Captain Fantastic

… ou les limites de l’utopie

captain-fantastic-la-critique-festival-de-deauville

Ce n’est que le deuxième film signé et réalisé par Matt Ross qui est surtout connu pour une abondante carrière d’acteurs de séries télé. Mais avec cette comédie dramatique pleine de charme et d’originalité, il a obtenu le Prix de la mise en scène «Un Certain Regard» à Cannes, et les Prix du Jury et du Public à Deauville. Beau palmarès is’nt it ? Dans les forêts reculées du nord-ouest des Etats-Unis, vivant isolé de la société, un père dévoué a consacré sa vie toute entière à faire de ses six jeunes enfants d’extraordinaires adultes. Mais quand le destin frappe sa famille, ils doivent abandonner ce paradis qu’il avait créé pour eux. La découverte du monde extérieur va l’obliger à questionner ses méthodes d’éducation et remettre en cause tout ce qu’il leur a appris. Road-movie utopiste et solaire – qui n’est pas sans rappeler l’épatant Little Miss Sunshine – qui évite d’être moralisateur et n’oublie pas de poser des questions de fond. Une fable aussi attachante que distrayante.

captain-fantastic-critique1

Fasciné par les problématiques liées à l’éducation, Matt Ross a voulu, avec ce film, explorer les choix qu’imposent les parents à leurs enfants. Le réalisateur reconnaît également que cette histoire d’un père élevant ses enfants loin de la société de consommation fait écho à sa propre enfance. Les lieux de tournage du film se sont étendus sur 2 500 kilomètres. L’équipe a commencé par poser ses caméras à Seattle et ses environs pour se déplacer ensuite dans l’Etat de Washington. Parmi les lieux de tournage se trouvaient des forêts humides du nord ouest américain, des autoroutes sinueuses et des hautes plaines désertiques du Nouveau-Mexique. Stéphane Fontaine, directeur de la photographie habituel de Jacques Audiard (De battre mon cœur s’est arrêté, Un prophète, De rouille et d’os) s’en est donné à cœur joie. Tout était prêt pour mettre en scène un des films les plus humanistes du moment et pourtant toujours entre larmes et rires. La preuve majuscule que philosophie et humour peuvebt faire bon ménage.

captain_fantastic_7

Tout en haut de l’affiche l’impeccable Viggo Mortensen dans un de ses plus beaux rôles. Mais il est formidablement entouré par six jeunes plus que prometteurs. Retenez les noms de George Mackay, Samantha Isler, Annalise Basso, Nicolas Hamilton, Shree Crooks et Charlie Chotwell, tous justes et très convaincants. Irrésistibles de drôlerie et de tendresse. On ajoutera l’ancien, Frank Langella, lui aussi impeccable. On sort de ces deux heures en faisant des claquettes et en regardant le monde qui nous entoure d’un autre œil.

Publicités

2 réponses à “Captain Fantastic

  1. hello l ami..! oui un vrai beau film…seul bemol..pour moi…c est le passage improbable de l exhumation cremation.dont on pouvait se passer..sinon c est vraiment bien vu..avec la scene finale de sérénité….biz..au plaisir de vs lire MOSSIEU CINEMA..!

  2. Beaucoup aimé, mi-réaliste
    mi-onirique , du souffle , de la profondeur , d’excellents acteurs , de l’émotion
    Du cinema pour une âme d’enfant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s