Le ciel attendra

Indispensable

le-ciel

Personne n’a pu oublier ce magnifique film-témoignage intitulé Les Héritiers, dont j’écrivais en 2015 : Ce film force à la fois l’admiration et la réflexion en délivrant un message d’espoir rare et enthousiasmant qui met à bas pas mal de clichés sur les jeunes. Je pourrais tenir ici les mêmes propos après avoir découvert ce drame poignant conçu et réalisé par Marie-Castille Mention-Schaar. Sonia, 17 ans, a failli commettre l’irréparable pour « garantir » à sa famille une place au paradis. Mélanie, 16 ans, vit avec sa mère, aime l’école et ses copines, joue du violoncelle et veut changer le monde. Elle tombe amoureuse d’un « prince » sur internet. Elles pourraient s’appeler Anaïs, Manon, Leila ou Clara, et comme elles, croiser un jour la route de l’embrigadement… Pourraient-elles en revenir? 105 minutes absolument indispensables tant le message diffusé ici est d’utilité publique pour tous et toutes. Un de ces films dont on ressort avec la boule au ventre, avec l’impression que le cinéma peut servir à quelque chose.

le-ciel-a

Il y a dans ce cri d’alerte deux idées fortes : nous faire suivre parallèlement deux jeunes filles, qui suivent deux chemins opposés. L’une est en voie de « déradicalisation », l’autre est seulement en train de se faire embrigader. Bouleversant et, hélas, terrorisant. L’autre idée, est d’avoir fait participer Dounia Bouzar. 1 180. C’est le nombre de jeunes qu’elle est parvenue à sortir des griffes de Daesh depuis la création du CPDSI, le Centre de Prévention des Dérives Sectaires liées à l’Islam, qu’elle a fondé avec des experts pour lutter contre l’embrigadement en avril 2014. Alors que l’on estime à 5 000 ou 6 000 le nombre d’individus touchés par la propagande du groupe terroriste sur le territoire français, dont un nombre grandissant de mineurs et de jeunes filles, cette anthropologue spécialiste du culte musulman poursuit avec dévotion la mission qu’elle s’est donnée : combattre les djihadistes en les empêchant de recruter. Grâce à elle et sa connaissance approfondie de tous ces mécanismes qui polluent les cœurs et les âmes d’une partie de la jeunesse occidentale, on comprend tout sur les dangers qui nous guettent, nous et nos enfants. Plus que jamais, crions, « ça n’arrive pas qu’aux autres ».  Ces 105 minutes sont un vrai cri d’alerte à la fois pour les ados et pour les parents. Cette tragédie n’est en aucun cas un problème d’immigration, d’intégration, de jeunes qui n’ont pas compris les valeurs de la République, 50% des convertis ne sont pas musulmans et ne font pas partie de familles maghrébines. Daesh approche les jeunes de manière masquée. Ils ne s’affichent pas comme un groupe radical. Ils viennent comme des amis, des professeurs, des grands frères, des princes. (…) Pour les garçons, ils jouent sur un idéal de soi, être un héros, servir à quelque chose, se battre pour les musulmans discriminés, venger les faibles. Pour les filles, c’est plus un idéal du monde. On va leur proposer de faire de l’humanitaire, de venir au secours des enfants dont personne ne s’occupe… Tout cela, vous l’apprenez dans ce film qui en plus est du très bon cinéma. Mise en scène soignée, montage et scénario remarquables et une interprétation à la hauteur de ce projet très ambitieux.

le-ciel-attendra-header-article
Les deux jeunes filles, Noémie Merlant et Naomi Amarger, sont tout simplement formidables, totalement investies dans un rôle qu’elles ont vite considéré comme une mission. Les parents, Clotilde Courau, Sandrine Bonnaire et Zinedine Soualem, eux aussi, nous font partager à la fois la souffrance, l’incompréhension et le désarroi qui s’emparent d’eux et de leurs familles. Ils nous prouvent que la famille reste la clé de voûte du « désembrigadement ». Cela demande aussi du temps et beaucoup d’amour.Il faut croire en l’humain qu’il y a en eux pour qu’eux-même retrouvent leur humanité au fond de leur cœur et de leur esprit, pour qu’ils puissent se remettre à penser en tant qu’individu, en dehors du groupe. Pour le moment, il n’y a pas d’accompagnement pour les repentis,il n’y a rien qui soit réellement mis en place pour « déradicaliser »… Pour l’instant, c’est le temps des polémiques stériles, il y a les échéances électorales, les politiques font des annonces rassurantes pour obtenir des voix, mais il faudra attendre les élections pour que le travail commence. Espérons que ce film d’utilité publique saura éveiller les consciences sur cette réalité que l’on préfère ignorer. Courez voir ce film pour pouvoir à votre tour, comprendre, appréhender, maîtriser, agir, prévenir, aider et sauver. 

da93ff50a5c542bd2a76d6a310450

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s