War dogs

Very bad trip pour Lords of war

war_dogs

Todd Phillips s’est surtout fait connaître en réalisant les trois volets des Very bad Trip ! Bon ! On aime ou on n’aime pas le genre déjanté-trash, mais il y a un vrai public pour ça. Ces 115 minutes retrouvent par moment le même esprit mais on peut dire que cette comédie de guerre propose plus de profondeur que les pochades précitées. Deux copains âgés d’une vingtaine d’années vivant à Miami Beach à l’époque de la guerre en Irak, profitent d’un dispositif méconnu du gouvernement fédéral, permettant à de petites entreprises de répondre à des appels d’offres de l’armée américaine. Si leurs débuts sont modestes, ils ne tardent pas à empocher de grosses sommes d’argent et à mener la grande vie. Mais les deux amis sont totalement dépassés par les événements lorsqu’ils décrochent un contrat de 300 millions de dollars destiné à armer les soldats afghans. Car, pour honorer leurs obligations, ils doivent entrer en contact avec des individus très peu recommandables… dont certains font partie du gouvernement américain… Le sentiment d’inquiétude qui plane sur ce film, lui permet d’aller plus loin que la comédie basique en s’intéressant à la fois à l’histoire assez ahurissante car véridique et aussi aux deux mecs – le titre d’origine aurait pu être Arms and the dudes –. En fin de compte, une excellente surprise !

war

Le film est tiré d’une histoire vraie, celle d’Efraim Diveroli et David Packouz,. Les deux hommes ont monté un business juteux dans le trafic d’armes durant la guerre d’Irak en profitant d’une faille dans le système fédéral. Ils ont très vite été dépassés par l’ampleur de leur entreprise et les graves problèmes engendrés par celle-ci. L’histoire a été dévoilée pour la première fois en 2011 dans le magazine américain Rolling Stone. L’administration Bush tâchait de favoriser les petites entreprises et il n’y avait pas d’entreprise plus petite que celle de des deux potes, qui glandaient dans un studio de Miami Beach, munis d’une pipe à eau, d’un ordinateur et d’un téléphone portable… Le public adore les personnages déjouent le système, même s’ils finissent par en payer le prix fort d’une manière ou d’une autre. Ici, on est comblé, car ces types banals semblaient les moins susceptibles de mener à bien ce type d’énorme magouille. Ils sont à la fois agaçants, horripilants et attachants… donc beaucoup plus ambiguës qu’à l’habitude dans une comédie. Le tournage s’est déroulé à Miami Beach, Las Vegas, au Maroc, en Roumanie et dans le sud de la Californie. Tout cela est diablement efficace, que l’on parle de la mise en scène virtuose, du scénario plus que solide, du montage percutant et de la prestation de tous les acteurs au top.

war-d

Ce sont Miles Teller et Jonah Hill qui forment le duo de comparses. Très différents de physique et de caractère, ils livrent un numéro extraordinaire. On croit à leurs personnages pourtant… incroyables. Du grand art. A eux seuls, ils valent de voir cette comédie cynique, à l’humour cruel et au rythme trépidant. A leurs côtés, la magnifique Ana de Armas livre aussi une partition tout en nuances. Bradley Cooper, en second rôle, est toujours très juste. Une comédie réussie sur un sujet grave, voire terrifiant. On regrettera simplement que le film n’effleure que trop rapidement les dysfonctionnements du gouvernement américain. Mais, répétons-le, c’est drôle, caustique, bien mené et très bien joué. Un beau palmarès qui pourrait en décider plus d’un à oser ce film… Ils ne le regretteront pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s