassemblé environ 4.5 millions de spectateurs… Alors ! Pourquoi se priver ? Même si certaines déclarations prétendent que ce film dénonce la pensée unique d’aujourd’hui. ( ???), d’autres remettent les idées en place surtout quand la star avoue : Brice est un con, (…) Brice n’a pas de vice. Donc les amateurs… et les suicidaires peuvent aller découvrir ou redécouvrir, Grégor d’Hossegor, Colin de Cogolin, Marius de Fréjus et leurs amis… pour ceux qui ne savaient pas, c’est de ce niveau durant plus d’une heure et demie. Et en plus tout est très laid… Je vous aurais prévenus.

brice-de

Côté casting c’est Jean Dujardin et ses invités. Ça a tout du one man show, en tout cas du film à sketches poussif où il n’y en aurait pas un pour racheter les autres. Il en fait des tonnes dans la bêtise et l’idiotie congénitale. On peut aimer ça, moi je ne supporte pas. Autour de notre étoile gravitent avec plus ou moins de malheur, Clovis Cornillac, Bruno Salomone, Alban Lenoir, Louis-Do de Lencquesaing,… tant pis pour eux ! J’espère que le cachet était conséquent. C’est vraiment la seule excuse qu’on peut leur trouver. Du beau, du vrai navet garanti sans OGM, juste dopé au nombrilisme… franchement : ça ne casse rien !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s