L’Odyssée

Entre marée haute et marée basse

odyssee

6ème film de Jérôme Salle qui adore changer de genre et même faire le grand écart entre les deux Largo Winch et le remarquable Zulu, cette fois, se lance dans le biopic, et en plus, et c’est une gageure, celui d’une figure emblématique de l’imaginaire français, le Commandant Cousteau. 1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier. Le réalisateur est un admirateur du commandant au bonnet rouge et on sent qu’il a dû se faire violence pour ne pas verser dans l’hagiographie. On lui en sait gré et cela nous permet d’assister à 122 minutes certes conventionnelles dans la facture, mais suffisamment variées pour ne pas engendrer l’ennui.

odyssee

Comprenant que  l’idole de son enfance était en train de sombrer dans l’oubli, Pour les gens de ma génération, le commandant Cousteau c’était un peu Jésus Christ, l’un des hommes les plus connus au monde… En discutant autour de moi, j’ai réalisé qu’il était en train de tomber complètement dans l’oubli pour les moins de 20 ans, voire les moins de 30 ans. (…) Je me suis également aperçu qu’à part un film de Wes Anderson, (La Vie aquatique NDLR) aucun projet de cinéma n’avait jamais abordé ce destin exceptionnel. À partir de là, j’ai tiré comme sur le fil d’une pelote et j’ai vite senti un mystère : on sait très peu de choses sur Jacques-Yves Cousteau. Il maîtrisait parfaitement sa communication en se filmant avec son équipage mais sans jamais rien révéler de son intimité. Voilà le mot-clé : « intimité ». Le film s’est tourné aux quatre coins du monde, de la Croatie à l’Afrique du Sud et l’Antarctique en passant par les Bahamas avec un budget conséquent de 30 millions d’euros. Reconnaissons qu’au milieu des merveilleux paysages et des sublimes images de plongée, le scénario a su laisser une part importante aux différents conflits intimes de la famille Cousteau. Malgré son admiration sans bornes pour le commandant de la Calypso, Jérôme Salle a accepté d’ébranler son piédestal et de montrer par instants la part de ténèbres du personnage… son infidélité, son intransigeance aveugle, sa mégalomanie galopante et sa conversion plus que tardive à la cause écologique. Tous ses aspects sont donc présents mais de manière trop effleurées pour aller au fond des choses… un comble pour un film qui parle de plongée. D’où la facture assez conventionnelle de ce biopic un peu trop sage, manquant d’un souffle épique  et noyé (filons la métaphore maritime) de bout en bout par la musique romantique d’Alexandre Desplat, certes très belle mais comme souvent trop présente. Des moments de grâce, des éclats de colère ou de beauté, et des moments creux voir convenus nous font un bon film mais sans doute pas le sommet qu’on attendait.     

odyssee

Côté casting c’est aussi très brillant. Il est amusant de constater que Lambert Wilson devient un spécialiste des figures emblématiques, puisqu’il avait déjà incarné l’Abbé Pierre dans Hiver 54. Il est comme toujours impeccable, investi et crédible. Il devient le Commandant Cousteau. Face à lui on retrouve le formidable Pierre Niney… encore un qui devient incontournable dans le cinéma français… et c’est mérité.  Audrey Tautou, qu’on retrouve avec plaisir, s’offre un de ces rôles à transformations qui font la joie des acteurs et des actrices. Citons encore Laurent Lucas, Benjamin Lavernhe, Vincent Heneine… qui apportent tous leur goutte d’eau à cette Odyssée. Saluons au passage la belle performance qui consiste à tourner à bord d’un bateau. A ce propos, les anglais résument à leur manière : il y a deux bonnes journées quand on possède un bateau, celle où on l’achète et celle où on le vend !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s